lait poudre
SOCIÉTÉ Actus / Débats

Affaire Lactalis : une défaillance systémique

Les opérations de ramassage des produits MILUMEL (Lactalis) se poursuivent.

Je referai un point d'étape probablement demain matin.

Permettez-moi quelques considérations sur l'évolution nationale du dossier.

J'ai annoncé en début de semaine, à la demande des adhérents E.Leclerc, que l'organisation de retrait des produits fin décembre avait été défectueuse et j'ai de ce fait considéré de mon devoir de présenter des excuses aux parents, au nom du groupement.

Inutile de vous dire que je n'en menais pas large mardi. Mais j'y suis allé à fond parce que l'enjeu était vraiment de déclencher un effet de souffle médiatique pour toucher le maximum de consommateurs, car il était évident qu'il fallait aller vite. Je crois que sur ce point, l'objectif va être atteint.

J'avoue quand même que j'étais surpris que seuls les centres E.Leclerc soient concernés…les annonces en rafale de nos concurrents me confirment que finalement j'ai bien fait d'ouvrir la voie à une opération transparence, même si notre isolement des premières heures n'était pas facile à assumer.

En tous les cas, la situation nouvelle confirme que la défaillance est bien systémique et pas seulement sectorielle.

J'ai entendu Bruno Le Maire (ministre de l'Economie) ce matin. Il a fait un bilan des 2500 contrôles menés par son administration. Il a révélé que 91 organisations détenaient des boîtes qui auraient dû être retirées, dont 30 grandes surfaces, mais aussi 44 pharmacies, 2 crèches, 12 hôpitaux et 3 grossistes... tous les acteurs économiques, depuis le producteur Lactalis jusqu'au distributeur (GMS comme officine) ont eu des points de défaillance. Et, c'est désormais une certitude, les services de l'Etat aussi.

Quoi qu'il en soit, ça n'excuse rien. Mais ce constat vient appeler en responsabilité ceux qui avaient fustigé un peu trop vite les seules grandes surfaces.

Certains se sont étonnés que je n'intervienne plus dans la presse. J'ai fait le job mardi, et pour l'heure, je reste aux côtés des équipes de salariés et des coopérateurs d'E.Leclerc, dont l'unique souci est de finir de contacter les clients et de gérer cette crise. Là est ma seule priorité aujourd'hui.

Comme je l'ai promis on passera ensuite à l'audit et aux mesures correctives.

A bientôt.

5 Commentaires

!!! Je ne peux que répeter une partie de mes propos d'avant-hier : vous assumez et vous informez! Chapeau tout de même parce que ça a dû tanguer avant que les autres enseignes reconnaissent avoir aussi de la confiture plein les doigts...
Bon courage tout de même.
ps : on n'a pas beaucoup entendu vos "collègues" patron de distribution!!!!
Bonsoir monsieur, mère de famille d'enfants qui ne sont heureusement plus concernés ; je note cependant qu'il ne semble pas y avoir de cas graves ou sérieux : je touche du bois et J'espère que la suite le confirmera.
Mais je vois aussi que des pharmacies sont concernées...et des hôpitaux! Là encore, je ne souhaite rien tant qu'aucun enfant ne soit gravement atteint.
Mais je salue votre responsabilité et votre engagement.
AB
Petite question : on entend beaucoup de prises de position quant à la responsabilité de tel ou tel dans la crise. Mais à aucun moment je n'ai entendu rappeler ce que nos grand'mères connaissaient - et que l'OMS continue à recommander : si l'on fait bouillir le lait, Salmonella disparaît, et plus aucun nourrisson ne risque quoi que ce soit. Le consommateur reste un acteur fondamental de la sécurité sanitaire. Pourquoi ne jamais le rappeler, et aller d'abord chez les juges ?
Bravo MEL pour votre transparence!
je suis certain que vous mettrez tous les moyens en interne pour éviter ce genre de dysfonctionnements à l’avenir . En tout cas chapeau bas car vous assumez votre rôle de grand dirigeant dans cette crise sanitaire.
Pourquoi dîtes-vous que les services de l'Etat ont leur part de responsabilité ? Qu'auraient-ils dû faire ?

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.