Génération E.Leclerc
ÉCONOMIE La vie des magasins

Deux générations E.Leclerc sur la même photo !

J’ai toujours eu de l’admiration pour les professionnels exigeants et je me suis toujours passionné de la manière de transmettre les savoir faire.

Il y a les écoles, le compagnonnage... L’entreprise familiale aussi est un modèle interessant.

Chez les commerçants indépendants, et notamment chez E.Leclerc, c’est un socle puissant. Ces photos (deux générations), témoignent que les évolutions ne se font pas toujours en rupture, comme on le prétend dans "le nouveau monde", mais dans l’apprentissage et l’adaptation constante.

Au départ, Jean Roman, le père, était dessinateur industriel à la SNCF et Colette, son épouse, était secrétaire. Rien ne les prédestinaient à créer en 1967 le centre E.Leclerc de Valréas : ayant rencontré mes parents, ils ouvrent un mercredi, jour de marché, et du coup il n’y a eu que 5 clients ce jour-là ! 🙀 Ils s’obstinent et apprennent "sur le carrelage".

40 ans après (eh oui, quand même !), le magasin initial, déplacé, s’est mué en un hyper de 4.800 m2 avec concepts HIFI, téléphonie, jeux vidéo, TV, électroménager, Manège à Bijoux, parapharmacie...

Et à sa tête aujourd’hui, le frère et la soeur !

Florence est à la manoeuvre auprès des 180 collaborateurs et se passionne pour le textile. Guillaume, ingénieur de formation, sorti de Kedge, mais passé bien sûr par tous les rayons, s’investit avec d’autres collègues : dans la coopérative régionale au niveau des achats, puis au niveau national pour développer le e-commerce et adapter la communication de l’enseigne au numérique.

Deux générations, donc, qui ont su embarquer leurs équipes, sans déclassement ni rupture traumatisante, de l'épicerie initiale à l’ère digitale. J’admire, et pas que parce que c’est chez Leclerc. 👌

2 Commentaires

Cher Mel, n'oubliez pas non plus les fournisseurs. Ils ont sans doute beaucoup contribué à cette belle histoire.
Bonjour Monsieur LECLERC,

En tant que collaborateur en magasin dans un centre E.LECLERC, pensez-vous qu'il soit encore possible de devenir adhérent du groupement sans avoir de grandes facilités financières ni un fort réseau interne ?

Le combat que votre père a mené et que nous menons au quotidien m'anime et je suis très motivé à le poursuivre tout en étant plus autonome, un jour, à la tête d'un magasin et de me consacrer à des missions dans un GT en SCA ou au GALEC.

Notre mission de garantir des prix bas ne doit jamais s'éteindre surtout en cette période incertaine.

Bien cordialement,

Guillaume Debailly

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.