Parapharmacie-prix_enquête UFC-Que Choisir, fevrier 2017)
ÉCONOMIE Pouvoir d'achat

Parapharmacie : vive la concurrence !

L'UFC-Que Choisir publie une enquête de prix sur les produits de parapharmacie. Avec des tarifs "14% moins cher que la moyenne", E. Leclerc fait la course en tête.

Ce qui est intéressant, c’est que les deuxièmes sont les pharmaciens du réseau Lafayette. Comme quoi, la concurrence a du bon. Comme quoi, c’est possible d’être moins cher.

Chez Leclerc comme chez Lafayette, ce sont des pharmaciens qui sont aux commandes. A toutes fins utiles, je précise en effet que E. Leclerc ne veut pas vendre des médocs comme des petits pois : au contraire, l’enseigne milite pour valoriser le conseil et le contrôle de ses 250 docteurs en pharmacie.

Maintenant, expliquez-moi pourquoi on ne pourrait pas faire la même chose sur le médicament, notamment non remboursé.

16 Commentaires

Vous ne pouvez tout simplement pas faire la même chose car vous n'avez pas de pharmaciens présents dans toutes vos para à toutes heures d'ouverture,que vous n'assurez pas de service de garde,que vos pharmaciens sont de simples chefs de rayon.Dois JE continuer?
1/Leclerc ne couvre pas toute sa couverture horaire avec un pharmacien.
2/ses salariés sont sous les ordres d'un non pharmacien qui ne sera interessé que par son économie et non la santé du patient!
3/les autres salariés ne sont pas des préparatrices. On les retrouve au rayon boucherie ou poissonnerie à d'autres horaires.
Seule la pharmacie offre un service de santé, n'en déplaise à Leclerc et à ceux qu'il arrose...
Mel vend prix coutant pour avoir de beaux graphiques à présenter disant qu'il est le moins cher, argument principal pour vendre des médicaments. c'est de la com' !
Il a tué le petit commerce de centre ville, il veut avoir la peau des pharmaciens, qui EUX se battent chaque jour pour leurs clients contrairement à lui !
Combien de SALARIES chez leclerc gagnent ne serait ce que correctement leur vie ? Les grandes surfacent veulent tuer les pharmaciens comme ils ont tué les agriculteurs. Que les français ne soient pas dupes
Parce que, Monsieur LECLERC, vos pharmaciens ne sont jamais dans leur parapharmacie. Et si on demande à les rencontrer, ils ne sont jamais disponibles. Ce n'est pas le cas dans une pharmacie classique.
Parce qu'il ne s'agit pas de faire de la vente mais du soin, de connaître posologies et contre indications, de suivre une formation continue, d'avoir une déontologie, une indépendance et le droit de refuser de vendre, je ne pense pas que "vos" pharmaciens, dans une parapharmacie, soient très expérimentés en vente de médicaments , je ne pense pas non plus qu'ils seraient très pointus devant une pathologie quelconque et une association médicamenteuse , en effet ils ne voient pas passer beaucoup d'ordonnances dans vos parapharmacies sur, ils n'ont pas de contact avec les prescripteurs et les patients ne leur téléphone pas pour un conseil médicamenteux , tout pharmaciens qu'ils sont , de plus ils ne pourront pas couvrir toute la plage horaire d'ouverture , ils ne feront que 35H et auront droit à 5 semaines de congé/an sans parler des éventuels arrêts maladie alors ce sera une caissière qui vendra.En pharmacie d.officine seuls les pharmaciens et préparateurs ont le droit de vendre et le nombre de pharmaciens diplômés est proportionnel au CA . En Suède les intoxications médicamenteuses au paracétamol ont doublé lors de l'autorisation de la vente en grande surface, 5 ans plus tard la Suède faisait machine arrière . Ça c'est des économies ou simplement encore plus de richesses pour vous Mr MEL, qui n'en avez jamais assez ?
Monsieur Leclerc
Votre question est très simple et je vais essayer d'y répondre simplement.
Les médicaments non remboursés restent des médicaments avec le fragile équilibre effet therapeutique et effets secondaires et potentiellement dangereux.
La liste des contre indications , des effets indésirables, des interactions est très longue, et fastidieuse à apprendre.
J ai en mémoire l affaire des lasagnes à la viande de cheval. Serez vous capable de garantir la sécurité des médicaments ?
Pensez vous réellement que vendre ces médicaments moins chers soit un bénéfice pour la population française ?
Dans l attente de vous lire.
Julien
Julien, penses-tu que les pharmaciens maîtrisent la composition des médicaments, tu as en tête les lasagnes, j'espère que tu n'as pas oublié le mediator!!
Et oui mel ne maîtrise pas les ingrédients utilisés par les industriels, comme les pharmaciens avec les labos pharmaceutiques. Arrêtons ces procès sans sens.
Pour ton info, tout produit doit être vendu à sa juste valeur et la santé accessible à tous.
Effectivement, Leclerc peut vendre de la parapharmacie bien moins cher car il ne respecte pas la règle sur la présence d'un docteur en pharmacie.
Je peux vous certifier que la para Leclerc de chaponnay (69970) n'avait plus de pharmacien dans son personnel depuis plusieurs mois ...

L'économie réalisée sur la non présence d'un pharmacien peut donc très facilement se retrouver sur des prix plus bas ... c'est une concurrence déloyale !!!
Tout simplement car il faut 6ans d'étude + 1 doctorat pour délivrer un medicament en France :)
J ai deja demandé à parler au docteur en pharmacie dans ces fameuses para leclerc pour voir.
On m a repondu:
- y en a pas, il est en recrutement.
- il est en vacances.
- il ne travaille pas aujourd hui
- il est en reunion

Bref le pharmacien chez leclerc ou autre para d hyper, c est un peu l arlesienne.
Dans une officine, il y a un ou plusieurs pharmacien EN PERMANANCE.
C est facile d etre le moins cher quand on fait l economie de personnel qualifie et qu on met a la place Odette de la poissonnerie. ..
On n'est jamais déçu en lisant les réactions des principaux intéressés de la pharmacie d'officine, qui justifient la raison de ne pas laisser les docteurs en pharmacie d'E.Leclerc dispenser des médicaments non remboursés, par le fait que ces docteurs en pharmacie ne sont pas astreints aux obligations légales imposées...aux seuls pharmaciens d'officine ! Tout cela ressemble un peu à l'histoire des Shadoks, non ?

C’est à désespérer de l’emploi du temps de certains pharmaciens, auxquels je dois répondre depuis trente ans, avec les mêmes arguments - que de toutes façons ils ne veulent pas entendre. Quatre éléments de réponse :

1 - Les invectives, ce n’est plus pour moi. J’ai été soigné, ça va merci. Et à ceux-là qui s’y emploient, je ne répondrai jamais. Adieu, donc.

2 - Toutes ces revendications du monopole officinal, je les ai connues et j’y ai fait face personnellement dès les années 1980. J’ai obtenu la condamnation de l’Ordre des pharmaciens et des labos pour entente.
Depuis, l’eau a coulé. Il y a désormais plus de parapharmacie d’officine que de parapharmacie en GMS. Les jeunes pharmaciens ont trouvé, grâce à mon action, un surcroît de CA pour payer les fonds de commerce exorbitants de leurs aînés. Ils me disent tous les jours merci.

3 - La querelle des potards et des épicemars a commencé le 16 juillet 1775, lorsque les Commissaires de la faculté de médecine se sont réunis pour fixer les limites d’activité des apothicaires et des épiciers. Oui, c’était déjà en 1775 (cf http://www.michel-edouard-leclerc.com/categorie/societe/actus-debats-societe/pharmaciens-contre-epiciers-une-querelle-vieille-de-trois). Ceux que la querelle corporatiste intéresse encore peuvent trouver plaisir à s’y adonner. A l’heure de l’Internet et de l’omincanal, personnellement, je ne m’y intéresse plus.

4 - C’est toujours étrange pour moi de voir des diplômés de l’Université discréditer l’expertise de leurs propres collègues selon qu’ils exercent dans le privé ou le public, dans l’industrie ou le commerce. C’est très français. Je vous annoncerai dans un prochain billet une initiative pour essayer de sortir de ces querelles de village.
Ici, j'ai rappelé que les pharmaciens Lafayette ne vendaient pas cher - puisqu'ils sont deuxièmes du classement. Il ne me serait absolument pas venu à l’idée d’attribuer cette performance au fait qu’ils seraient de bons commerçants mais de mauvais pharmaciens. Ok ? A bientôt les Shadocks !
bien joué,on laisse monter la mayonnaise,puis on porte l estocade.
mais fallait il s attendre a d autres type de réactions?
Pour répondre à la question, peut-être que l'Etat veut garder un contrôle sur le réseau officinal afin de continuer ses économies de santé, assumées à 60% par les baisses de prix sur les médicaments remboursés (depuis plus de 30 ans). Perdre le contrôle du réseau officinal, même par une ouverture partielle du monopole (sur l'OTC par exemple), pourrait diminuer ses marges de manœuvre.

Peut-être aussi pour des raisons de Santé Publique... Quoique nous sommes en droit de nous poser la question suivante: le cerveau du pharmacien est-il plus fiable qu'un logiciel de caisse ou de délivrance paramétré (au niveau des contre-indications, des précautions d'emploi, etc...) pour sécuriser les ventes?

Cela dit, n'apporte qui peut "posséder" une pharmacie, indirectement certes, mais posséder quand même, par le biais des obligations convertibles. Elles ont leurs contraintes mais elles font parties des arguments que les groupements de pharmacies utilisent pour effectuer des levées de fonds auprès des sociétés d'investissement.
Vous avez raison, Monsieur Leclerc, la France meurt et va mourir de son corporatisme bien français si nous n'y faisons rien et que l'on voit dans toute l'économie. A niveau de compétences équivalentes, la France est jalonnée de discrimination que d'aucuns trouvent normale. Pharmacien d'officine et pharmacien du privé, juriste et avocat, taxi et uber, ..., les exemples se comptent par centaine.
On a créé des niches empêchant l'économie de prospérer à l'heure nous cherchons frénétiquement de l'emploi et de la croissance.
Regardons nos pays voisins, ils semblent plus pragmatiques.
Je soutiens votre combat.
Passez votre doctorat de pharmacie et rachetez toutes ces pharmacies qui vous font rêver au lieu de nous chauffer les oreilles à vouloir modifier le droit français et mettre en danger la santé du peuple pour le bien être de vos poches.
NON le prix des médicaments n'est pas plus élevé en France qu'ailleurs.
NON personne ne croit que vous êtes le bon samaritain venu sauver les pauvres consommateurs.
NON les médicaments ne sont pas des produits de consommation comme les autres.
NON les pharmaciens ne sont pas condamnés à être vos salariés.

OUI c'est le seul secteur qui échappe à vos tentacules et ça vous emmerde.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.