ÉCONOMIE Engagements

E.Leclerc et le sourcing responsable : des partenariats concrets

Il  y a quelques jours, j’avais expliqué la réticence des centres E.Leclerc à participer au lancement d’un label gouvernemental « fournisseurs responsables ». Je disais qu’à force d’utiliser les mêmes expressions pour traiter de problèmes différents, on finirait par galvauder les causes qu’on prétend défendre.

Il faut savoir en effet que plusieurs sociétés d ‘approvisionnement du Mouvement E.Leclerc se sont déjà engagées dans un processus de certification de leurs fournisseurs internationaux.

Le cadre général est connu : il y a les préoccupations écologiques (lutte contre le réchauffement climatique, contre la déforestation…), les enjeux liés à la santé et à la sécurité au travail (souvenez-vous du terrible accident du Rana Plaza…), il y a les interpellations des ONG, ainsi que les règles et normes gouvernementales à appliquer.

Toutes ces raisons, ainsi que de solides convictions des dirigeants de la SIPLEC (Société d’Importation d’E.Leclerc), ont conduit à mettre sur pied il y a plusieurs années un programme de « sourcing responsable » qui vise à accompagner les fournisseurs dans un processus d’amélioration des processus de production. C’est du tangible, c’est du concret, c’est une démarche de progrès, partenariale et qui exige plus de temps que le temps médiatico-politique.

En 2012, la SIPLEC a proposé à 49 industriels fournisseurs de participer à ce programme. Il concerne toutes les catégories de produits (le bazar, le textile et l’alimentaire) sur 4 continents et représente près de 20 % du chiffre d’affaires de la SIPLEC (hors énergie).

Sourcing responsable : kézako ?

L’ambition est d’accompagner ces partenaires dans la diminution de leur impact environnemental et dans l’amélioration de leur conformité sociale.

Les 2 référentiels sur lesquels s’appuie la SIPLEC pour avancer sur cette voie sont bien connus : BSCI et GSCP.

  • La BSCI (Business Social Compliance Initiative) est le référentiel qu’utilise l’Enseigne Leclerc pour réaliser les audits sociaux. Elle vise à faire progresser les conditions sociales dans les usines avec lesquelles collabore la SIPLEC. Elle est adossée aux critères de l’Organisation Internationale du Travail et elle est considérée comme un référentiel exigeant, bénéficiant d’une reconnaissance internationale.
  • Le GSCP (Global Social Compliance Program) est un référentiel international visant à améliorer la protection de l’environnement. Il est l’un des plus ambitieux car il couvre un spectre large de critères : nuisances sonores, biodiversité, gestion de l’eau, de l’énergie, des déchets, réduction des émissions de gaz à effet de serre, etc. Il s'articule en 3 phases successives. La SIPLEC a décidé d’accompagner ses fournisseurs sur les 2 premières : d'abord le respect des réglementations, ensuite la gestion environnementale des procédés de fabrication. La dernière correspondant à une phase de prise en charge autonome par l’industriel partenaire dans une démarche de progrès continu.

9 industriels asiatiques remplissent déjà tous les critères d’attribution du certificat niveau 1 et ont entamé la phase 2. Une première remise de certificat s’était déroulée en Asie, à Shanghai, en novembre 2013 où  par exemple l’industriel Anotech avait été récompensé pour sa production de matériel de cuisson en revêtement céramique (poêles et casseroles).

Mardi, ce sont 5 autres industriels, européens cette fois, impliqués dans cette démarche en phase 1, qui se sont vus mis à l’honneur.

  • L’entreprise turque EFES, basée à une centaine de kilomètres d'Istanbul, et qui fabrique les chaussettes Tissaia.
  • L’entreprise espagnole « Marie Claire », située dans la province de Castellon, qui fabrique des millions de collants et mi-bas Tissaia.
  • L’entreprise française PEG produit des couettes à marque d’enseigne Tissaia et a beaucoup travaillé sur ses rejets GES et sa gestion des déchets.
  • L'entreprise Durand, dans le Pas-de-Calais, qui produit les lubrifiants et le lave glace automobile à marque Tech 9.
  • Enfin, l’entreprise néerlandaise Sivomatic, située à quelques encablures de la Mer du Nord qui produit à la marque P'TIT AMI, de la litière pour chat.

Aider à grandir

Mardi, aux côtés de Régine Cuntzmann, la présidente de la SIPLEC, j’ai donc récompensé ces fournisseurs pour leurs efforts dans le cadre de la politique maison de sourcing responsable.

Ils apprécient ce programme car la SIPLEC reste à leurs côtés pour trouver des leviers d'action à l'issue des audits, et savent qu’une amélioration de leurs conditions de production leur ouvrira la porte d’autres marchés.

Bien sûr, quand on opère à des milliers de kilomètres de son territoire, rien n’est jamais acquis et définitivement sous contrôle.

Il n’empêche, les résultats sont palpables et ce programme est en plus un excellent outil de management interne. Il implique tous les collaborateurs des sociétés d'approvisionnement du Mouvement qui y voient une manière de valoriser leur métier et de participer à la montée des exigences sociétales.

817B4657 817B4662
817B4580 817B4649
817B4638 817B4635
817B4629 817B4618

4 Commentaires

Une nouvelle manière de mettre en évidence avec la force de la preuve que les solutions aux problèmes des entreprises passent par les entreprises dans leur capacité à identifier des convergences qui les servent, la plupart du temps en amont ou à côté de la pantomimes affligeante et des gesticulations bouffonnes de spectateurs déconnectés du réel que sont les corps intermédiaires et le politique.
En tout cas, ces partenariats responsables donnent des raisons d'espérer!
Bonne journée à tous.
Eric
Salut Mel!
Le lancement d’un label gouvernemental « fournisseurs responsables » est un bien pour le consommateur. Il commence par les fournisseurs de la grande distribution qui sont aujourd'hui déjà contrôlé.... Ce qui ressemble à un coup de communication peut devenir demain une nouvelle façon de travailler par exemple dans le secteur du bâtiment. J'aime bien Julien Courbet et le bénévolat. Son émission "Tous Ensemble" montre à quel point "le fournisseur responsable" dans le domaine de la construction peut faire défaut. 180 familles secourus par les bénévoles depuis le lancement de l'émission et un stock de dossiers en attente dans les armoires... Il y a donc un besoin de remettre à niveau ce secteur d'activité français, de le contrôler et de l'aider.
Bonjour Mr Leclerc
Je me permets de poser cette question : y a t il une chance pour qu'un jour nous puissions trouver dans vos magasins des smartphones " verts - équitables" ? puisque cela existe , comme le "fairphone" , et qu'il y a de la demande.
Je vous remercie .
Bonjour Suzanne. Pourquoi pas, si ça s'inscrit dans les cahiers des charges de notre conso responsable, et dans les valeurs d'E.Leclerc (donc vous l'aurez compris, de la capacité à "faire le prix" !). Stay tuned ! MEL

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.