ÉCONOMIE Engagements

E.Leclerc et l'ESCP-Europe créent une chaire d'enseignement à Paris

A l'heure de la révolution digitale et de l'émergence de nouvelles offres de service, toutes les enseignes du commerce doivent repenser leur légitimité et leur avenir.

Ce que l'on appelait "les fondamentaux du commerce", est subitement remis en cause par des innovations de rupture, tant au plan de la relation avec les clients qu'au plan commercial, marketing ou logistique.

Ces moments de crise ou de mutation constituent aussi des opportunités pour des entreprises émergentes de pénétrer des marchés trop installés, et pour des étudiants – futurs cadres ou chefs d'entreprises – d'imaginer d'autres formes de carrière que celles qui leur étaient promises dans la "vieille" économie.

C'est dans ce contexte que j'ai proposé un partenariat ESCP-Europe/ E.Leclerc pour créer une Chaire d'enseignement au sein de cette prestigieuse école.

L'ESCP Europe est la plus ancienne école de commerce au monde. Elle accueille chaque année 4000 étudiants et 5000 cadres-dirigeants de 90 pays différents.  Le réseau des anciens de l'école compte à ce jour 45.000 membres, représentant 200 nationalités et présents dans 150 pays.

Depuis que je suis sorti de La Sorbonne (oops, ça fait un bail !), je me rends compte du déficit d'échanges entre le système d'enseignement et les entreprises. Bien sûr, il y a eu une Chaire Carrefour/HEC où officiait Daniel Bernard. Le groupe Mulliez est très actif auprès des écoles du Nord. Et les centres E.Leclerc collaborent eux-mêmes déjà étroitement avec de nombreuses écoles (Audencia, Ecal, Neoma…).

Il s'agit dans la plupart des cas d'un enseignement opérationnel, pour préparer les étudiants à un futur recrutement, à l'instar de ce qui se passe dans l'industrie avec les écoles d'ingénieurs.

Mais au-delà de la nécessité d'enseigner un modèle qui marche, il faut aussi que les praticiens se confrontent avec une génération d'étudiants 4.0 pour préparer les scenarii et les stratégies émergentes.

Et pour le commerce français, cela me paraît urgent. Alors que partout dans le monde anglo-saxon,  la fonction commerciale se trouve boostée par les nouvelles opportunités technologiques, l'enseignement français reste traditionnel, en ligne avec un discours d'élites toujours industrialiste et même agrarien.

J'en veux pour preuve que durant la crise agricole, on n'a cessé d'interpeller les responsables européens et français sur les traités commerciaux internationaux ou d'invoquer le partage de la "valeur" avec le secteur de la distribution et des services, avec l'idée que le commerce était l'ennemi. C'est d'ailleurs une constante chez les élites françaises de nier la contribution du commerce à la création de valeur au niveau national, alors même que les chiffres de la comptabilité nationale expriment le contraire.

Les écoles françaises de commerce elles-mêmes, semblant renier leur objet fondateur, abandonnent progressivement cette appellation au profit de celle, plus internationale (moins ringardisée ?), de "Management" ou de "Business School". 

J'ai proposé au Mouvement E.Leclerc de s'associer à l'ESCP-Europe pour que la Chaire «Prospective du commerce dans la société 4.0», serve les objectifs suivants :

- permettre aux étudiants de bénéficier d'une information et d'une analyse empirique actualisée, tout en échangeant régulièrement avec des professionnels qui sont des acteurs à part entière de cette révolution,

- créer un lieu de débat et de recherche sur des scenarii professionnels induits par la consommation digitale,

- réfléchir à l'impact de ces technologies et demandes nouvelles sur les organisations  elles-mêmes (franchise, coopérative, succursale, commerce intégré/commerce indépendant) et alimenter des stratégies d'accompagnement (institutionnelle, juridique…),

- produire de sérieuses analyses comparées de l'efficacité des différents canaux et systèmes émergents de distribution (depuis les AMAP jusqu'au "phygital").

- revaloriser, auprès de la communauté étudiante et professionnelle, l'utilité de la fonction commerciale, dans ses formes nouvelles afin de stimuler les vocations.

- contribuer par des publications diverses (policy papers, mémoires de recherche, sujets de thèses, colloques…), à la réflexion sur les effets de cette mutation commerciale sur la société (nouveaux investissements, nouveaux métiers, expertise du consommateur, nouvelles expressions de l'offre et de la demande…).

Le Professeur Olivier Badot codirigera cette Chaire avec moi, ainsi que le Docteur Adeline Ochs.

Des cadres et des adhérents du Mouvement E.Leclerc se mettront aussi à la disposition des étudiants et des professeurs pour les informer des dernières innovations, de leur impact concret sur l'organisation du travail ou des outils logistiques, et aussi pour les accompagner dans leur recherche.

Pour sa première année, la Chaire a prévu :

- Un cours sur la distribution et le commerce 4.0 : 30 heures pour mieux comprendre les évolutions en cours et les enjeux.

- Le lancement de thèses de Doctorat ès Sciences de Gestion portant sur le comportement des acheteurs dans la société 4.0., et sur les modèles économiques du commerce 4.0.

- La réalisation de mémoires de recherche avec un prix du meilleur mémoire;

- Et l'organisation d'un colloque international sur les différentes problématiques du commerce 4.0

C'est une belle aventure que de se rapprocher du système d'enseignement et de pouvoir créer un lieu d'échange, entre praticiens et enseignants.

Rendez-vous à l'automne pour les premiers cours !

10 Commentaires

Excellente initiative! Les étudiants des différents campus internationaux de l'ESCP ont hâte de participer à ce projet :)
Merci... et bienvenue ! ;-) MEL
Nooooooooooooooon!!! On va donc faire du commerce dans une école de commerce! Ca va swinger! Cela dit, quitte à innover en la matière, autant que ce soit fait par des pros comme votre enseigne.
Bravo pour ce nouveau partenariat Leclerc.
Jo
C'est génial! Gé-nial!
Est-ce que ça veut dire que pour les étudiants qui choisissent de suivre ces cours, l'ESCP va leur faire un prix moins cher?
Merci beaucoup par avance pour votre réponse cher MEL.
;-) je pose la question à Olivier Badot de ce pas !
Salut Mel!
C'est vraiment alléchant de suivre des cours dans ce domaine. La grande distribution est un secteur qui bénéficie de toutes les innovations pour accélérer la vente des produits, contrôler la qualité avec un maximum de satisfaction client sans oublier l'ingénierie financière développée. C'est un milieu où rien ne se perd tout se transforme. J'ai envie de vous demander de définir la société 4.0 avec si possible l'explication du choix de ce "4.0".
Bonjour Monsieur,

Belle initiative! Notre secteur d'activité a besoin de ces futurs nouveaux talents. Étudiant Lorrain en école de commerce en alternance depuis 3 ans, j'apprend tous les jours de nouvelles choses et nouvelles faces du métier au sein du centre commercial E.LEclerc Mosellan dans lequel je suis.
Il est difficile d'appréhender la "société 4.0" mais je n'ai aucun doute concernant les capacités d'enseignements de l’ESCP-Europe.

Comme disait l'autre, "Celui qui refuse d'être le meilleur cesse déjà d'être bon."

Serez vous présent lors du salon du Bourget prévu les 21 et 22 Juin prochain?

Cordialement,
NG
Affirmatif, j'y serai ! A bientôt donc. MEL
Toutes mes félicitations, notamment à un ami commun, le professeur Olivier Badot.
Bonjour,

Projet très intéressant! Félicitation pour cette démarche.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.