Etats Généraux de l'alimentation E.Leclerc
ÉCONOMIE Actus / Débats

Etats généraux de l'Alimentation : circuits courts et partenariats gagnants

Voilà deux fois qu'il m'interpellait pour que je vienne visiter son abattoir régional à Autun.

Rendez-vous fut pris avec Remy Rebeyrotte, député LREM du pays autunois et avec les adhérents E.Leclerc du coin qui sont d'ailleurs plus que parties prenantes dans le projet. En effet, Stéphane Adam (adhérent E.Leclerc à Autun) et André Huguet (adhérent E.Leclerc au Breuil) sont engagés depuis quelques années dans ce projet d'abattoir local. Pour ce dernier, la filière locale lui fournit même pour son seul magasin quelque 230 bêtes par an, le tiers du débouché de l'abattoir !

J'ai apprécié la journée que j'ai passée hier en compagnie des éleveurs, responsables syndicaux locaux (Bernard Lacour, président de la FDSEA 71 et Joffrey Beaudot, Président des JA 71, ainsi que leurs équipes), représentants d'organisation (Christian Decerle : Président Chambre d'agriculture départementale et régionale, Bernard Joly - Président de l'abattoir d'Autun). Nous avons passé près de deux heures à parler franchement et sincèrement de la situation de l'agriculture. Bien sûr nous avons échangé sur le revenu des éleveurs, sur les coûts de production, sur le prix de la viande ou du lait. C'était une discussion directe, sans filtre, et d'entrepreneurs à entrepreneurs, bien loin des clichés habituels. Avec les représentants des JA j'ai apprécié de confronter nos idées sur le marketing de l'offre, la stratégie de segmentation, la conquête des nouveaux marchés...ou de nouveaux consommateurs sur des marchés matures.

Devant le député Rebeyrotte, j'ai aussi pu leur expliquer nos réticences sur la loi en préparation relative aux Etats généraux de l'alimentation (EGA) dans laquelle je reconnais une solution qu'il faut tenter (l'inversion de la construction du prix en partant des coûts de production) et une fausse solution (la réforme du seuil de revente à perte qui enrichira le distributeur mais qui n'apportera strictement rien aux éleveurs tout en ponctionnant le consommateur). A ma grande surprise, j'ai trouvé un auditoire beaucoup moins acquis à l'utilité de cette dernière mesure que je ne le pensais... Côté recherche de la qualité, bien être animal, amélioration des conditions de production, on est complètement en phase eux et nous, afin de répondre aux attentes des consommateurs (malheureusement un peu négligées d'ailleurs dans la loi EGA, mais c'était écrit par avance...).

Nous nous sommes rendus ensuite sur le site de l'abattoir d'Autun, qui sera bientôt détruit pour être modernisé. Coût du projet : 5 millions d'euros. Les pouvoirs publics prennent des risques financiers (pas simple de faire fonctionner un petit abattoir) mais ils assument leur stratégie de soutien au monde agricole. Nos adhérents prendront également leur responsabilité en poursuivant le travail mené depuis 6 ans avec les producteurs du coin, et avec pour ambition de continuer à accompagner la montée progressive de la rémunération des éleveurs.

 

3 Commentaires

Bonjour Mel, "miam", ça a l'air bien bon cette viande grillée!!! ;-))
Plus sérieusement, l'ambiance a l'air plutôt bonne et le partenariat entre commerce et éleveurs plutôt serein? Au-delà de mettre en évidence le caractère parfois artificiel et excessif des propos de certains syndicats surtout représentatifs d'eux-mêmes, il parait clair que la solution aux problèmes agricoles passe par des partenariats de filière entre amont et aval.
Une nouvelle preuve de faite.
Bravo à tous les acteurs donc.
C'est à n'y rien comprendre!?! La patronne de la FNSEA est "vent-debout" contre la distribution et vous saucissonnez avec des éleveurs! Nous aurait-on caché quelque chose?...
Il est évident que vous avez besoin les uns des autres et que le consommateur a besoin de trouver de la viande de bonne qualité dans vos rayons. Ca a l'air de pouvoir se faire... Continuez!
Technique et technologie dans l'essor économique, financier, politique restent aussi un impératif commercial affaire. Si de façon superficielle le montant d'investissement est important, les conséquences de réels réseaux aux normes durables du développement durable sont une obligation pas seulement morale. Comme toute hyper structure, il faut en garder la maitrise et spécialement celle de cohérence existentielle, à quoi et a qui cela sert et dans quelles finalités, solvabilité, fiabilité, stabilité ! Quel réactionnel technique dans le temps, les conséquences sur l'activité dont celle en surface de vente et autres concepts de distribution en cours et a venir. De même il faut admettre les différents prestataires dont ceux en produits transformés en agro-alimentaire et leur fournisseurs et ainsi de suite en Romain, en latin ! . Pas évident d'avoir une ligne de production saine de plus quand on la "partage" avec les concurrents idem, de même avec la production Autre que l'agro-alimentaire, non pas seulement que la qualité des produits peuvent être moindre du a des variable de quantité, d'origine tous les produits en agro-alimentaire ne sont pas tous français de même pour les produits complémentaires a l'agro-alimentaire. Il faut en assumer l'activité sur la région donc une relation avec l 'institutionnel, les politiques pour assumer un encadrement sociétal de la production a la consommation, c'est un plan de société avec des impératifs aussi de sécurité ... . Il reste beaucoup à faire et une véritable cohérence sur la fiabilité des réseaux aussi pour la fiabilité et la solvabilité de la consommation, ne pas alimenter une société décadente et immorale, "vaste programme" quand il s'agit de livrer de l'alimentaire a Paris et d'en ouvrir des surfaces de ventes, plus qu'un débat de consommateur, celui citoyen moderne et civilisé ! Il est donc important de vérifier que les infrastructures privées et publiques assurent des activités, leurs essors et changements aussi avec expertise et coordination de fait aussi pour vos installations de ker méné 22.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.