Union Européenne soutien
SOCIÉTÉ Europe

Union Européenne : la réformer, oui, mais d'abord la défendre !

L'Europe : à ce stade de la crise et des enjeux de reconversion de notre modèle de développement, je veux me réinvestir pour défendre un projet européen.

Je sais, par les temps qui courent, et sur les Réseaux que s'il on veut être populaire, il suffit de taper sur Bruxelles. Fastoche, et pourtant si lâche et si vain.

En France, on se voit volontiers résistant gaulois devant l'empire germanique, on méprise le Polonais, le Roumain... Mais notre arrogance fait "pschit" devant les menaces trumpiennes, le déplacement des centres du pouvoir vers l'Asie (Chine, Inde).

Heureusement, nos voisins, nos partenaires, avec leurs exigences, viennent d'accepter le méga plan de relance sans lequel nous n'aurions que notre dette et nos déficits pour pleurer.

Même les agriculteurs applaudissent au renouvellement de la PAC. Tu parles : 62,4 milliards de restitution, c'est pas rien.

Alors, j'adhère aux critiques sur les dysfonctionnements, la complexité du "Machin". Mais tous les acteurs engagés dans la refondation de notre société devraient défendre ce dernier projet collectif. Réformer, oui, mais d'abord défendre l'Europe.

1 Commentaires

L’abandon du multilatéralisme par les États-unis et le rééquilibrage de leur politique internationale vers l’Asie-pacifique remettent en cause la sécurité européenne adossée au parapluie nucléaire américain. Dans ces conditions, la nécessité de construire une défense européenne deviendra tôt ou tard une question de survie pour les pays de l’union européenne. Comment une armée européenne pourrait être crédible si cette dernière n’était pas placée sous l’autorité d’une institution fédérale unique ?

Ainsi, les géants économiques que sont les USA, la Chine et demain l’Inde nous imposent de construire une Europe forte, donc fédérale, c’est-à-dire capable de défendre efficacement des valeurs basées sur la transparence contraire aux principes du populisme et de l’autoritarisme.

N’y-a-t-il pas une contradiction flagrante entre le besoin d’une Europe fédérale, voir jacobine, capable de garantir nos idéaux, notre culture commune et la recherche d’une politique régionale mieux à même de répondre aux besoins domestiques des peuples européens ?

La suppression des états européens et l’avènement de la Communauté Européenne des Régions (ou des Lands) ne seraient-ils pas des solutions pour surmonter nos contradictions ?

Certes, cette conception nous impose à nous français de remettre en cause notre mentalité séculaire de jacobin. Elle nous oblige à admettre de nouvelles institutions européennes renforcées. En résumé, à opérer dans nos mentalités une révolution bien plus profonde que celle engendrée par la prise de la bastille, est-ce possible ?

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.