Organigramme E.Leclerc
ÉCONOMIE La vie des magasins

Réorganisation en profondeur dans le Mouvement E.Leclerc

Mon ambition est qu'E.Leclerc figure d'ici 5 ans sur le podium des enseignes les mieux-disantes au niveau européen : nutrition, santé, culture, développement durable, citoyenneté, sécurité.

Enorme enjeu, constitutif de la charte E.Leclerc en cours de réécriture, et qui doit irriguer la promesse commerciale de l'enseigne dans tous ses canaux, ses formats, ses modes de vente. C'est une révolution culturelle, menée tambour battant, mais paisiblement, avec redéfinition des missions de chaque coopérateur.

La revue LSA a publié cette semaine les organigrammes des nouvelles équipes au niveau du groupement national et de structure commerciale (Scamark) qui pilote les marques de distributeur. J'invite industriels, producteurs et passionnés d'organisation à s'y pencher et même à risquer les premiers questionnements. 4 clés de lecture :

1/ E.Leclerc gardera ses fondamentaux : à l'heure de la loi PACTE, les entreprises sous enseigne E.Leclerc sont déjà engagées au-delà de leur objet social et défendent… : L'élargissement de l'accessibilité à l'offre, dont le prix L'esprit coopératif, solidarité, parrainage, participation à la vie du groupe Des engagements sociétaux vis-à-vis des parties prenantes

2/ Confirmation du développement dans les services et le non-alimentaire : ça différencie E.Leclerc de Lidl, Intermarché ou Système U, ça prépare à l'affrontement avec Amazon, ça accompagne les nouvelles demandes des foyers français. Symbole : pour la première fois de son histoire, le président du Groupement (Olivier Huet) a fait sa carrière dans le non-alimentaire !

3/ Souvent accusée dans les polémiques inter-industrielles de n'être que des acheteurs, les E.Leclerc créent un pôle marketing et relation clients, dont le domaine d'action est d'un poids équivalent à celui des achats. Nos fournisseurs le voulaient. Les discussions porteront autant sur le prix que sur la composition des gammes, la fiabilité des produits...

4/ Résolument, cette nouvelle organisation sert une stratégie multicanale : l'hypermarché reste le navire amiral, le e-commerce prend sa part de marché (notamment porté par les drives, et demain par les dépôts relais, livraisons à domicile, drives piétons…). Cette configuration très large du front de vente nécessite en amont, un investissement considérable dans la maîtrise de la chaîne logistique. C'est Alain Parent, qui a déjà forgé la dynamique de la Marque Repère, qui prend la direction Achats/Supply Chain.

L'équipe est soudée, intergénérationnelle. Les connaisseurs pourront constater que contrairement à d'autres enseignes, ici ce sont des commerçants qui sont à la manœuvre et directement des chefs d'entreprise qui démontrent tous les jours leurs performances en magasin. Rendez-vous à la rentrée pour un nouveau programme !

3 Commentaires

Mel, vous voilà donc en ordre de bataille pour affronter les vents mauvais qui semblent souffler...
Belle preuve de vitalité chez les indépendants, chez "les bleus" comme disent vos concurrents!
Pour faire bonne mesure, LSA propose cette semaine une forme d'alternance en tenant le micro pour Nestlé, L'Oréal et puis un autre gars moins connu. Chacun propose son brouet et c'est beaucoup moins excitant que de voir comment "le truc " qui apparait ingérable (vu de l'extérieur) montre une configuration plutôt intelligible. Mais vous avez raison, je crois bien que la clé c'est le fait que les patrons de magasins sont aux commandes! Si ça permet de continuer à ne pas payer trop cher ce que l'on achète chez vous, faites bien comme vous voulez. ;-)
Réaliser et améliorer la relation fournisseurs, c'est aussi se confronter aux "lois" du marché Français, Européen et international. Il manque dans cet ensemble déjà une cohérence d'intérêts et des divergences sociétales et intergénérationnelles incommensurables, chroniques et définitives. Sociétalement il n'est pas possible de faire cohabiter ces entités qui sont l'évolution de sociétés, d'intérêts, de valeurs. Ce n'est pas sans importance de réfléchir de comment était la société française fin du XX siècle et ses prévisionnels et comment elle se retrouve actuellement avec les mêmes fléaux graves autant dans l'activité réelle des fournisseurs que ceux des clients et donc de l'évolution générale dont les institutions et la démocratie moderne et civilisée et les moyens mis en œuvre pour son fonctionnement et efficacité, attention aussi dans les temps, le passé, le présent, le futur. Es - ce qu'il faut tourner la page du passé et le laisser en Paix , c'est plus prudent mais pas sans effort ni résolution, et pas sans un management stricte et sécurisant. Il reste primordial que les valeurs sociétales, l'organisation et les applications misent en œuvre se doivent être expertes et cela est possible malgré des obstructions et dangers réels du marché et des techniques spécialisées non seulement en gouvernance, en management, en marketing, RH, ... et développement durable .Pour assumer une activité avec ses aléas et obligations ce n'est pas facile toujours, des situations peuvent être graves, tristes et il est aussi possible d'en éviter les principales par un engagement aussi collectif employés y compris pour réussir ensemble et être satisfait des résultats et des orientations comme prévisionnels réalisés aussi en bonne concurrence, il n'est donc pas question de céder ni a la corruption ni autre fléau grave immoral ! Maintenant quand on va faire des courses au Leclerc, c'est beaucoup au M.Leclerc ... ! Bonne continuation. Comment avec le Pape et les Bretons déjà, ce n'est pas des Saints, dans ce Monde pas d'illusions mon Dieu !

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.