Relance économique Coronavirus
ÉCONOMIE Actus / Débats

Quelle relance économique post-Coronavirus ?

Vous n’avez pas l’impression qu’on va avoir besoin de l’équipe de la Casa de Papel pour faire voler les billets de banque ?! Personne ne sait encore comment la facture sera payée !

Il va falloir mettre un peu de raison dans toutes ces annonces de relance à coup de centaines de milliards. Je propose d’abord qu’on sépare ce qui ressort du financement de la crise sanitaire... du plan de reconversion de nos industries vers un modèle meilleur pour la planète. Ce n’est pas le même planning.

Dans l'immédiat, il faut panser les plaies causées par le Covid-19 :

1) Je ne pense pas que la consommation ait besoin d’un plan global de soutien.

2) Il faut focaliser les efforts sur les revenus des plus modestes. Même avec l’aide du chômage partiel, les foyers français ont perdu 400 euros en moyenne ! Je suis pour : allocations, chèques vacances, hausse négociée par branches des plus bas salaires, sans augmentation de charges.

3) Se concentrer d’urgence sur tous les métiers qui ont perdu leur activité (restaurateurs, fleuristes, garages, artisans, éleveurs, commerces non alimentaire, indépendants, etc) avec des prêts à taux zéro et le report ou la suppression des charges.

4) D’urgence, des dispositions pour permettre au secteur de la santé de souffler : hausse des salaires, équipements supplémentaires, etc. Tout cela en attente d’un plan plus massif sur tout le secteur santé.

1 Commentaires

Bonjour,
La facture sera payée comme d’habitude par une hausse des impôts et taxes pour les particuliers et les entreprises puisque dans les services publics et les administrations publiques il n’est pas envisageable de réduire la voilure. Après avoir pulvérisé le poids de la dette (115%!!! Contre 31% à l’époque de R. Barre dernier ministre de l’économie compétent que nous ayons eu) ils vont pulvériser le poids des prélèvements obligatoires. Les amendes vont pleuvoir notamment sur les gara et la distribution...vous en savez quelque chose. Nos gouvernants ne sont que réactifs: soit il font l’autruche, soit ils jouent au pompier. Ils manquent désespérément de pré activité à l’image de l’assureur qui sait que la réparation coûte plus cher que la prévention et plus encore de pro activité qui consiste à agir aujourd’hui pour un avenir choisi plutôt que le subir. Mais pour cela il faut du courage et ne pas être obsédé par sa réélection ( cf le second tour des municipales/crise économique).
Pour la consommation, je suis d’accord mais la raison incite davantage à épargner pour régler la dépense publique.
Pour les plus défavorisés il faut développer l’activité et sa rémunération en supprimant les charges, en réduisant la dépense publique et les impôts et taxes.
Pour les métiers que vous cités, il faut pas rêver ils vont servir de variable d’ajustement et mourir en silence.
Enfin pour le secteur de la santé ok si on laisse les acteurs opérationnels décider de leur destin plutôt que lancer un enième réforme avec les syndicats et une administration incompétente ou un plan qui va coûter des milliards sans régler le problème. Nous avons déjà un exemple avec le plan Lemaire Chatel qui ne règle rien.
Mais pour cela il faut de l’abnégation, de la confiance, de la volonté, un sens des responsabilités et du courage, qualités qui font cruellement défaut chez nos politiques et nos énarques.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.