Laurent Alexandre Intelligence Artificielle
SOCIÉTÉ Actus / Débats

Osons ne pas avoir peur du futur

Je suis en train de lire "La guerre des intelligences". J'aime bien. C'est parfois outrancier, mais très pédagogique. Loin de l'idéologie du tout "IA" (intelligence artificielle) mais refusant les conservatismes. J'y puise des raisons d'être optimiste. Je conseille.

"Face à l'idéologie transhumaniste... Les contre-pouvoirs seraient nécessaires... Hélas, la majorité de nos philosophes se sont arrêtés aux programmes de Normal Sup de 1965 et sont entrés en pleine régression. Ils ont peur de tout : de l'Islam, des étrangers, des grandes surfaces, de la mondialisation... Des technologies NBIC" (Alain Finkielkraut, Michel Onfray, Natacha Polony, Luc Ferry sont cités).

"Cette fascination morbide pour un passé qui n'était pas si gai, quand beaucoup de nos intellectuels faisaient les louanges de tous les tortionnaires, de Staline à Mao... interpelle. Les philosophes de la fermeture et de la peur des nouveautés devraient être cantonnés aux clubs pour personnes âgées...".

"Aux nouvelles générations, il est préférable d'inculquer un goût du futur, sans cacher les difficultés qu'elles devront affronter. Préserver notre humanité tout en assumant notre pouvoir immense sur nos cellules, nos neurones, et nos chromosomes suppose de nouvelles grilles de lecture du monde".

 

Laurent Alexandre - La Guerre des Intelligences

3 Commentaires

Oui vous avez raison cher Mel, cet auteur est très pédagogue et c'est un bon passeur. Un énarque "fréquentable". Il avait une formation "forte" et un métier (chirurgien urologue) qui lui a sans doute évité d'être trop déformé par son passage à l'Ena. Il est pointu, curieux et très partageur de sa culture scientifique. Possible de lire sa chroniquez hebdo dans L'express.
Merci à vous pour ce partage.
Pour inventer des futurs enthousiasmants et mobilisateurs, vous pouvez compter sur Tilt ideas, Michel :).
Je pense que c´est une erreur de mettre Luc Ferry avec Alain Finkielkraut et Michel Onfray. Luc Ferry a écrit un livre intitulé "la révolution transhumaniste" qu´il a mis 4 ans à écrire en prenant par exemple des cours de biotechnologies pour tout comprendre. Son livre est ouvert sur de nombreuses avancées transhumanistes, notamment au niveau médical génétique où il trouve la perspective du rallongement de la vie à 300 ans très positive. Par ailleurs, il propose comme démarche de discernement sur ce qu´il faut prendre et ce qu´il faut laisser une approche très intéressante, celle de la tragédie grecque, où les deux parties opposées ont dans une certaine mesure toutes les deux raison, comme Créon et Antigone. Il signifie ainsi que nous n´aurons pas à l´avenir à trancher entre le noir et blanc, entre les bons et les méchants, mais à prendre une décision souvent difficile dans laquelle les deux cas de figure auront raison, chacun à leur façon. C´est ce qui s´appelle faire preuve de sagesse et de discernement. Par ailleurs, Luc Ferry souligne l´ouverture au dialogue et à la transparence des transhumanistes, discute de leurs thèses dans les journaux, sans pour autant adhérer à leur promesse d´immortalité à partir de 2045.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.