Sylvain Tesson nature Internet
CULTURE Actus - Débats

Internet ou la nature : faut-il choisir ?

Peut on aimer la nature et aussi Internet ?

J’aime les écrits de Sylvain Tesson, l’écrivain voyageur de "Dans les forets de Sibérie", "Sur les chemins noirs" et de "A cheval à travers l’Asie Centrale".

J’entends son appel à mettre de la distance et du silence pour mieux voir et goûter la diversité et la respiration du monde. Mais pourquoi faudrait-il céder à la tentation de l’excès et transformer une prescription écologique en un anathème contre l’ordinateur ?

Dans le journal Le Monde, voilà Sylvain Tesson qui dérape et tonne à outrance contre la société du numérique : "Je pense que Guillaume Gates (pour Bill Gates) et Marc Zuckerberg sont des "criminels contre l’humanisme" ! Ces deux compères et "leurs démiurges de la Silicon Valley profitent du Pinocchio qui dort en nous" (...)

On comprend et on adhère à la critique de l’addiction et de l’aliénation, mais en quoi une utilisation judicieuse et maitrisée des échanges sur les réseaux sociaux est-elle un obstacle à la vraie vie, "à la découverte de la nature, de l’éclat du jour, l’expérience du sensible et de la vie sans écran" ?

C’est une question de mesure, tout comme devrait être la critique de Sylvain Tesson. L’écrivain reporter vit en solitaire ses aventures, mais quoi, il les publie aussi et beaucoup : livres, photos et interviews médias ! A l’évidence, même pour notre bougon céleste, le numérique est un support qui démultiplie l’audience et dont l’auteur sait habilement se servir. ?

Moi je reconnais que c’est grâce à internet que je peux jouir de mon environnement breton 3 jours par semaine et y travailler : le corps dans la nature et les neurones connectés quand je veux, si je veux ! Alors, what else Mister Tesson ? Saluons donc l’invention, utilisons avec parcimonie mais sortons de ce mauvais procès . Il y en a d’autres de plus importants... ?

Livres de Sylvain Tesson

2 Commentaires

Vous avez raison, mesuré que vous êtes chez Mel, promoteur de la complémentarité de ces médias...mais le tribun Tesson, répond par l'outrance à ce qu'est l'outrance d'internet. N'est-il pas à craindre que les plus jeunes ne sachent même plus ce qu'est un livre? Sa plaidoirie est désespérée, comme les gaulois dans Alésia alors que Rome va gagner et qu'une Gaulle Gallo-Romaine n'est pas envisagée... Sylvain Tesson agit comme un résistant dans son espace assiégé.
Je le comprends tout comme je vous comprends. C'est un homme qui dit "non", avec ses excès, c'est un homme qui dira "avec" mais qui peut craindre la disparition de ses supports face à l'ultra-domination d'internet. Je trouve cela touchant...et vous avez raison, les deux sont compatibles!
Bonjour Mel,
ce Tesson a le tempérament des "Hussards" (Nimier, Déon, Laurent...), de l'impertinence à revendre (de la pertinence aussi) et la violence de notre époque n'est pas au bluette mais plutôt aux diatribes et aux tribuns.
Il me plait bien ce gaillard, tout en sève, tonitruant et injuste comme seuls peuvent l'être ceux qui savent la justesse de la cause.
Ca doit être sympa de diner avec vous et lui, vider 2 ou 3 flacons pour reconnaître seulement à la fin que vous êtes d'accord depuis le début.
Bonne après-midi à vous.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.