E.Leclerc Brest Porte de Gouesnou
ÉCONOMIE La vie des magasins

E.Leclerc Brest : quand les premiers salariés et les premiers clients racontent leurs souvenirs

Paroles de premiers salariés, mémoires des premiers clients : cette petite vidéo, faite de souvenirs, était conçue à destination interne pour l'inauguration du nouvel hyper de Brest. Mais c'est pour moi une petite note de nostalgie et, pour les centaines de collaborateurs qui ont travaillé avec mes parents, un joli clin d'oeil.

5 Commentaires

C'est très émouvant!
Très bonne idée que ce film.
Merci
Bonsoir MEL,
Pas de vacances pour vous visiblement?!?!
Ces témoignages sont très touchants. Une très bonne idée.
Bonne soirée.
LMC
C’est bien de nous avoir présenté Brigitte, mais où sont passées Corinne, Catherine, Sylvie et surtout Anne-Marie? ;)
En tout cas comme rappeler à l'entrée du parking depuis les travaux du mag4.0 , il est implanté à Gouesnou
Evident que chez les indépendants, le service est beaucoup plus personnalisé, ce qui est une force, et ce bien que la personnalisation, soit un des fantasmes récurrents du marketing.
C'est très émouvant effectivement, et surtout bien réel.
Je connais la chaleur des magasins Leclerc, outre la qualité de leurs produits incomparable avec les autres chaînes de grande distribution (prix imbattables en prime).
Ma Grand-Mère ayant habité non loin toute sa vie durant (12, rue Branda à Brest) elle a connu les touts débuts avec Edouard Leclerc, avec lequel elle aimait rester discuter.
Les dernières années de sa vie, alors qu'elle résistait depuis 13 ans face à un cancer généralisé, il ne lui restait plus que ça comme distraction. Elle avait arrêté le Cercle Naval des Officiers (bridge) et aimait venir 3 fois par semaine dans son magasin préféré.
Plus qu'un magasin c'était son lieu de rencontres, où elle aimait rester discuter avec les Chefs de Rayon qui lui rendaient bien ses sourires malgré la souffrance, et les bouquets de fleurs qu'elle leur achetait chaque année pour leurs anniversaires respectifs afin de les remercier pour leur gentillesse.
Alors bien sûr, en sens inverse, les salariés l'adoraient...au point de l'appeler chez elle, inquiets, si elle ne venait pas pendant 4 ou 5 jours.
C'est du vécu, avec elle.
Comme il est du vécu de ma part d'avoir acheter du poisson à Carrefour ou à SUPER U et d'avoir dû le jeter à la poubelle (limande sole au lieu d'une sole, bar d'élevage inmangeable, pourtant conseillé par le Responsable de la Poissonnerie de Carrefour devant mes questions et mon scepticisme).
Toute ma vie je me souviendrai de la qualité des filets de boeuf dans le Charolais que ma Grand-mère me prenait chez LECLERC, par contre également.
A manger c'était de la barbapapa de tendresse, que je pouvais manger à l'aide de ma fourchette seule, sans le couper !
Merci à vous !
Philippe

Nota : j'ai écrit d'un jet en 5 mn et sans me relire. J'espère donc qu'il n'y a pas trop de fautes... ;-) c'est un témoignage et une réaction à chaud, plein de sincérité de mon côté aussi.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.