Reportage En direct des éleveurs
ÉCONOMIE Enjeux de la distribution

"En direct des éleveurs" : une magnifique aventure entrepreneuriale et humaine !

Les agriculteurs membres de "En direct des éleveurs" ont compris dès 2010 que pour continuer à faire leur métier en 2020 dans des conditions acceptables, il leur fallait reprendre en main toute leur stratégie.

Alors éleveurs indépendants, ils se sont associés pour produire, transformer, et vendre. Ils ont investi et s’impliquent dans le circuit de commercialisation de leurs produits jusqu'aux points de vente. Ils sont désormais sur tous les fronts et ont réussi à créer un modèle original, avec l’appui des magasins E.Leclerc et U comme clients. Leur cahier des charges est exigeant notamment sur le plan de l’alimentation animale (pas d’OGM, pas d’huile de palme...).

Présents d’abord dans l’ouest breton et vendéen, vous trouverez aussi leur lait jusqu’en région parisienne dans nos magasins. Une mention spéciale pour ce packaging souple original et qui séduit les consommateurs !

S’associer pour rester maître de son avenir, investir collectivement et s’impliquer personnellement dans le travail collectif, voilà qui ressemble furieusement au modèle d’indépendants regroupés en coopératives tel que nous le pratiquons chez E. Leclerc.

Une magnifique aventure entrepreneuriale et humaine ainsi qu’un bel exemple de partenariat distributeurs-agriculteurs.

3 Commentaires

Super le petit film... C'est très pédago. et clair pour le spectateur. Ca ressemble pas mal à un cercle vertueux.
Je me pose juste la question des capacités de production totale de ce type de de regroupements vs les besoins totaux du marché. Juste histoire d'essayer d'imaginer la longueur du chemin à parcourir???
En tout cas, bravo de les mettre ainsi en avant, et dans vos magasins...
Bonjour MEL, cette vache stylisée de leur logo ne manque pas de capital sympathie...et de dynamisme si j'en juge par votre entrée en matière.
Ca donne beaucoup d'espoirs dans ce domaine après le départ de Nicolas Hulot. La clé est de plus en plus du côté des acteurs économiques de la filière alimentaire, concernant leur destin, et celui des consommateurs clients de leurs produits. Un bon deal gagnant-gagnant-gagnant visiblement!
Attention, pas d'usine & fermes à 10.000 vaches, avec des bovins qui ne voit pas un brin d'HERBE de toute leur vie, et mange que de l'ensilage qui les envoient à l'abattoir à 5/6 ans.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.