SOCIÉTÉ Concurrence

Industrie/Commerce : Les hausses tarifaires contre la baisse Dutreil

 Dix ans de loi Galland et les habitudes restent installées. Même les plus mauvaises. Avec l’automne, les feuilles des tarifs tombent, lourdement lestées. Renaud Dutreil voulait des baisses de 5 %. Il en aura, mais il faudra se battre (et lui, ne pas se tromper de camp !). De l’avis de toutes nos équipes commerciales, il est trop tôt pour pouvoir apprécier l’ampleur du mouvement. Peu de CGV (conditions générales de vente) reçues au Galec (notre groupement coopératif d’achat). On les attend pour fin octobre. Les fournisseurs testent leurs scénarios. Pour l’heure, seuls nous parviennent les nouveaux tarifs. Nul ne peut dire encore par quel biais l’effet de ces hausses pourra éventuellement être compensé. J’imagine que le scénario sera le même que celui que décrivait le rapport Canivet pour dénoncer les effets pervers de la loi Galland : une vague de hausses de prix, une proposition d’augmentation des marges arrière (pour compenser…). Dans quelle proportion ? Ce sera l’un des enjeux majeurs de la négo 2006. Rien de changé, donc. C’est le « système » qui veut ça : à force de parler de réforme, on en oublie que nous sommes toujours sous l’égide de la loi Galland. La loi Dutreil/Jacob va permettre potentiellement des baisses de prix puisque les distributeurs pourront répercuter une partie des marges arrière (tout ce qui est au-dessus d’un matelas de 20 %). Un distributeur pourra vendre d’autant moins cher qu’il en aura engrangées. L’essentiel de la négociation se portera encore sur les marges arrière ou sur les ristournes, plus que sur le tarif, évidemment. Une autre raison explique cela. C’est la volonté des industriels de gommer progressivement la discrimination opérée, par eux, entre enseignes, et que l’abrogation des marges arrière, d’ici deux ou trois ans, risquerait de révéler. Tout le monde sait, dans nos métiers, que la coopération commerciale a été le siège d’une véritable différenciation (euphémisme) dans les conditions d’achat. Le statut juridique de ces prestations le permettait puisque la coop com rémunère des actions « spécifiques ». La créativité de nos amis industriels va être sacrément sollicitée, dès cette année, pour essayer de « racheter » ces écarts historiques. Par exemple, certains fournisseurs ne font pas mystère de vouloir segmenter leur offre promotionnelle avec des produits réservés pour Leclerc et d’autres pour Carrefour, histoire que chacun puisse jouer avec son ballon. D’autres vont essayer de nous rendre aveugles, en jouant au « bonneteau ». Imaginez l’industriel parlant à l’acheteur : « Tu la vois, ta marge arrière, sur la marque alpha ? Eh bien, maintenant, je l’enlève…et houp, je la reporte sur cette autre marque bêta, moins bataillée sur les prix. Comme ça, si tu veux baisser alpha, t’as qu’à prendre sur ta marge. Et si tu veux cogner sur bêta…ça m’arrange, je voulais justement la repositionner. C’est pour ça que je t’en donne les moyens ». De ces préludes amoureux, je tire déjà une certitude. Nos amis industriels vont tout faire pour essayer de maîtriser le mouvement de baisse. Certains rêveraient de l’annihiler qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. Nous sommes entre nous, je ne vais pas balancer des noms à la vindicte populaire ! Et puis, j’insiste au risque d’apparaître flagorneur, la partie n’est pas facile à jouer, même vue du camp d’en face. Mais, dans le secteur de l’hygiène et de la droguerie, on ne prend pas trop de gants pour nous annoncer, dès octobre (et encore au 1er janvier), des hausses de 5 à 10 % plus difficilement justifiables. Je vous prie de croire que, si elles passent, elles gommeront toute velléité de baisse de prix en magasin. Je ne sais pas s’il est déjà « au parfum », mais Renaud Dutreil va vite comprendre qu’avec un tel train de hausses, ce n’est pas 5 points de marge que les distributeurs devraient rogner, mais près de 10 pour atteindre l’objectif ministériel ! ! ! C’est mal parti (ce n’était déjà pas crédible !). D’ici à ce qu’il organise, lui aussi, une énième table ronde après celles de Nicolas Sarkozy et Thierry Breton… Ah, décidément, l’automne sera chaud !

25 Commentaires

Ben mon colon, on n' est pas sorti de l' auberge .. hein !
C' est pas que vos explications ne soient pas claires , c' est pas que la chose à comprendre soit si difficile, c' est tout simplement que le carré de l' hypoténuse fuit la tangente de la courbe adjacente des prix au rabais jouxtant un périmètre inaudible des plus grandes surfaces …. Le plus bel des opéras baroques .
Un de mes vieux professeur aurait écrit tout simplement : mystérieux de chez impénétrable .
Je note que l’automne sera chaud, ce qui jette un froid sur la situation .
:-)))))
@+
Le message est pourtant clair, d'un coté on essaye de faire baisser les prix au niveau des distributeurs (leclerc, carrefour, ...) pour essayer de masquer un taux d'inflation extremement élevé dans ce pays et faire croire que le pouvoir d'achat des francais va augmenter, d'un autre coté les fabriquants disent qu'ils vont augmenter leurs prix de 5 a 10% parceque les pauvres actionnaires n'arrivent plus a payer le crédit de leur 3eme porsche Cayenne...
Un conseille dévalisez le rayon droguerie et hygiène maintenant, faites des stocks pour des années, les prix ne sont pas pres de baisser....
Mais tout va bien, de toute facon c'est connu, l'inflation sera pile de 2% encore cette année...
Apres avoir enlevé du prix de calcul l'essence, les logements, le tabac, ... ainsi que les produits d'hygiene et de droguerie...
Bien evidemment c'est encore une fois les meme qui vont souffrir de tout ca...
Enfin on va se réjouir, le chomage continue de baisser et sera, Ho ! magie des chiffres, pile inférieur a 10% pour la fin de l'année !
Tiens je sents qu'il va encore y avoir un paquet de sociétés qu'il va falloire boycotter...
SixK
Ha! j'oubliais juste une chose, la vaseline, c'est bien au rayon hygiene ? Hop je fonce faire du stock, parceque j'ai l'impression que ca va me couter chère en proctologue dans les mois qui viennent...
SixK
attention à trop pressuriser les industriels c'est l'emploi qui fout le camp et si la grande distribution libère du pouvoir d'achat elle casse pas mal d'emplois en amont indirectement alors que directement elle n'en crée pas...
Michel ne penses tu pas que l'on vit un paradoxe ? Je m'explique : Les lois Galland censées protéger les fabriquants ont de mon point de vue favorisé l'inflation des prix de marques et laissé la place aux gammes premier prix et au hard discount. Conséquence les fabricants de premier prix se tourne vers des solutions industrielles les amenant à baisser la qualité et/ou délocaliser. Le système précédent avait, même si il avait des défauts, contribué à rendre performant les industriels de marques et permis l'éclosion en France de plusieurs groupes agroalimentaires internationaux et de nombreuses PME. Nombre d'entre elles étaient des TPE familiales à diffusion locale, et sont aujourd'hui des PME d'audience nationale ou européenne ayant créé des centaines d'emploi.
A vouloir tout légiférer en pensant protéger le consommateur n'est on pas arrivé à l'effet contraire ? (En clair on creuse notre tombe nous même ?)
Les TPE d'aujourd'hui sont les PME de demain, et les groupes d'après demain.
Bonjour,
J’ai du respect pour votre combat incessant et permanent pour la baisse des prix mais sur certains points je ne le partage pas. Vous analysez toujours dans une logique où le consommateur devrait avoir des droits et que des droits…Et pourtant, ce consommateur doit aussi avoir des devoirs. Cela me rappelle exactement la dérive « communautariste » de ceux qui croient défendre les immigrés en France : des droits, des droits, encore des droits et sans jamais rappeler à ceux qui ont choisi de vivre en France qu’ils ont aussi des devoirs vis à vis d’un meilleur vivre ensemble. On constate bien les dégâts…
Le consommateur doit être responsable et il est temps de lui présenter pédagogiquement le prix de ce qu’il achète et acquiert. C’est dans ce sens qu’il se rendra compte des valeurs et des coûts des choses. Cela peut l’éveiller à une consommation plus humaine et plus responsable et éviter de sombrer dans le cercle vicieux des besoins qui recréent encore et encore des besoins. Mon travail philosophique sur ce thème, mon expérience au service d’un grand groupe de distribution dans le mécénat et la solidarité et aujourd’hui le dialogue permanent avec le lectorat d’un magazine que j’ai crée sur la consommation responsable m’amènent à cette réflexion. J’ai vu en Inde, en Chine, au Pakistan, au Maroc, …comment certains produits que nous consommons sont fabriqués pour insister sur une véritable éducation du consommateur sur la question de prix. Derrière un prix bas, il y a toujours le salaire de la peur et la misère…Et votre rôle est de rappeler au consommateur ses devoirs : payer au rabais, c’est toujours défavoriser le travail humain. Rappeler le vrai coût, expliquer la vraie formation d’un prix, faciliter l’accès à la consommation au prix équitable… C’est ainsi que nous pourrions tous avancer dans la réflexion et l’action.
Bien à vous.
E. Mestiri
Ils sont beauux les discours sur l'ecologie!!!dans la pratique vous préferez detruire les caisses vides servant à stocker le vin plutot que les donner à une cliente (pas forcement acheteuse de vin,evidement)qui elle pouvait les recycler!!ceci c'est passé dans votre magasin de ST ORENS DE GAMEVILLE(31)!!Je ne vous ferez jamais plus de publicité!!!
De ce que je comprends, peu importe les règles, puisque de toute façon c'est la loi du plus fort qui s'impose ?
Est-ce qu'avec tous ces jeux de passe-passe, nous allons pouvoir voir une baisse durable des prix?
Avec les accords Sarkozy de l'an dernier j'ai effectivement constaté que les prix avait baissé globalement, mais aujourd'hui je me rend compte que sur une partie des articles les prix ont retrouvé leur niveau d'avant la baisse voir +...
D'autre part si les industrielles révisent leur tarif à la hausse, vous aurez beau engranger plus de 20% de marges arrières, est-ce que une fois le surplus de marge retranché au prix fixé par l'industriel on pourra voir une vrai baisse par rapport à maintenant? Personnellement j'en doute, et je crois que ce n'est pas la fin du système des bons d'achats comme vous le souhaiteriez...
Bonjour,
Dirigeant une petite PME familiale dans le Sud de la France, j'ai été particulièrement sensible à votre conviction "le développement des PME de leurs marques et de leurs produits est au coeur des enjeux de la grande distribution Française".
je fabrique de la charcuterie traditionnelle, et plus particulièrement du pâté Cévenol et de la saucisse fraîche.Depuis 1982 la socièté existe et ce n'est qu'en 2003 que je suis venue rejoindre l'équipe familiale.
Je connaissais mal le grand monde de la distribution , et les difficultés sont énormes pour se faire connaître .
Que dois-je faire?
Je suis prête à fabriquer pour vous un produit de qualité supérieure , alors rencontrons nous , essayez de m'aider à continuer mon chemin.
Par avance je vous en remercie.
Bonjour Monsieur,
Je vous ai également écouté sur radio BFM, avec intérêt, avant hier.
Insuffisantes peut-être, mais existantes les nouvelles dispositions sur les "prix et marges arrières" montrent que votre combat avance autant que faire se peut.
L'Europe est frileuse, la France a peur et, nous entrons déjà en campagne électorale présidentielle...Vos idées que je partage feront leur chemin, la force des faits l'y obligera mais je doute d'un "grand soir de la distribution" avant les prochaines élections législatives.
Business as usual...pouvez-vous - si l'idée retient votre attention - me préciser à qui au GALEC je puis proposer un produit très efficace, simple d'emploi et absolument sans danger ( sans restrition de vente et commercialisé par ma société) qui permet d'énormes économies et une meilleure santé : le coach électronique de poche NICOTIME Arrêter de fumer,testé et approuvé par les plus grands Instituts de santé publique aux USA...beaucoup beaucoup moins cher que les patchs. Actuellement vendu en pharmacie...pourquoi pas chez LECLERC! Tout savoir sur Nicotime Arrêter de fumer http://www.nicotime.fr
Vive la liberté du commerce.
Meilleures salutations.JL Demeyère.
Surpris de la velléité dont vous faite part!
En effet préssuré les fournisseurs et une bien belle façon d'enrichir les patrons de vos magasins.Un certain nombre prix de rayons de vos magasins sont soumis à des marges avant et pour autant les prix ne baisses pas!!!
Entre la volonté d'enrichir le patron de magasin et la volonté de communiquer voir d'aider le consommateur, où vous situez-vous?
Re sébastien (27/9/05)
Non, sébastien, ce n’est pas seulement la loi du plus fort, c’est parce que les règles ne sont pas équilibrées. Il faudra encore attendre deux ou trois ans pour que nous puissions pratiquer une vraie concurrence dans notre pays. Enfin, peut-être !
Re Erosoft (27/9/05)
Je ne suis pas encore capable de vous dire, vu l’état des négociations, s’il y aura véritablement des baisses. Manifestement, tout est fait pour qu’il n’y en ait pas. Wait and see.
ME Leclerc a encore frappé. Un courrier a étè envoyé à tous ses fournisseurs rappelant que ME LEclerc serait intransigeant sur les nouvelles CGV et qui ne voulait pas voir d'augmentation de tarif et Bla Bla bla...
Une question me vient à l'esprit. "Ce courrier a t'il été envoyé à ces adhérents. Si oui :
Je pense que ME LECLERC devrait expliquer à ces proches collaborateurs qui sont : les patrons de magasins qui négocient (puisque je rappelle que ME LECLERC n'intervient pas dans les négociations) que le but de la nouvelle lois et de faire baisser les prix pour les consommateurs.
Je crois que ces messieurs de la GMS ne sont pas prêt à laisser 2 ou 3% de résultats net concernant leurs comptes exploitations. Les premiers tours de négociations pour 2006 vont dans le sens inverse de la lois.
Si Non :
Mr LECLERC devrait vite informer ses collaborateurs de son positionnement pour 200.
Jamais vous ne parlez de la qualité des produits ?Qu'attend le consommateur,c'est de trouver un produit au juste prix,à force de baisser les prix les consommateurs auront des produits de mauvaise qualité,parceque M Leclerc et ses petits copains adherents auront tellement raketter les industriels, comme il le fait depuis 30 ans,qu'ils n'auront plus moyens d'innover,sachant que la distribution ne fait que copier les industriels.
Bonjour M.E.L.
auriez-vous trouver un moyen de faire baisser les prix en vendant de l'électroménager en KIT : EX :
une cuisinière de marque sans fil de raccordement.
De plus, les vendeurs ne préviennent pas la clientèle qu'il faut faire appel à un électricien. On le découvre dans la notice. Je suis à votre disposition pour vous donner les coordonnées du magasin, scanner la facture et la notice d'utilisation de la cuisinière.
Re chatton (30/9/05)
Pour info, la lettre écrite aux fournisseurs est co-signée par l’adhérent qui est Président du Directoire du Groupement d’Achat. En fait, elle a été élaborée par l’équipe commerciale du Galec et co-signée par moi. Comment pouvez-vous imaginer une seule seconde, qu’en pleine négo commerciale, j’intervienne auprès des fournisseurs sans être en phase avec les adhérents en charge du dossier ? Qui a intérêt à véhiculer l’image d’une opposition entre mon action et celle des équipes d’achat. Qui ? Ne soyez donc ni manipulateur, ni manipulé. Ca ne trompe personne !
Re Jaffrès Roseline (02/10/05)
Je n’en reviens pas. Oui, donnez-moi l’info précise pour que je puisse rectifier le tir si c’est le cas (ACDLec, 52 rue Camille Desmoulins, 92451 Issy-les-Moulineaux).
Bonjour,
A propos des prix, les ticket Leclerc et les cartes de fidélitè ne feraient-il pas monter les prix?
Dans un premier temps on gagne des sous sur sa carte. Mais si on va plus loin, il y a bien un coùt sur ces cartes, il faut gerer toutes ces cartes, faire des promotion avec des points, éditer des ticket, faire des promotion, etc ... La gestion à un coùut. Et qui paye toutes ces reductions ?
le supermaché, les fournsisseur ( des marges arrières ), le client ?
Il y a des choses à apprendre des Discount, car la bas point de carte et tralala.
Re à gilles (07/10/2005)
Non, les tickets et les bons d’achat ne font pas monter les prix. En fait, pour nous, ce type d’instrument promotionnel nous a permis de faire profiter les consommateurs d’une partie des marges arrière.
Par la suite, les fournisseurs y ont trouvé un intérêt. Il y a un important accroissement des ventes dès qu’un produit est porteur de ticket. C’est ce qui les a amenés à proposer que l’émission des tickets soit décidée conjointement. Dans ce cas, le coût du ticket est pris en charge tantôt par l’industriel, tantôt par le distributeur.
Re à M.E.L.
« Non, les tickets et les bons d’achat ne font pas monter les prix. En fait, pour nous, ce type d’instrument promotionnel nous a permis de faire profiter les consommateurs d’une partie des marges arrière. »
Bonjour,
Je n'ai découvert que récemment l'expression "marges arrière" (arrière sans s ?), et malgré mes recherches sur Internet et de nombreux résultats, je n'arrive pas bien à comprendre de quoi il s'agit ni à me faire une idée claire de ce que recouvre le terme. Je ne sais pas si ça peut s'expliquer en quelques mots ou s'il y faudrait un billet, mais pourriez-vous détailler le mécanisme au profane que je suis ?
Merci d'avance,
Jean-Marie Le Ray
Bonjour,
J'aimerais que mon courrier soit lu par Michel Edouard Leclerc mais je sais que cela ne sera pas évident !
Je vous écris car je connais la sensibilité pour les problèmes environnementaux. J'ai depuis longtemps une idée pour améliorer l'état de la planète, je l'ai envoyée à Nicolas Hulot, la réponse a été : c'est une très jolie idée, mais nous ne pouvons vous aider. Je l'ai envoyée au ministère de l'environnement qui n'a pas donné suite. Je vous l'envoie en espérant qu'elle retiendra votre attention.
VOICI MON COURRIER :
Pas une semaine sans parler du climat qui se dérègle et du réchauffement de la planète, de la désertification qui nous menace. Hors, en Afrique, un remède à ce fléau est bien de planter des arbres ? Alors pourquoi ne plantons pas de toute urgence des milliers d’arbres ???
On parle beaucoup de la forêt amazonienne. Le poumon de la planète, en péril… Mais c’est loin, et agir est difficile. Ici, nous pouvons agir, en France, en Europe.
Car qui mieux que la nature peut aider l’homme à réparer les dégâts de l’homme sur la nature ???
Pourquoi ne pas faire du territoire française le poumon de l'Europe et ainsi de donner l'exemple aux états voisins ? Je ne parle pas de quelques forêts éparses, tous les pays en ont, et la France en a même de très grandes et de très belles dont elle peut être fière... D’ailleurs, combien d’hectares ont encore brûlé cet été ? Rappelons-nous que l’Europe était à l’origine une forêt ! Une immense forêt ! L’homme a déboisé, et il continue, pour ses champs, ses maisons, ses routes, il fait ça très vite et très bien, mais pourquoi replanter n’est-il pas LA priorité pour rendre à la planète les forces que l’homme a prises ?
Regardons au delà des forêt, le reste du pays ! Les villes ? Les villages ? Les trottoirs ? Les campagnes ? Les terrains vagues ? Les espaces verts ? Les bords de routes ? Les bords d'autoroute ? Les terrains inexploités, abandonnés, les friches ?
Où que j’aille, où que je regarde, je vois partout de multiples espaces en herbe mal dégrossie sur lesquels des arbres feraient merveille : beauté, verdure, ombre, oxygène, fraîcheur, habitat d'oiseaux, pourquoi la France ne lance-t-elle pas une large campagne de promotion des arbres ?
Seules quelques villes riches (comme Chantilly, St Germain...) ont des quartiers magnifiques avec des arbres gigantesques. Que dire des malheureuses cités de banlieues et leurs pelouses râpées ?
Si chaque ville ou village verdissait ses trottoirs, ses cours d'école, ombrageait ses places, ses ronds points. Toutes les zones tristes...
Si chaque champ était à nouveau bordé de haies plantées d'arbres variés...
Si chaque parcelle d'herbe en bord de route et d'autoroute était boisée.
Si chaque entreprise faisait de sa propriété un joli parc pour respirer.
Si chaque particulier plantait un arbre ou plusieurs dans son jardin (beaucoup de jardins vides !).
La couleur verte apaise, la beauté d’un arbre équilibre l’âme.
Le feuillage cache la "misère" des murs délabrés des banlieues, des zones industrielles, le feuillage persistant peut même dissimuler en permanence des clôtures inesthétiques.
L'ombre est recherchée, la fraîcheur aussi, surtout l'été... Chacun recherche l’ombre d’un arbre pour garer sa voiture, alors pourquoi si peu d’arbres dans les parkings ? Pourquoi des arbres ridiculement fluets et décoratifs quand c’est l’ombre épaisse et la verdure qui feraient merveille ?
Le chant des oiseaux dans les branches est plus apaisant que le bruit des mobylettes, ainsi que le vent dans les feuilles…
L'arbre appelle et conserve l'eau dans ses racines, il lutte efficacement contre la sécheresse, les inondations, il retient les glissements de terrains, il équilibre les sols, il n’a que des avantages, il suffit de choisir le bon arbre en fonction du service spécifique demandé…
Enfin, l'oxygène produit permettrait de lutter contre l'air pollué que nous respirons tous !
Voilà, c'est une idée qui ne me quitte pas depuis des années et dont je ne savais que faire...
J'aime les arbres, et comme Idéfix, je pleure quand on en arrache un... Quel bonheur si on en plantait partout dans nos sinistres banlieues et nos belles campagnes... Il y en a déjà beaucoup, mais il pourrait y en avoir tant d'autres !!!
Je sais que les arbres coûtent cher, qu'il faut les planter et les surveiller pour ne pas qu'ils meurent de soif pendant les premiers mois. Mais pour les zones trop coûteuses à boiser, pourquoi ne pas simplement répartir glands, châtaignes, graines de toutes sortes pour que la nature fasse seule son travail ? Ce sera plus long, mais c'est mieux que rien !
Pourquoi ne pas utiliser sponsors pour boiser tel ou tel endroit, avec une publicité à la clé ? Des associations de citoyens, scouts, éclaireurs, ados, écoles, pour faire pousser des arbres en pots et les remettre aux communes, préfectures, que sais-je ? Des baisses d'impôts pour achat d'arbres pour jardins et propriétés, plein de mesures de toutes sortes pour que la France donne (vite !!!) l'exemple à l'Europe et au monde...
Les écoliers pourraient cet automne collecter un maximum de semences de toutes sortes afin par exemple que les sociétés d’autoroute les répandent sur les vastes espaces déserts des échangeurs… Il faut que les idées fleurissent, que tout le monde s’y mette, pour donner une chance à la nature malgré l’homme.
Merci de me faire savoir si cette idée a une chance d'aboutir un jour à quelque chose, une campagne peut-être...
En espérant que vous donnerez suite à cette idée...
Michèle
Bonjour à toutes et à tous !
En réponse à Michèle FONTAINE.
Je trouve votre idée globalement excellente en ville et en zone péri-urbaine, mais pour le reste du territoire, les arbres poussent naturellement.
Il est tout de même étonnant que l'on puisse penser que la forêt recule en France, alors que depuis 1900 la forêt française ne cesse de progresser. Depuis cette date la forêt française a augmentée de plus de trente pour cent, ce qui est loin d'être négligeable.
Amitiés.
François HENRY
Re François HENRY, re Michèle FONTAINE (18/10/05)
Oui, chère Michèle, je pense que François HENRY a raison. Sur le fond, votre préoccupation est légitime. Et je partage votre exposé.
Mais, je crois sincèrement que la forêt française est très bien gérée. L’ONF et beaucoup de syndicats interprofessionnels ont pris conscience des nécessités de renouveler cette fantastique forêt, l’une des plus belles d’Europe occidentale. Et malgré les incendies, malgré les coupes, les surfaces boisées tendent à s’accroître sur notre territoire.

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.