Jean-Philippe Glain DJ techno
SOCIÉTÉ Bloc-notes

Jean-Philippe chez E.Leclerc : DJ de l’écologie... et passionné d’électro !

Il nous arrive souvent de n’être interrogé ou jugé qu’à travers les stéréotypes de nos métiers. Ah bon, vous êtes patron et vous prétendez être écologiste ? Vous travaillez dans la grande distribution et vous participez à un festival de musique classique ? Comme si nos métiers formataient nos personnalités au point de ne plus avoir le droit d’être nous-même, avec nos différences ? Comme si nous n’étions que des fonctions , des statuts ou des rôles !

Moi, j’adore découvrir la diversité de personnalité de mes collaborateurs. Leur "richesse" s’exprime souvent par le fait qu’il s’adonne à des passions. D’autres ont carrément des "deuxième vie". Il en va ainsi de Jean Philippe Glain. Son bureau est à 50 mètres du mien. Mais c’est quand il m’a invité en salle de crise que je l’ai découvert... Et, depuis, à la cafète, bien sûr ! 😄

Chimiste de formation avec des expériences dans l'automobile, l'aéronautique et en centre de lutte contre le cancer (Institut Curie), ce garçon a intégré E.Leclerc il y a 10 ans comme chargé d'études au sein la Commission Qualité & Développement Durable. Du contrôle de la conformité réglementaire à la gestion de crise (salmonelloses, listeria, etc), jusqu'à la certification des services dans les magasins, il est devenu une référence dans les métiers du Développement Durable. Nos coopérateurs lui ont confié le déploiement du Plan Forêt E.Leclerc (bois tropical, huile de palme, papier...), puis le plan de suppression des substances indésirables, que ce soient les horribles perturbateurs endocriniens dans les produits DPH ou certains additifs alimentaires.

Engagé socialement, il représente ses collègues au Comité d’Entreprise depuis bientôt 2 ans. "C'est passionnant et ce sur de nombreux aspects, d'abord parce qu'on pense se rendre utile pour les collègues avec pas mal d'activités sociales et culturelles et puis en étant à leur écoute et en se faisant leur porte parole auprès de la Direction. Et puis on aborde le fonctionnement de l'Entreprise et sa Direction sous un angle différent ".

Mais voilà. Quel plaisir de découvrir que cet "athlète complet du social et de l’écologie" est aussi un passionné de musique ! C'est vers la musique électro qu’il s’est tourné après avoir passé pas mal de temps dans les meilleurs clubs berlinois à écouter les DJ les plus pointus, ce qu’il est vraiment devenu. La deep house est sa bonne fée (beats plutôt lents et son très envoûtant). Il aime aussi la tech (plus punchy 😄) .

JP (nom de scène Rolze Dice 😉) a monté un collectif avec deux amis d'enfance : Jean-Baptiste (réalisateur de documentaires) et Thibault (manager en transformation digitale chez Saegus). Ça s'appelle La Boite à Musique. Ils jouent dans des bars et des salles de concert de l'est parisien (Bellevilloise, Le Petit Bain, le 9b, le Bric à Brac, La Petite Chaufferie...)... Et jusqu’à Bruxelles et Berlin. Vous voulez écouter? C’est moi qui fait le marchand ! 😂😂😂

- Deep House.

- Tech House.

- La page Facebook du collectif

Génial, je trouve. Et fier de partager mon bout de couloir... Et d’autres passions, avec un tel collaborateur . Il me fallait vous raconter ça ! Bonne chance Jean Philippe !

2 Commentaires

En effet, une passion sympa, gaie, altruiste et plutôt inoffensive! Pas certain que ce soit toujours le cas chez tout le monde, et nul doute que chacun pourrait être surpris du véritable moteur de celui que l'on croit entièrement d"dié à ce que l'on voit de lui dans tel contexte, ou qu'il nous donne à voir... Mais juger des passions des hommes...
Imaginez un peu, je ne sais pas, Bob Sinclar ou David Guetta, qui secrètement bosserait dans une entreprise et avouant lors d'un itw à Best ou Rock and folk (pas certain que ces canards existent encore!!!) : "mon truc : c'est la compta", ou bien,"je kiffe vraiment ma race quand j'ai fait un bon compte-rendu de réunion..." Rigolo non? ;-)
De toutes les façons, c'est chouette d'avoir un "Rolze dice" dans ses parages...
Bonne journée
Coucou MEL,
En effet, en apparence, ça n'est pas si courant, enfin ça ne l'était pas à une époque où au travail, l'on était ce que l'on faisait! Au siècle dernier on va dire, quoique...
Idée : vous devriez faire le tour de vos collaborateurs proches, et leur demander "ce qui les fait vivre...en plus du travail chez vous...et s'ils seraient prêt à en parler?"
Je vais faire cela dans ma boîte. Vous avez eu là une belle inspiration avec ce post. merci et belle journée à tous.
D

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.