E.Leclerc partenariat agricole viande
ÉCONOMIE Engagements

Nouveau partenariat E.Leclerc pour valoriser les filières agricoles dans le secteur de la viande

Je relaie cette info en saluant tout particulièrement les équipes d'éleveurs et celles de Kermené, qui dans un contexte de tension sanitaire et de baisse des cours ont su trouver le temps et le ton d'un dialogue constructif.

E.Leclerc signe encore un nouveau partenariat pour valoriser les filières agricoles et améliorer la qualité des aliments. C’est cette fois dans le secteur de la viande ! Et l’enjeu, portant sur les conditions d’élevage d’un premier lot annuel de 100.000 porcs, c’est de sécuriser les débouchés des producteurs, de définir ensemble une méthode de fixation des prix qui tienne compte des coûts de production, et d’améliorer la qualité des cahiers des charges. Mais à l’heure d’un "foodbashing" systématique dont sont victimes les éleveurs, il s’agit aussi de valoriser une démarche de plus en plus qualitative en s’engageant sur le bien être animal, l’environnement, l’absence d’OGM et d’antibiotiques.

C’est donc un accord tripartite qui va lier dans cette aventure les producteurs, leurs groupement et E.Leclerc, via sa filiale agroalimentaire Kermené, au coeur de la Bretagne. Pour signer cet engagement, et le rendre visible auprès des clients, Kermené commercialisera les charcuteries issues de cette filière exclusive à travers une gamme baptisée "Nos Recettes Privilège" avec la signature "JUSTE ET BON".

Concrètement, le partenariat, qui démarre en début d’année avec 12 élevages et un un premier lot de 1000.00 porcs, compte agir sur 3 leviers :

- Le revenu des éleveurs : le contrat met en place une rémunération indexée sur le coût des aliments et des engagements sur le prix d’achat, la durée et les volumes. Copilotée, la mécanique du contrat permet d’accompagner en prix les producteurs dans les mutations de leurs élevages, avec des engagements fermes pour les principaux et des améliorations supplémentaires "à la carte".

- Le bien-être animal : le cahier des charges est engageant sur différents aspects comme la libération des truies à tous les stades (hors moments jugés à risques pour l’animal ou pour ses porcelets), le maintien d’une lumière naturelle dans les bâtiments, l'accès à des objets organiques manipulables favorisant l’expression des comportements naturels des animaux. Les animaux sont élevés sans traitement antibiotique systématique à partir de 42 jours et nourris sans aliments OGM (garantis OGM free < 0.9%).

- L'accompagnement de la transition certifié par un organisme tiers (Bureau Véritas) concernant, outre le bien être animal, toutes les conditions de travail dans les exploitations et l’impact des exploitations sur l’environnement. Comportant au total plus de 200 critères, ce plan laisse à l'éleveur la possibilité de choisir les orientations les plus en adéquation avec sa conduite d’élevage et son exploitation. Mais, il définit la ligne directrice pour les années à venir.

Je félicite les équipes de Kermené pour cette avancée importante et salue la confiance accordée par les éleveurs à ce projet que je suivrais personnellement. En tout cas, voilà encore une preuve supplémentaire de l'engagement de notre enseigne dans la dynamique impulsée par les Etats Généraux de l’Alimentation.

2 Commentaires

Le "MIEUX", mieux-manger, mieux être animal, mieux vivre, doit nécessairement passer par les acteurs économiques les plus importants, au premier rand desquels s'agissant de grande consommation, les distributeurs.
Il est porteur d'espoir que le leader montre ainsi sa capacité à s'engager ainsi avec ses fournisseurs producteurs. Il donne l'exemple tout en faisant baisser d'un ton les chantres qui vivent des conflits entre acteurs dont ils se régalent faisant semblant de le déplorer... Politicards en tête.
Qu'un établissement aussi important que Kerméné soit moteur de ce dispositif est symptomatique d'une évolution réelle des pratiques en phase avec les attentrs et les demandes de plus en plus claires des consommateurs dans ce domaine.
Un seul mot "bravo", puis un autre "continuez!"
Bonjour MEL et à tous
Voilà qui va donner de l'air!!!
Aux éleveurs, aux transformateurs, aux commerçants mais surtout aux consommateurs-citoyens qui veulent manger sain et sans arrière pensée coupable.
Tout le monde (industriels et distributeurs) devrait faire ainsi. Ca a l'air si simple (alors que ça ne l'est sans doute pas tant d'y parvenir) et met en en évidence un volontarisme réel.
C'est bien ainsi.
Bonne après-midi.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.