SOCIÉTÉ Industrie / Agriculture

E.Leclerc propose la création d’un fonds d’urgence de 180 millions d’euros pour soutenir les producteurs laitiers

Depuis quatre semaines, industriels-transformateurs, producteurs et distributeurs se renvoient la balle et désignent trop facilement des boucs émissaires pour masquer les effets négatifs d’un manque de régulation du marché du lait. Tous les acteurs conviennent qu’il y a urgence à prendre des dispositions à caractère structurel, et principalement au niveau européen.

Mais la situation de crise économique et désormais sociale, exige qu’un dispositif d’urgence soit mis en place et qu’il bénéficie directement aux producteurs, afin de leur assurer des revenus supplémentaires en attendant la remontée des cours prévue pour cet été.

Voilà plusieurs semaines que les adhérents E.Leclerc travaillent à des propositions et écoutent les revendications du monde agricole. Nous sommes aujourd’hui en mesure de faire des propositions concrètes, d’application immédiate et qui présentent l’avantage d’être juridiquement sécurisées (pas de risque d’entente).

C’est ce dispositif que je viens de proposer au Médiateur des relations commerciales agricoles.

Identification des revendications

Les producteurs de lait réclament une hausse de 2 à 3 centimes par litre de lait.

Si l’on tient compte des volumes totaux de lait collectés sur le territoire national (24 milliards de litres collectés par an, soit 6 milliards par trimestre), il s’agirait donc de mobiliser une somme de 180 millions d’euros afin de soutenir les revenus des producteurs laitiers dans les trois prochains mois.

Modalités d’abondement du fonds d’urgence

Ce fonds pourrait être abondé équitablement entre industriels et distributeurs, de la manière suivante :

Pour 51 % de la production, le lait est destiné à l’export et à l’industrie (poudre de lait, beurre industriel, lactosérum, caséine). Ces productions industrielles échappent totalement aux enseignes commerciales françaises. Aussi, il appartiendrait aux industriels d’établir la clé de répartition entre eux pour contribuer à ce financement.

La grande distribution et l’ensemble des circuits de distribution concernés par la vente de produits de grande consommation écoulant environ 49 % des volumes de lait collectés en France (fromage, beurre, lait de consommation, yaourts, desserts, crème), sa part dans l’enveloppe globale serait donc évaluée à 89 millions.

Afin d’apaiser le débat et pour éviter que ne soit relancé un « match » où chacun essaie de repasser la balle à l’autre, les centres E.Leclerc proposent que le financement basé sur ces 49% soit intégralement assumé par les distributeurs, sans cofinancement réclamé aux industriels, en contrepartie de leur engagement à assumer le soutien aux producteurs pour la partie export/industrie dont ils ont seuls la maîtrise.

La clé de la contribution de chacun des distributeurs pourrait par exemple reposer sur la part de marché que chaque enseigne représente sur ce secteur.

Sécurité juridique et rapidité de mise en œuvre

Nous avons étudié au préalable les propositions formulées par d’autres enseignes de la distribution. Malgré la qualité de leur intention, elles ont l’inconvénient d’être énoncées hors du cadre légal français et pourraient même, par leur incidence comme par leur nature, être interprétées comme une entente prohibée par la loi.

La solution proposée par la FCD a été critiquée par la FNPL au motif que le périmètre de la revalorisation était trop faible : « on n’est pas là pour faire l’aumône ». Elle ne porte en effet que sur les laits de consommation (10% du marché).

La solution proposée par Système U vise à faire apparaître en pied de chaque facture un sur-prix momentané correspondant à la part de lait incorporée dans chaque produit transformé. Pourquoi pas, mais cela paraît techniquement complexe à réaliser. Les calculs se fondant sur les seules déclarations des transformateurs, tout cela risque d’être source de contestations. De plus, comment garantir que cette hausse ne bénéficiera pas à un approvisionnement étranger ? Cette proposition suppose également une reprise des négociations bilatérales avec tous les fournisseurs. Enfin, parce que répétée à l’identique avec tous les fournisseurs et par tous les distributeurs, elle présente aussi le risque d’être requalifiée par l’Autorité de la Concurrence comme constitutive d’une action concertée.

La solution proposée par E.Leclerc permet ainsi d’éviter les écueils d’un risque d’entente et assure également que l’argent mobilisé ira directement dans la poche des producteurs de lait, dans un délai rapide et sans que l’on prenne le risque de se perdre dans des calculs trop complexes.

Les centres E.Leclerc sont prêts à verser leur part

Les Centres E.Leclerc (deuxième part de marché sur ce secteur) ont d’ores et déjà pris leurs dispositions pour provisionner la majeure partie de leur quote-part (environ 14 millions d’euros, estimation qu'il faudra affiner avec le médiateur), qui représente déjà plus des deux tiers de l’enveloppe proposée par les pouvoirs publics lors du Congrès de la FNPL le 21 mars ! Ils sont prêts à la verser sans délai dans un fonds d’urgence qui serait créé.

Il est à noter que la proposition des centres E.Lecerc se fonde sur un calcul basé sur la totalité des volumes de lait collectés en France (et pas seulement sur le lait de consommation). Elle laisse par ailleurs chaque enseigne, et chaque commerçant, libre de répercuter ou non ces hausses au consommateur et n’altère pas le libre jeu de la concurrence.

Les adhérents du Mouvement Leclerc restent bien entendu ouverts à l’analyse de toute autre proposition qui répondrait :

- à l’urgence de la situation,

- aux critères de légalité,

- et à l’implication égale de tous les intervenants de la filière.

Nous attendons désormais de connaître la réaction des pouvoirs publics et des autres intervenants de la filière laitière à nos propositions.

65 Commentaires

il est déja trop tard malheureusement mais cette politique est voulu c;est a dire des grosses structures qui finiront par etre intégrer comme la volaille et une grosse partie en cochons désormais l;agriculture est sans avenir
Bonjour,
Pour faire court je ne suis absolument pas dans le monde de l'agriculture mais juste un grand merci et un grand bravo à Monsieur Leclerc qui essaye quoi qu'il en soit de soulager actuellement le monde des producteurs laitier.
Moi- même chef entreprise , je soutiens fortement cette mobilisation et est bien sûr je serai toujours une grande fidèle de l enseigne.

Jocelyne PRUVOST
Chapeau bas.
Démonstration magistrale.
Et cette proposition a le mérite d'être très concrète.
Bravo.
Merci à vous de continuer à nous faire profiter sur ce blog de votre regard professionnel et "différent". Ces échanges nourrissent ma réflexion. Cordialement. MEL
il est a craindre une baisse du prix de lait !!! car la position d'oligarchique des industries laitière , comme a chaque fois qu'il y a "une aide "quelconque , le gain pris d'un coté sera déduit de l'autre !!!

c'est plus la position des producteur face a leur laitier qui posse problème
Salut Mel!
Je salue votre initiative de sauvetage. Pourquoi cette crise du lait est-elle survenue? Pourquoi les institutions gouvernementales n'ont elles pas réagi à temps? Quelle contrepartie attendez vous en retour? Et pour l'avenir quel outil faut-il mettre en place ou améliorer, pour éviter la création de fonds d'urgence?
il faut aller a l etranger(Allemagne,Hollande,Danemark,Italie,Canada,Royaume-Unis,Australie,Nouvelle- Zelande) et s adapter.vous avez remarqué,je n ai pas cité les Etats-Unis.mais pour l élevage je craint que l on aura pas a s adapter il est peut etre déja trop tard.
Spam, cette crise du lait n'est pas survenue brusquement. Elle est récurrente. Les politiques préfèrent parer au plus pressé, au coup par coup, que de prendre des mesures de fond.
Le problème majeur vient du fait que les producteurs de lait n'ont pas la maîtrise du prix de leur lait et de leur facturation c'est à dire que c'est le client (les laiteries) que fixe le prix du lait et qui fait la facture.
On parle de libéralisme excessif mais dans le lait c'est plutôt l'inverse. Nous ne pouvons même pas changer de laiterie quand nous le voulons parce qu'elles s'entendent entre elles pour ne pas se "piquer" de producteurs.
La solution ? Un changement en profondeur de nos relations commerciales avec les industriels mais surtout une véritable union des producteurs. Car les industriels jouent beaucoup sur notre manque de solidarité.
Salut productrice de lait!
Quelle loi ou quel décret faut-il adopter pour équilibrer le système?
Le compte n'y est pas:
Les 51% du lait valorisés à l'export ou en produits industriels, vont donner lieu à une revalorisation du prix du lait, d'après les conjoncturistes, de l'ordre de 2ct, pour les 24 milliards de litres, soit 480 millions d'€, payés par les transformateurs.
Les 49% du lait valorisés par la GMS ne seraient revalorisés que de 89 millions d'€????, soit 0,37ct, presque 6 fois moins que les produits industriels: c'est une aumône....
Conscient des difficultés rencontrées par la filière laitière, je m'interroge sur un point qui n'est JAMAIS abordé. Sauf erreur, les collecteurs de lait (auprès des producteurs) sont aussi les transformateurs, donc a-priori générateurs de valeur ajouté (puisque seul 10% du lait est vendu tel que). Pourquoi ces mêmes producteurs ne s'en prennent-ils pas à leurs fournisseurs (Danone, Lactalis et consorts)? Et pour aller dans le sens de M.E.L lorsqu'on regarde les marges dégagées par ces industriels, celles-ci n'ont rien à voir avec celles de la distribution en moyenne (2 à 3% de marge nette contre près de 10% chez Lactalis, Nestlé et Danone). Alors quel est donc ce rapport de force? Merci d'éclairer ma trop faible lanterne et d'enrichir le débat...
That's the question Tonio :-) MEL
ce n'est pas l'avis des syndicats agricoles, vous voyez les réactionnels ne sont pas uniquement direct, ceci est aussi bien pour la GMS que les syndicats et les différentes exploitations agricoles.
c'est une nouvelle étape de la construction des filières et leurs interrelations qui doit pour les parties prenante être non seulement aux normes mais en cohérence dans l'évolution des secteurs et ses conséquences, et assumer les techniques et résultats conformes, impératifs économique et social, du développement durable.
les autres secteurs doivent coopérer ! les industries du cuir par exemple, leurs clients auto moto avion mode ... le système financiers ne s'arrête pas seulement aux coopératives et négociants privés de l'agriculture qui travaille aussi avec qualité et efficacité il faut adapté les plans ! exclure ouvertement les prédateurs internationaux et nationaux !

L'idée est bonne mais il faut des structures spécifiques avec les acteurs et opérationnelles pour les autres situations en prévisionnel avec des plans concrets adaptés aux exigences des parties prenantes et des conjonctures !
Bravo MEL!
Pendant 50 ans la politique du prix bas a fait croire aux consommateurs qu'elle leur servait.Elle a en fait fermer la sidérurgie,la construction navale,l'électronique,la pèche et l'agriculture françaises.La grande distribution,"SAIGNEURS des temps modernes",jette des cacahuètes aux nouveaux cerfs.
Médiatiquement c'est le TOP.
Cher Monsieur, en toute objectivité, pensez-vous vraiment que ceux qui ne pratiquent pas des prix bas achètent plus cher à leurs fournisseurs que ceux qui pratiquent des prix bas ? Vous avez une réponse dans mon précédent billet : en 2012 E.Leclerc était une fois encore le moins cher et pourtant il a payé son lait plus cher qu'au moins deux de ses concurrents (factures à l'appui). Alors je vous encourage à sortir des clichés et à ne pas foncer vers tous les chiffons rouges que l'on vous tend. Posez-vous les bonnes questions... mais je ne vous jette pas la pierre, vous n'êtes pas le seul malheureusement à accepter si facilement de telles contre-vérités, distillées par ceux qui n'ont pas intérêt à ce que les prix bas perdurent. MEL
...Et pour rajouter au message précédent:
1) Pourquoi lors de la réunion du 9/4/13 avec le ministre ni M.E.L ni les industriels cités ci-dessus n'étaient présents (pour in fine augmenter le prix du lait au cteurs de 0.02€).
2) Comment avez vous fait pour ne pas acheter le lait plus cher et l'augmenter aux cteurs sans baisser vos marges? Merci
Tonio, je ne sais d'où vous sortez cette information mais je vous précise que notre enseigne a bien participé à cette rencontre.
Salut Bob!
Voilà une devise de roi de France:diviser pour mieux reignier...
A qui la faute? Mais aussi à qui l'intérêt?
Cherchez l'erreur et vous aurez un début de réponse.
est ce une aumone ou la peur de voir les producteurs s'en prendre a vos magasins et centrales d'achats ? mais merci c'est mieux que rien
Incroyable votre commentaire...

La distribution n'est pas responsable des problèmes des producteurs de lait, mal organisés entre eux, mal représentés, et donc incapables de prendre du recul pour affronter les enjeux internationaux de leur metier.
La distribution est seule prête à faire un effort de solidarité, quand l'Etat achète la paix sociale et l'électorat paysan à coup de mesures politiques éphémères, quand les industriels silencieux stockent la poudre de lait et avalent plus de 10% de marge et les cooperatives se planquent derrière les profits des céréaliers.

Tout ce petit monde est bien aise que de pauvres vandales manipulés viennent casser les magasins. Une vindicte qui les arrange tous et qui reste évidemment impunie des pouvoirs publics.
En attendant on diffuse l'idée ridicule que l'augmentation du prix de vente des produits laitiers profiterait aux producteurs...

Tous les ans c'est la meme chose. Les producteurs ont le nez dans le guidon, et personne n'a le courage de reformer la filière, surtout pas ses représentants.
En arrière plan le spectre de la PAC, la course aux subventions, les lobbies, l'export et les elections...
''L'aumône ou la casse'' dites vous, un raisonnement d'aveugle!
Il est toujours plus facile de prendre comme ennemis ceux qui apparaissent en première ligne alors que les véritables responsables se cachent derrière.
Excellente analyse de Bob.
http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/prix-du-lait-le-fonds-d-urgence-de-leclerc-nous-menera-droit-dans-le-mur-xavier-beulin-70894.html

Osez publier ce commentaire!
je suis d'acccord avec la pietre organisation des syndicats agricoles du moins celui qui decide de tout et en fait qui ne defend absolument pas les producteurs0 los organisations de producteurs ont des batons dans les roues.les coops font des profits sur le dos des procteurs çs on le sait mais si elles ne peuvent pas repercuter l'augmentation des prix de base aux centrales d'achat elles ne peuvent pas augmenter nos prix(sic)sauf rogner sur leurs marges, je pense qu'elles pourrai le faire mais ne veulent rien savoir. alors vers qui s'adresser ? a dieu (l'etat) ya rien pour nous! aux saints (gms , coops)ils se renvoient la balle . pour mette tous d'accord faux des coups d'eclat parce qu'on nous a donne la parole mais crier dans le vide ne sert a rien et les morts ne parlent plus
j'ai quand meme dit merci a mel
Claude Trevillot du groupe Lactalis ose dire que le prix du lait pour le deuxième trimestre ne peut être augmenté tant que les GMS ne font pas passer de hausse. Et d'autres de dire qu'en Allemagne les GMS l'ont fait.
En Allemagne, le prix du lait payé aux producteurs est déjà bien plus haut. Plus de 350 €/1000 l alors qu'en France, il sera autour de 300 pour avril.
Tout le monde sait qu'en juillet le prix payé aux producteurs va monter en flèche alors qu'il n'y a toujours pas d'accord en vue avec les GMS. Alors en juillet la hausse du prix ne dérange pas les industriels mais en avril ça ne va pas.
Le système de la production laitière est complétement pourri. Les producteurs sont pieds et poings liés. Ils ne fixent pas le prix de leur lait. Grâce aux contrats instaurés par Bruno Le Maire, ils sont liés pendant cinq ans avec leur laiterie sans aucune garantie sur le prix. Avant les contrats, c'était déjà quasiment impossible de changer de laiterie à cause des accords tacites entre elles pour ne pas se piquer de producteurs, maintenant c'est cuit.
Franchement je ne conseillerais à aucun jeune de s'installer en production laitière sauf s'il arrive à commercialiser sa production lui-même en transformant.
Aujourd'hui les producteurs de lait disparaissent les uns après les autres. Et ceux qui arrêtent sont ceux qui sont capables de produire. Les producteurs qui ont très peu d'investissements peuvent continuer jusqu'à la retraite. Mais si on leur demande de produire plus, ils ne pourront pas le faire.
Je suis vraiment mais alors vraiment écoeurée de ce qui se passe dans le lait. On a même entendu un grand ponte de l'INRA dire que si les producteurs n'étaient pas capables de produire à 300 €/1000 l, c'était qu'ils n'étaient pas bons.
Eh oui !
Bonjour chère Madame, j'ai aussi pris connaissance de ses déclarations et sur La France Agricole j'ai lu cette phrase dont le "peut-être" me laisse...dubitatif !
Je cite : « S'ils (les distributeurs) prennent conscience de la nécessité d'augmenter les prix sortie usine, alors il y aura peut-être une évolution du prix du lait à la production ». Ce type de déclaration me renforce dans l'idée que le fonds (et le versement direct qui l'accompagne) que nous avons proposé est la seule solution permettant d'assurer les producteurs en crise de toucher immédiatement et sans "perte en ligne" le soutien que nous avons imaginé. MEL
Je me suis amusée à faire un petit calcul en comparant le Canada et la France, deux pays avec un développement industriel similaire.
En 2011, au canada, le chiffre d'affaires de l'industrie laitière toutes catégories confondues pour un litre de lait est de 1.277 € pour un prix payé au producteur de 0.551 € soit un rapport de 2,31.
En France, en 2010, le CA de l'industrie laitière est de 1.05 € par litre alors que le prix moyen du litre payé au producteur est de 0.32 € soit un rapport de 3,28.
Si on applique à un litre de lait français le rapport du Canada, le prix d'un litre de lait payé au producteur devrait être de 0.45 € soit 450 €/1000 l au lieu des 320 €.
Deux solutions :
- soit les industriels français sont très mauvais;
- soit ils gagnent beaucoup plus qu'ils ne veulent bien le dire.
Ou alors c'est tout simplement que le mix produit au Canada comprend beaucoup moins de produits élaborés qu'en France (beaucoup plus de lait de consommation, moins d'AOP, de desserts lactés etc...). Comparer le CA ne veut rien dire.
Je ne compare pas le chiffre d'affaires. Je compare la valeur ajoutée entre les deux pays. Le but de mon calcul était de montrer que, vu la valorisation d'un litre de lait en France, le producteur de lait pourrait être bien mieux payé d'autant plus qu'effectivement le panel de produits élaborés (à valeur ajoutée bien meilleure) en France est bien supérieur à celui du Canada.
Vous ne voyez donc pas qu'on fait tout en France pour que les producteurs de lait disparaissent afin que les exploitations laitières qui restent appartiennent à des fonds d'investissement ou autres (Sofiprotéol par exemple)!!!
Ne vous plaignez pas si un jour on retrouve un scandale comme Spanghero dans le lait. Avec tout le trafic qui se fait autour de cette denrée, ça pourrait arriver.
dans cette équation il manque plusieurs inconnues:quelle est la production par vaches,combien produit une UTH et combien coute la techno-stucture par volume de produits finis?
Je parle de deux pays dont le développement industriel est similaire. Quel importance toutes les inconnues dont vous parlez !
Partout en Europe le prix du lait est supérieur à celui de la France. Plus de 350 €/1000 l en Allemagne, autour de 400 au Danemark et en Italie.
En France 285 € /1000 l EN AVRIL !!!!!!
comment ne pas imaginer que les producteurs de lait ne soient pas revoltes quand le prix impose par les laiteries via les centrales d'achats quand il s'agit du meme depuis 20 ans !lequel d'entre vous pourrait vivre avec son salaire de 20 ans en retard et les charges df'auourd'hui, je mets tout le monde au defi.
c'est incroyable que l'on chipote pour quelques centimes sur les produits laitiers quand le plein d'essence augmente de plusieurs euros et que personne ne dit rien
la nourriture a un prix et celui ci devrait theoriquement remunerer celui qui la produit
on n'a plus le droit d'avoir faim diqait coluche ok
on fait croire aux gens qu"il faut que la nourriture soit la moins chere possible , faut garder des sous pour payer le loyer qui lui augmente tout le temps et l'energie la tv et l'audio et ....alors on "oublie" de penser au paysans qui lui n'a qu'a creuver
a quand le lait chinois a la melamine dans vos assiettes
il est déja trop tard malheureusement mais cette politique est voulu c;est a dire des grosses structures qui finiront par etre intégrer comme la volaille et une grosse partie en cochons désormais l;agriculture est sans avenir
Bonjour,
Pour faire court je ne suis absolument pas dans le monde de l'agriculture mais juste un grand merci et un grand bravo à Monsieur Leclerc qui essaye quoi qu'il en soit de soulager actuellement le monde des producteurs laitier.
Moi- même chef entreprise , je soutiens fortement cette mobilisation et est bien sûr je serai toujours une grande fidèle de l enseigne.

Jocelyne PRUVOST
Chapeau bas.
Démonstration magistrale.
Et cette proposition a le mérite d'être très concrète.
Bravo.
Merci à vous de continuer à nous faire profiter sur ce blog de votre regard professionnel et "différent". Ces échanges nourrissent ma réflexion. Cordialement. MEL
il est a craindre une baisse du prix de lait !!! car la position d'oligarchique des industries laitière , comme a chaque fois qu'il y a "une aide "quelconque , le gain pris d'un coté sera déduit de l'autre !!!

c'est plus la position des producteur face a leur laitier qui posse problème
Salut Mel!
Je salue votre initiative de sauvetage. Pourquoi cette crise du lait est-elle survenue? Pourquoi les institutions gouvernementales n'ont elles pas réagi à temps? Quelle contrepartie attendez vous en retour? Et pour l'avenir quel outil faut-il mettre en place ou améliorer, pour éviter la création de fonds d'urgence?
il faut aller a l etranger(Allemagne,Hollande,Danemark,Italie,Canada,Royaume-Unis,Australie,Nouvelle- Zelande) et s adapter.vous avez remarqué,je n ai pas cité les Etats-Unis.mais pour l élevage je craint que l on aura pas a s adapter il est peut etre déja trop tard.
Spam, cette crise du lait n'est pas survenue brusquement. Elle est récurrente. Les politiques préfèrent parer au plus pressé, au coup par coup, que de prendre des mesures de fond.
Le problème majeur vient du fait que les producteurs de lait n'ont pas la maîtrise du prix de leur lait et de leur facturation c'est à dire que c'est le client (les laiteries) que fixe le prix du lait et qui fait la facture.
On parle de libéralisme excessif mais dans le lait c'est plutôt l'inverse. Nous ne pouvons même pas changer de laiterie quand nous le voulons parce qu'elles s'entendent entre elles pour ne pas se "piquer" de producteurs.
La solution ? Un changement en profondeur de nos relations commerciales avec les industriels mais surtout une véritable union des producteurs. Car les industriels jouent beaucoup sur notre manque de solidarité.
Salut productrice de lait!
Quelle loi ou quel décret faut-il adopter pour équilibrer le système?
Le compte n'y est pas:
Les 51% du lait valorisés à l'export ou en produits industriels, vont donner lieu à une revalorisation du prix du lait, d'après les conjoncturistes, de l'ordre de 2ct, pour les 24 milliards de litres, soit 480 millions d'€, payés par les transformateurs.
Les 49% du lait valorisés par la GMS ne seraient revalorisés que de 89 millions d'€????, soit 0,37ct, presque 6 fois moins que les produits industriels: c'est une aumône....
Conscient des difficultés rencontrées par la filière laitière, je m'interroge sur un point qui n'est JAMAIS abordé. Sauf erreur, les collecteurs de lait (auprès des producteurs) sont aussi les transformateurs, donc a-priori générateurs de valeur ajouté (puisque seul 10% du lait est vendu tel que). Pourquoi ces mêmes producteurs ne s'en prennent-ils pas à leurs fournisseurs (Danone, Lactalis et consorts)? Et pour aller dans le sens de M.E.L lorsqu'on regarde les marges dégagées par ces industriels, celles-ci n'ont rien à voir avec celles de la distribution en moyenne (2 à 3% de marge nette contre près de 10% chez Lactalis, Nestlé et Danone). Alors quel est donc ce rapport de force? Merci d'éclairer ma trop faible lanterne et d'enrichir le débat...
That's the question Tonio :-) MEL
ce n'est pas l'avis des syndicats agricoles, vous voyez les réactionnels ne sont pas uniquement direct, ceci est aussi bien pour la GMS que les syndicats et les différentes exploitations agricoles.
c'est une nouvelle étape de la construction des filières et leurs interrelations qui doit pour les parties prenante être non seulement aux normes mais en cohérence dans l'évolution des secteurs et ses conséquences, et assumer les techniques et résultats conformes, impératifs économique et social, du développement durable.
les autres secteurs doivent coopérer ! les industries du cuir par exemple, leurs clients auto moto avion mode ... le système financiers ne s'arrête pas seulement aux coopératives et négociants privés de l'agriculture qui travaille aussi avec qualité et efficacité il faut adapté les plans ! exclure ouvertement les prédateurs internationaux et nationaux !

L'idée est bonne mais il faut des structures spécifiques avec les acteurs et opérationnelles pour les autres situations en prévisionnel avec des plans concrets adaptés aux exigences des parties prenantes et des conjonctures !
Bravo MEL!
Pendant 50 ans la politique du prix bas a fait croire aux consommateurs qu'elle leur servait.Elle a en fait fermer la sidérurgie,la construction navale,l'électronique,la pèche et l'agriculture françaises.La grande distribution,"SAIGNEURS des temps modernes",jette des cacahuètes aux nouveaux cerfs.
Médiatiquement c'est le TOP.
Cher Monsieur, en toute objectivité, pensez-vous vraiment que ceux qui ne pratiquent pas des prix bas achètent plus cher à leurs fournisseurs que ceux qui pratiquent des prix bas ? Vous avez une réponse dans mon précédent billet : en 2012 E.Leclerc était une fois encore le moins cher et pourtant il a payé son lait plus cher qu'au moins deux de ses concurrents (factures à l'appui). Alors je vous encourage à sortir des clichés et à ne pas foncer vers tous les chiffons rouges que l'on vous tend. Posez-vous les bonnes questions... mais je ne vous jette pas la pierre, vous n'êtes pas le seul malheureusement à accepter si facilement de telles contre-vérités, distillées par ceux qui n'ont pas intérêt à ce que les prix bas perdurent. MEL
...Et pour rajouter au message précédent:
1) Pourquoi lors de la réunion du 9/4/13 avec le ministre ni M.E.L ni les industriels cités ci-dessus n'étaient présents (pour in fine augmenter le prix du lait au cteurs de 0.02€).
2) Comment avez vous fait pour ne pas acheter le lait plus cher et l'augmenter aux cteurs sans baisser vos marges? Merci
Tonio, je ne sais d'où vous sortez cette information mais je vous précise que notre enseigne a bien participé à cette rencontre.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.