Énergie propre, énergie douce : E.Leclerc expérimente et investit pour devenir partenaire de la filière.
ÉCONOMIE Développement durable

Énergie propre, énergie douce : E.Leclerc expérimente et investit pour devenir partenaire de la filière

J’étais mardi matin invité du Smart Énergies Summit à La Défense (Paris). Nous avons partagé des réflexions sur la libéralisation du marché de l’énergie, les nouveaux acteurs  (plateformes intermédiaires, fournisseurs collaboratifs) et les accélérateurs d’énergie douce.

Produire, consommer, vendre de l’énergie, ça fait partie des métiers de E.Leclerc. L’enseigne est le 2e distributeur de carburants en France, 3e ou 4e revendeur de bonbonnes de gaz et d’équipements énergétiques destinés aux foyers comme aux entreprises (via les magasins de bricolage). C’est dire si l’enseigne est au cœur du métier.

Siplec, qui achète l’énergie sur les marchés internationaux, est aussi grand opérateur sur les certificats d’énergie (prise en charge des travaux d’économie d’énergie effectués par les consommateurs et qui vient sous certaines conditions compenser les pénalités CO2 du distributeur).

D’ici 2025, l’ensemble du mouvement se mobilise sur 3 objectifs :

  • Maîtriser, piloter et économiser la dépense d’énergie au quotidien.
    Chaque entité du groupement (600 hypermarchés, 600 drives, 2 500 magasins spécialisés et une vingtaine de méga entrepôts) est tenue de mettre en place un suivi de ses consommations, d’en maîtriser les équipements et les réglages, et de hiérarchiser les consommations (fermeture des meubles froids, passage des éclairages en LED, remplacement des installations et des fluides frigorigènes).
    À ce jour, plus d’une cinquantaine de sites est déjà certifiée ISO 50001 et les plans de formation sont en train d’être réévalués.
    Important à signaler : E.Leclerc, qui bénéficie d’un partenariat avec Renault, multiplie les places de parking cablées (25% du parc est équipé).

 

  • Produire de l’énergie pour l’auto-consommer.
    Les modifications législatives ont ouvert des perspectives économiques intéressantes. Hier, les rapports compliqués entre EDF et l’État ne pouvaient garantir l’amortissement dans les énergies nouvelles faute de visibilité sur les tarifs. Désormais, le marché du photovoltaïque et des éoliennes se construit.
    Une dizaine de magasins E.Leclerc ont déjà implanté des panneaux photovoltaïques sur leurs toits, sur des ombrières de parking, à Langon, Mimizan, Mios, Sainte-Foy-la-Grande, Pont l’Abbé… et l’entrepôt coopératif Scapartois (Hauts-de-France). Ces magasins travaillent sur le management de l’énergie avec la société Greenflex. La bonne collaboration avec les collectivités locales fait de ces magasins des sites pilotes. Ils sont en train de faire école…

 

  • E.Leclerc, légitime pour se lancer dans les 'boucles énergétiques'.
    Transparents, collaboratifs, les E.Leclerc pilotes commencent à fédérer les acteurs locaux pour aller plus loin dans la transition énergétique. Les capacités techniques qu’offrent ces magasins grâce à leur flexibilité de consommation, l’amélioration des capacités de stockage du froid, les délestages sur les bornes de recharge et aussi la récupération de chaleur, permettent de nourrir à ce stade des échanges fructueux avec les industriels, les artisans et les autres consommateurs d’énergie sur les sites.
    Fort de ses origines, l’Adhérent E.Leclerc de Landerneau ne pouvait être absent du groupe pionnier. Il a souscrit depuis le 1er juin aux premières consultations pour construire une 'boucle d’énergie' avec la ville.

 

Passionnant !!! À suivre… 

4 Commentaires

Bonjour,
Il s'agit là de démarches d'avenir, collaboratives à n'en pas douter, parfaits reflets de la prise en compte aussi bien des modes de consommation, des nouvelles nécessités de consommation ainsi que du rôle de plus en plus grand des acteurs privés (personnes morales ET physiques) dans la prise en charge de leur avenir.
Pas très étonnant qu'un acteur consumériste comme votre enseigne soit moteur sur ces dossiers. Pas étonnant mais félicitations tout de même.
Marc
WAW ! Je n'imaginais pas que les guerriers du pas cher s'investiraient et investiraient avec autant de détermination sur l'avenir. Je pensais que la grande distribution n'était qu'affaire de marges. Et puis en y réfléchissant, je me dis qu'en fait être pingre comme un patron d'hyper, eh bien c'est bon pour l'environnement : dépenser moins pour gagner plus. On en revient au sens premier de l'économie...

Bravo donc et merci, ce genre d'initiatives et de communications ne peuvent qu'aider à amplifier le mouvement. On en a bien besoin alors que Trump fait la guerre à la planète...
Chauffage l'hiver en hébergeant des serveurs-->serre tropicale pour ne plus importer de fruits tropicaux en hiver? Bains bouillonnants surveillés l'été pour faire patienter les enfants?
Une énergie d'Avenir, l'énergie #Cheval :
A #Coutras, l'#HippoBusDeCoutras a un arrêt sur le parking du centre E.Leclerc le mardi matin pour permettre aux habitants du Quartier Prioritaire (Politique de la Ville / CGET / CALI / Ville de Coutras) de venir faire leurs courses en utilisant l'hippomobile avec Les Bons Traits d'Epona (#LbtEpona).
Une mobilité "douce" en phase avec la #COP21, permettant aussi d'aider à préserver la biodiversité (les races françaises de chevaux de traits sont en très grand déclin) et de créer du lien social.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.