Des hausses de prix de 5 à 15 % sur des milliers d'articles alimentaires
ÉCONOMIE Actus / Débats

Etats généraux de l'Alimentation : vers une inflation des prix ?

Des hausses de prix de 5 à 15 % sur des milliers d'articles alimentaires... sous prétexte d'aider les agriculteurs ?

C'est le deal complètement irresponsable qu'en marge des Etats Généraux, certains industriels et même, des distributeurs, voudraient faire passer dans le train de mesures pour l'Agriculture.

D'un excès de libéralisme à l'obligation d'augmenter les marges, on marche sur la tête.

Outre l'impact démesuré sur le pouvoir d'achat des Français, comment garantir que ces marges sur l'eau de Volvic, le Nescafé ou le Kinder seront redistribuées aux éleveurs ou aux maraîchers ? Je n'y crois pas, je prépare une communication presse pour faire sortir les loups du bois.

11 Commentaires

Enfin ! Le gouvernement cherche à soutenir les agriculteurs...en faisant payer à la populace le prix de ce soutien. Quel cynisme ! Faites sortir les loups du bois, oui s'il-vous-plaît, nous la France d'en bas, nous les pèquenauds de province sans pouvoir de nuisance, on compte sur vous.
Bonjour MEL
je ne comprends pas vos comparaisons, j'ai pourtant lu plusieurs fois votre post.
Êtes vous ok sur le principe d'aider les agriculteurs? Je crois que oui pour vous lire, donc êtes vous ok pour augmenter le prix du lait, du beurre a cette filière en détresse?..etc (prix qui soit dit en passant augmentent de façon très importantes dans les pays frontaliers car crise de production voir menace de manque sur la fin de l'année).
Je ne vois pas le lien entre les produits des multinationales cités dans votre post, qui eux ne subissent pas de crise grave.
Il y a 2 poids, 2 mesures et sur ce point je vous rejoins.
salutations
Bonjour, c'est quoi ce délire des EGA visant à nous saigner un peu plus? ?

On ne va tout de même pas se choper 10cts du litre sur le gasoil +10% de plus sur le caddie, sans compter tout le reste, électricité, eau, gaz, assurance, téléphone... Y'en a marre! Soutenir les agriculteurs, naturellement...mais vraiment cette attitude des politicards qui consiste à ne savoir habiller Jacques qu'en déshabillant Paul est de plus en plus détestable, insupportable même. Les consommateurs ne sont pas des pigeons !
Cher MEL,
Vous savez fort bien que ces hausses de tarif ne sont que le point de départ des négociations commerciales qui s'achèveront fin février. Lesquelles négociations se terminent depuis plusieurs années par des baisses du prix d'achat réel des produits des multinationales par votre enseigne (et les autres).
J'espère voir mon commentaire diffusé sur votre blog, ce serait la 1ère fois...
Très amicalement,
Guillaume
Sauf que vous oubliez une chose, on n'est plus dans la négo ici, mais dans la loi, donc dans l'obligation. Ce n'est pas tout à fait la même chose...
Quel distributeur par curiosité ?
La repartition équitable et transparente des marges entre le distributeur, l'agro alimentaire et enfin le producteur permettra à ces derniers d'être rémunérés au juste prix . Exemple le lait c'est la traite deux fois par jour 365 jours par an pour un prix du lait depart ferme de 28 centimes le litre! . Qu'elle profession travaille ainsi non stop ?. Une hausse de 2 % des produits qui reviendrait vraiment aux producteurs et des distributeurs un peu moins gourmands: ce serait déjà un grand pas. Et l'on verrait un peu moins de supermarchés se construire a tout va... Cherchez l'erreur !
Cher JM, encore une fois il ne s'agit nullement de nier la détresse de nombreux éleveurs. Les aider à retrouver un niveau de vie décent est une évidence qui s'impose à tous. Mais à qui fera-t-on croire qu'en relevant le prix de votre lessive, de votre dentifrice ou de votre barre de kit kat, on va améliorer leurs conditions de vie ? Vous évoquez la transparence ? Avec plaisir. A ce jour, dans la chaîne distributeur/industriel/agriculteur, il existe un seul secteur qui est sommé de présenter ses comptes à une autorité qui les décortique, les rend publics et les commente. Devinez quel est ce secteur ? ;-) #WhatElse
Bonsoir MEL,

In fine, c est vous qui sortez du bois, car -je peux le comprendre- vous allez perdre votre avantage compétitif vs les concurrents, qui génère depuis des années des gains de parts de marché au réseau Leclerc.
D un autre coté, cette loi capant en plancher (si j'ai bien compris) la marge en taux cela va aussi vous apporter de l oxygène pour investir plus fortement encore dans votre digitalisation, innover dans des nouveaux services, créer enfin des mag de proximité pas cher. Avec des idées et du pétrole,
vous saurez retrouver des axes forts de différenciation non ? Je suis convaincu que le galec y réfléchit déjà.
Quant à l augmentation des prix sur les marques bagarrées, mise à part votre perte d avantage compétitif, en quoi cela vous obsède ? L écart de prix entre ces marques et les nouvelles offres des pme (bio, plus healthy) va se réduire.
Merci par avance pour vos éclairages.



Bien d'accord avec vous MEL !
Soutenir l'agriculture et l'élevage français ... OUI. A ce titre beaucoup sont près à acheter les produits concernés un peu plus cher ... s'ils ont la garantis que cela n'augmentera pas la marge des intermédiaires mais bien le prix d'achat aux producteurs.
Mais comme vous le dites... acheter plus cher son paquet de pates, sa bouteille de soda ou son paquet de lessive ... pour permettre au distributeur de faire plus de marges sur ces produits ... puis que le distributeur grâce à cette marge achète plus cher les produits agricoles et de l'élevage ... tout en les vendant à marges minimales ... c'est au mieux une usine à gaz ... totalement incontrôlable et invérifiable.
Bien naturellement chaque distributeur se fixe lui même une marge différentes par types de produits. Mais il me semble que, en France, il existe la liberté de fixer les prix... Là on se rapproche dangereusement d'une économie administrée. A quand la fixation du prix de vente par le ministère ???
Par ailleurs, je ne suis pas convaincu qu'augmenter le prix de milliers de produits pour en réduire le prix sur quelques centaines soit particulièrement bénéfique au consommateur et au volume de consommation au global.
Je suis, également, curieux de connaitre l'avis des autorités de la concurrence sur le fait que producteurs et industriels puissent s'entendre sur les prix...

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.