CULTURE Prix Landerneau

Fred Vargas, Prix Landerneau Polar pour « Temps glaciaires »

fred-vargasLe prix Landerneau du polar a été décerné à Fred Vargas pour son livre « Temps glaciaires » (Flammarion).

Je suis super heureux. Fred Vargas est un écrivain exceptionnel, original, et avec elle, les « polardeuses anglaises » ont trouvé une vraie rivale. Et les libraires membres du jury partagent avec moi la fierté d’avoir primé une femme courageuse, capable de « se mettre en danger » vis-à-vis du public comme des critiques, en prenant résolument le parti…de la fidélité à ses idéaux et à ses amis.

vargas-livreDans « Temps glaciaires », on retrouve les personnages  de ses précédents romans, et le couple Danglard/Adamsberg, cette fois interpellé par une série de suicides (sic) qui baladeront les lecteurs, du pays du Dr Guillotin à la terre d’Islande ! Une galerie de portraits, des barges autant que des passionnés d’histoire (les deux, mon commissaire !) avec une intrigue dans l’intrigue. Une sorte d’ « Inception » avec machine à traverser des univers sociologiques et temporels parallèles…bon, je ne sais pas vous décrire, c’est assez délirant,  mais c’est génial…et puis le mieux est encore que vous le lisiez.

Térésa Cremisi, sa nouvelle et éphémère éditrice (cette grande dame de l’édition vient d’annoncer qu’elle se mettait en marge de Flammarion) avouait bien volontiers : « quand je lis un manuscrit de Fred, passées les dix premières pages, l’éditrice cède la place à la lectrice ».

Les débats furent riches, d’autant que le jury a été profondément renouvelé cette année, et que les nouveaux libraires comptaient bien défendre pied à pied leurs coups de cœur.

_DSC3985

Une présélection de 60 titres par le réseau des libraires des Espaces culturels. Une short liste à l’arrivée, parmi lesquels : Maxime Chattam (Que ta volonté soit faite, Albin Michel), Bernard Minier (Une putain d’histoire, XO Editions) ou Gilles Vincent (Hyènae, Jigal) et Dominique Manotti (Or noir, Gallimard).

Il a fallu compter avec le Président du jury, Paul Colize (lui-même lauréat du Landerneau Polar 2013). Un grand bonhomme, chaleureux, bon joueur, mais exigeant. J’avais oublié que dans une autre vie, il fut formateur en management !

C’est donc Fred Vargas qui l’a emporté. Nous savions qu’elle ne pourrait pas recevoir le prix en public à la date prévue. Notre « Antigone »  est quelque part au Brésil, avec Cesare Battisti. C’est Teresa Cremisi qui a donc reçu le prix en son nom. J’espère qu’elle saura deviner que par-delà la comm’ et les nécessités du métier, les libraires et moi-même avons voulu lui adresser un message sincère de lecteurs reconnaissants.

_DSC4371

Elle succède dans ce palmarès du Landerneau Polar à Caryl Férey et à Hervé Le Corre.

Je termine ce petit billet en remerciant chaleureusement Paul Colize pour avoir été un président de jury accessible et très investi. Les membres du jury ont aimé travailler à ses côtés et débattre avec un auteur qui, à propos du polar, reconnaît être touché par un  « virus » dont il ne peut guérir.

Enfin, je veux remercier aussi ceux sans qui ce Prix ne serait pas ce qu’il est : les 1164 libraires du réseau des Espaces culturels E.Leclerc et parmi eux :

Patrick Barbier – Pleuven (Finistère)

Ludovic Boulet – Bernay-Menneval (Eure) Nicolas Cosneau – Limoges (Haute-Vienne) Thomas Delecroix – Moisselles (Val-d’Oise) Servane Desforges – La Flèche (Sarthe) Priscilla Lambert-Bacteau – Guérande (Loire-Atlantique) Brice Montchamp – Clichy-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis) Corine Pirozzi – La Seyne-sur-Mer (Var) Martine Vimare – Angers (Maine-et-Loire) François Xavier Guyader – Ploufragan (Côtes-d’Armor) BNB_8963

3 Commentaires

Bonsoir MEL, bonsoir à tous,
en espérant que "Temps glaciaires" se limitent au titre du livre récompensé et ne soit pas bientôt métaphore des conséquences de la succession des loupés politiques à l'égard des entreprises, celles du commerce en particulier!...
Plus sérieusement, une nouvelle année encore, l'entreprise investit dans et soutient le secteur du livre, de tous les livres et de la culture de façon plus générale! Bravo.
Quitte à mal dire ou redire ce qui a déjà été écrit ici ou là dans votre blog (dont je suis le lecteur régulier) à propos des engagements de Leclerc dans le culturel, à l'heure où le politique n'a ni idée ni moyen pour servir ce secteur, c'est miracle que les initiatives privées puissent ainsi se poursuivre dans le temps. Un miracle qui se répète, c'est encore mieux!
Reste plus qu'à acheter le livre de Fred Vargas, et le lire ;-))...
J'irai l'acheter au Leclerc de Rueil, il devrait y être!
Bonne continuation.
Je suis super contente, fan de Fred Vargas depuis longtemps, j'ai pratiquement lu tous ses livres avec un petit bémol pour l' avant dernier ou elle poussait le délire un peu loin !!! Il m' a été très dur de lever le nez de celui-ci, même pour aller promener mon chien...Très bon choix donc.
Décidemment votre blog du 7 mai dernier(le prix landerneau...) m'est parvenu en SPAM....! Bizarre,vous avez dit bizarre,comme c'est bizarre.!Ceci dit je m'intéresse plus au festival "sang d'encre" à Vienne Isère.Dernièrement a Leclerc Viry-Chatillon,JP Mocky m a fait sourire et personne ne lui a remonté le bretelles...? A +~ Cordialement

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.