SOCIÉTÉ Concurrence

Prix des carburants : bruits et chuchotements…

D’abord, mille pardons à tous ceux auxquels je dois des réponses. J’ai conscience d’être très en retard. Je m’en occupe samedi et dimanche, et garantis que tout sera en ligne, lundi soir… img_blog_160905_prix_carbur Photo : Eric Feferberg / AFP Branle-bas de combat depuis deux ou trois jours. Thierry Breton a convoqué tous les acteurs de la filière pour obtenir d'eux « une série de propositions qui permettent de limiter les effets de la hausse ». La rencontre devait avoir lieu ce matin à 10 heures. Elle est reportée à 16 heures. Personnellement, je ne pourrai pas y être. (Je serai à La Rochelle pour « baptiser » le bateau de Corentin Douguet qui va se lancer sous nos couleurs, dimanche 17 à 17h17, dans la Transat 6.50.) Néanmoins, j’ai suivi, avec mes équipes, toutes les réunions préparatoires. En gros, le Ministre a senti les limites des menaces proférées à l’encontre des compagnies pétrolières. Une taxe ? Pourquoi pas. Encore faudrait-il qu’elles paient déjà leurs impôts en France. Et puis surtout, il y a un côté complètement incongru dans cette histoire. L’Etat a privatisé Total, perdant ainsi le moyen d’intervenir dans la politique pétrolière. (Le discours fumeux sur le patriotisme économique et la défense des actifs stratégiques en prend un sacré coup !). Et pour ma part, je pense que la priorité aujourd’hui, c’est d’abord de négocier, avec les compagnies, la sécurité de l’approvisionnement futur de la France. Ce sera, je vous l’affirme, un vrai enjeu. Le Ministre souhaite aussi « qu’un effort soit fait pour mieux répercuter les baisses ». D’accord avec ça. De toute façon, c’est ce qui se passe déjà sur le marché. Vous pensez bien que les grandes surfaces s’alignent les unes sur les autres, et forcément sur la moins chère. Compte tenu de l’actualité, je n’ai pas beaucoup le temps de développer mes arguments, ici. Si ça vous intéresse, je vous invite à jeter un œil sur l’interview que j’ai donnée à Frédéric Pons, dans Libération, ce matin. (Pour la photo, nous avons bien rigolé. Le photographe souhaitait « fixer » une partie de mon équipe pétrole. Nous avions rangé les bureaux, et les ordinateurs crachaient en mode « couleur maxi » pour faire un joli décor. En fait, Fred Kihn, le photographe, nous a demandé de descendre dans le garage. Et il nous a shootés en « posture américaine » (Men in Black, version brigade financière). En découvrant nos minois ce matin, on s’est vraiment fait peur !). Si vous le voulez bien, je reviendrai sur ces sujets, lundi : taxe sur les compagnies pétrolières, biocarburants, marges de distribution…

24 Commentaires

Je suis d'accord avec vous pourquoi ne pas fixer un seuil au-delà duquel l'état s'engage à restituer aux contribuables l'argent récoltés par les taxes pétrolières. Maintenant je crois que dans la réalité les baisses d'impots ont été promises par le gouvernement pour mieux en reprendre ailleurs, notamment les carburants.
Puisque tous les journalistes relatent les énergies alternatives, pourquoi ne pas profiter de l'aubaine pour dire que vous incorporez du colza dans vos carburants, vous serez accusé d'opportunisme comme à chaque fois, mais bon si cela permet de dégeler les plus frileux, il faut agir...
PS: Il y a un gars qui disait la même chose face à Elise Lucet au 13h de la 2... Ah mince! C'était vous! Et vous vous plaignez de ne pas rencontrer de femmes charmantes dans votre note du 31/08 ;-)
il semble que la vente de l'essence en GD non seulement ne rapporte rien mais coute à l'enseigne.
Les 1 ou deux centimes de marge ne peuvent pas couvrir le prix d'une piste qui est semble t il est d'environ 150 000 euros lors de l'installation, plus les vistes techniques, plus les remises à niveau, plus la personne dans la petite boite qui encaisse et qui (la traitresse) demande un salaire mensuel.
L'essence est un "produit d'appel" soit!
Je me pose une question : la vente à perte n'est elle pas interdite en France? :-) c'est sur que c'est pas Bercy qui va venir vous chercher des crosses...
Une nouvelle taxe sur les bénéfices ? Une nouvelle taxe sur les billets d'avion ? Une nouvelle taxe sur les transactions financières ? Une nouvelle taxe... Une nouvelle taxe...
Rappelez vous la vignette automobile, en 56 (j'avais à l'époque moins 27 ans) elle a été crée pour trouver une solution de financement aux Fonds National de
solidarité destiné à garantir un revenu minimum à
toutes les personnes âgées de plus de 65 ans.
En 1973 (sûrement du à ma naissance) le produit de la vignette n'est plus affecté ; il est
versé au budget de l'État, elle disparait en 2001, soit 45 ans plus tard... alors qu'elle n'a été affectée à ss création d'origine que 27 ans.
Je ne parle pas de CGS, de RDS, du lundi de pentecôte et autres solutions de dernières minutes censées régler tous les problèmes. (déficit de la sécu estimé cette année 11,6 Milliards...ça alors !!!)
J'avoue, j'avoue, je suis amer... Mais à droite comme à gauche, je vous rappelle que l'on prépare l'année 2007 alors, annonçons ! annonçons ! Mort à ceux qui se sucrent sur le dos des élec... des citoyens... Pourtant ils financent les campagnes... Mais que faire alors ?
Annoncer ! Je rappelle juste que pour qu'une loi soit effective, il faut également voter les décrets d'application... C'est marrant ils se signent plus vite lorsqu'on parle de prélèvements aux particuliers...
M'étant promis de ne jamais me déverser en public, surtout sur ce blog constructif (si, si), je cesse là de me répandre et de me plaindre et je me remets sur le champs à bosser... c'est pas tout ça mais hier c'était le règlement du troisième tiers !!!
Avec l'augmentation du prix de l'or noir, nous risquons un jour de faire Tintin, mais sans Milou !
Le système coopératif, créé par le monde paysan pour défendre leurs intérêts, l'a spolié et trahi : ces structures bradent les produits de l'agriculture aux majors de la distribution alimentaire et les assujettissent aux firmes de pesticides. Aujourd'hui, l'intensification ruine nos santés et compromet l'avenir des générations futures.
Aujourd'hui ce système pervers récudive en tentant de lacer une filière dite "biocarburant", avec entre autres le Diester… Ce produit est le "Canada dry" des biocarburants : c'est un moyen de préserver l'odieux monopole des trusts de l'industrie pétrolière qui doivent être ravis de l'aubaine…
Heureusement, certains purs et durs ne s'en laissent pas conter (compter ?) ! Avec un litre d'huile végétale au détail
Bonjour à toutes et à tous !
En réponse à Phildiese.
Je vous invite à lire au plus vite, le plaidoyer de Jean-Marc JANCOVICI sur la taxe sur l'énergie. Contrairement à l'idée communément admise, il démontre que la hausse progressive de cette taxe, est finalement une bonne chose, même pour les ménages les plus modestes.
Voici le lien :
http://www.manicore.com/documentation/taxe.html
Bonne lecture.
François HENRY
Bonjour à toutes et à tous !
En réponse à Jean-Marie Balland.
En poussant votre raisonnement à l'extrême, si tout le monde roulait avec des biocarburants détaxés, qui payerait les routes, les radars, les hôpitaux pour soigner les blessés de la route, les policiers et les gendarmes assurant la sécurité routière etc, etc... ?
Votre raisonnement n'est pas très réaliste. De plus, concernant les biocarburants, les choses ne sont pas si simples.
Tout d'abord les véhicules ne peuvent rouler du jour au lendemain avec 100 % d'huile carburant. Seuls les véhicules diesels peuvent utiliser ce carburant avec un maximum de 30 % d'huile carburant dans le gazole. Avec une modification du véhicule diesel, il est possible d'utiliser, ce carburant pur, dans un second réservoir.
Pour l'EMHV (ester méthylique d'huile végétale), il est rarement utilisé pur, mais souvent par incorporation au diesel dans des proportions de 5 à 30%, pour donner du diester. De nombreux bus urbains utilisent déjà ce type de carburant.
Les véhicules avec un moteur essence doivent utiliser des combustibles obtenus à partir d'alcools comme le méthanol ou l'éthanol (fabriqués avec de la betterave, de la canne à sucre, mais aussi avec du blé). Là aussi, il faut adapter le véhicule pour pouvoir utiliser ce carburant.
Le biogaz (fermentation d'un matériau organique) pose les mêmes problèmes, il faut un véhicule avec un moteur essence adapté, pour pouvoir utiliser ce type de carburant.
D'autre part, la principale limitation à l'utilisation de ces carburants réside dans le manque de terres disponibles pour les cultiver.
Toutes les études que j'ai pu lire sur le sujet concluent, qu'uniquement pour remplir les réservoirs des voitures, bus et camions, la culture de ces plantes occuperait plus que la totalité de l'ensemble des terres cultivables disponibles en France. Donc en ne mangeant plus, on ne pourrait pas faire rouler l'ensemble du parc routier français.
Ce qu'en dit la revue Alternatives : « Des experts ont pu calculer que pour remplacer intégralement le pétrole et le gaz naturel par du biocarburant issu de la betterave (qui offre le meilleur rendement de production d'éthanol à l'hectare), il faudrait y affecter 23 % du territoire français. Si l'on ajoute à cela ce qui est consommé pour les engrais, la culture, la récolte elle même, ainsi que tout le processus de broyage, purification et distillation, ce pourcentage dépasserait 120 % ! »
Jean-Marc JANCOVICI pense la même chose, lire le lien sur son excellent site :
http://www.manicore.com/documentation/carb_agri.html
En conclusion, ce type de carburant ne peut apporter une réponse à nos besoins, que si l'on modifie entièrement nos comportements en matière de déplacements et de nutrition. C'est à dire, qu'il faudrait utiliser exclusivement les transports collectifs pour le transport des passagers, exclusivement le train pour le transport des marchandises et ne plus manger d'aliments d'origine animale, car 80 % des terres agricoles servent à nourrir les animaux, laissant peu de place pour la culture des biocarburants.
Amitiés à Jean-Marie Balland et aux autres.
François HENRY
Bonjour,
Je vous cite « L’État a privatisé Total, perdant ainsi le moyen d’intervenir dans la politique pétrolière », vous avez d'ailleurs repris ce thème chez E. Lucet (France2).
Si la France était un pays possédant des ressources pétrolières -à l'instar de la Russie ou de Vénézuela, je comprend que l'intérêt de la nation soit de protéger ses ressources, d'un point de vue économique et stratégique.
Dans le cas contraire mieux vaut une société privée transnationale puisque la matière première est répartie sur la surface du globe (inégalement, certes).
D'autant plus que l'état a les moyens d'agir avec la fiscalité, les réserves stratégiques, et en transposant les directives Européennes sur l'énergie.
Bonjour Monsieur Leclerc,
Moi qui ait été une période de ma vie épicier à Le Touquet Paris Plage, chez Léonce Déprez...
Je dois reconnaître que vous avez une très bonne attitude face aux problèmes énormes de notre société actuelle; mais tout n'est pas arrivé du jour au lendemain, cela dure depuis des dizaines d'années, avec une mauvaise prise de conscience des vrais problèmes, doublé d'une exécrable gestion. Vous savez qu'il n'y a rien de plus compliqué qu'une comptabilité au réel d'épicier! Alors, permettez-moi, bien humblement, puisque maintenant artiste, de vous en féliciter, ce comportement est plus digne d'un Dirigeant Responsable, donc un vrai Patron, plutôt que d'un P.D.G. de S.A. Quant aux directives à mettre en pratique pour échapper à ce marasme! Vous êtes bien plus qualifié que moi, et même je crois que beaucoup de nos politiciens, à côté de la plaque carrément. Merci d'accepter des écrits sur votre blog, et bien sincèrement vôtre.G.M.
CORRECTION-ERRATA DU MESSAGE DU 17/09 A 11H59 A BONJOUR MONSIEUR LECLERC.
(Moi qui ai) (vrais problèmes, doublée)
MERCI A VOUS Guy Maës
Cher Monsieur Leclerc,
Puis-je vous prouver ma sincérité, en installant le lien de votre site sur le mien. Dites-le moi.
Bien cordialement Guy Maës.
Bonsoir!
"Lutte pour le pouvoir d'achat des Français", "l'état doit rendre l'argent aux Français", …que des phrases "fumeuses" (pour vous plagier M. Leclerc!) avec un relent populiste propre aux politiciens démagogues, lancées à grand renfort médiatique, comme Sarkozi… Et pourtant ce n'est pas un politicien qui les dit! A moins que … ?
"Lutte pour le pouvoir d'achat des français" : rien dans les faits, non seulement qu'il n'y a pas des prix plus bas aux supermarchés Leclerc que dans les autres, exception faite des promotions ponctuelles, mais quand un ministre demande de faire baisser le prix des carburants à la pompe, on se mêle, sans que l'on soit directement concerné, pour retourner le problème en disant que c'est à l'état de rendre aux Français la cagnotte créée par la flambée du prix du pétrole… Et votre cagnotte alors?
Pourquoi suis-je si en colère? PARCE QUE JE VOIX ROUGE QUAND ON NOUS PREND POUR DES CONS! Jugez vous-même:
Le 16/09/05 (le jour de la moult attendue réunion du gouvernement avec les pétroliers, qui devait aboutir, selon les promesses du gouvernement, A UNE BAISSE du combustible à la pompe…) à 7 h du matin, le prix du gasoil au CENTRE LECLERC DE BOURG LES VALENCE (26) était 1.029€/l (donc celui de la veille au moins); à 12h il était 1.054€/l !!!
Je rappelle que le pétrole avait atteint un plus haut de 70 $/baril le 30/08/05, POUR UN JOUR SEULEMENT, et qu'après il a baissé, étant au tour de 64$/baril depuis le 7/09/05.
Je rappelle aussi que dans la région 07-26, aux stations des supermarchés, le prix du gasoil était monté très vite après le max de 70$/baril, à un maximum de 1.06€/l et qu'il a baissé quelque peu depuis le 14/09 seulement (tandis que le pétrole a baissé depuis le 7/09!!!)
DANS CE CONTEXTE IL N'Y A QU'UNE CONCLUSION PERTINENTE : ON A AUGMENTE A LA HATE LE PRIX DU COMBUSTIBLE (BIEN QUE LE PRIX DU BARIL BAISSE!) A LA VEILLE DE LA REUNION, PAR PEUR QU'ON VOUS DEMANDE DE LE BAISSER APRES LA REUNION!!! Ce qui est étonnant est que vous ne connaissez pas très bien vos amis du gouvernement, car autrement vous auriez du savoir que la réunion allait accoucher d'une souris : répercuter plus vite à la pompe les baisses du prix du pétrole…  Vous, et les autres, vous vous êtes jetés à le faire, n'est ce pas?!!!
Et oser dire que cela se fait depuis toujours car "les grandes surfaces s’alignent les unes sur les autres, et forcément sur la moins chère"… NON! Sur la plus maligne!
UNE PREUVE ?
LA voilà : A AUCHAN, dans la même région, le prix du fioul domestique était 0.659€/l le 14/09/05 (et il était "seulement" 0.64€/l le 29/08/05, c'est-à-dire quand le baril était au plus haut!) POUR DEVENIR le 17/09/05 (APRES LA FAMEUSE REUNION DONC!) 0.675€/l!!! CHERCHEZ "L'ERREUR" ! DANS LES CAISSES QUI DEBORDENT, ET DANS NOS POCHES QUI SE VIDENT!
Salut,
Soyez inovant, lancez-vous dans les carburants bio soyez le premier à briser un tabou !
et vous serez très vite suivi pour tout les autre plus le plus grand bien des consommateurs. Plein de colza pour le bien des agriculteurs français.
S P
Bonjour à toutes et à tous !
Vous êtes très nombreux à vous plaindre de la hausse des prix des carburants d'origine fossile, alors que cette hausse est plutôt une chance.
Petite explication :
Selon la théorie du géophysicien Marion King Hubbert (1903 - 1989), la production de pétrole d'une réserve, du début de son exploitation à son épuisement, ressemble à une courbe en forme de cloche, proche d'une courbe de Gauss, atteignant son maximum lorsque la moitié de la réserve a été extraite, puis retombant. En 1956, lors d'un meeting de l'American Petroleum Institute à San Antonio, au Texas, Hubbert fit la prédiction que la production globale de pétrole aux USA atteindrait son maximum aux alentours de 1970, avant de commencer à décroître. Il devint célèbre quand on s'aperçut qu'il avait raison. La courbe qu'il employa dans son analyse est connue sous le nom de Courbe de Hubbert, et le moment où elle atteint son maximum le Pic de Hubbert.
Si la consommation mondiale continue à croître sur un tel rythme, le Pic de Hubbert devrait être atteint dans environ 15 ans. Un bon moyen de retarder cette échéance consiste à consommer moins d'énergie d'origine fossile. Malheureusement pour nous, le seul moyen réellement efficace de faire baisser la demande d'un produit, c'est d'accroître son prix.
Donc, pour éviter les tensions économiques et géopolitiques inévitables, qui découleraient de la décroissance de l'offre, la meilleure solution consiste à accroître progressivement et artificiellement le prix des énergies fossiles, avec l'instauration d'une taxe. N'oubliez pas, que la hausse des prix qui découleraient de la baisse de l'offre, serait sans commune mesure avec l'accroissement progressif des prix qui est proposé ici.
Un prix élevé des carburants fossiles rendrait les énergies renouvelables plus rentables. En France 75 % de l'énergie consommée est d'origine fossile. Avec une telle répartition, imaginez un peu les conséquences sur notre économie, d'une hausse brutale des prix de l'énergie, notamment en terme de déclin économique et de chômage.
Il est temps d'accroître spectaculairement la part des énergies renouvelables, en investissant massivement dans ces énergies. Les économies d'énergie devront aussi compléter ce dispositif, car les possibilités offertes par les énergies renouvelables sont limitées par la taille et les capacités de notre planète (il faudra très certainement nous orienter vers une empreinte écologique proche de un).
Avec une part plus importante des énergies renouvelables et de fortes économies d'énergie, le Pic de Hubbert sera moins rapidement atteint et lorsqu'il sera atteint, nos économies seront moins sensibles à la hausse brutale des prix qui en découleront.
François HENRY
Pour revenir sur la théorie de Hubbert mais surtout sur les conséquences... nous devons faire le choix aujourd'hui des énergies alternatives. Sinon, nous nous dirigeons vers des tensions internationales. De même, nous devons aussi prévoir les baisses de production du pétrole. C'est une ressource limitée. Certains préconisent concernant le domestique un retour au bois. D'ailleurs l'ONF expérimente des nouvelles techniques de chauffage plus économe et tout aussi efficace. Ce débat n'est qu'à ses débuts... nous serons sans doute l'été prochain à un prix de l'essence qui aura doublé. En réalité, nous sommes à une fin de cycle. Nous devons repenser tout notre mode de consommation et de politique énergétique. Le développement technologique, la recherche permettront de répondre aux échéances de 2020...
Bonjour à toutes et à tous !
En réponse à Julien Serey
Merci à vous de soutenir les énergies alternatives, malheureusement je ne crois pas que le bois soit une bonne solution, surtout en ville. Environnement Canada et Santé Canada ont dressé une liste, non exhaustive, des nombreuses substances chimiques dangereuses retrouvées dans la fumée de bois :
Les particules fines (ces particules, de moins de 10 microns de diamètre, pénètrent jusqu’aux bronches) - Les particules fines constituent un mélange de particules microscopiques, de grosseur et de composition variée et ce mélange est considéré toxique en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Ces particules sont inhalées profondément dans les poumons et mènent à de graves problèmes respiratoires jusqu’aux décès en surnombre, particulièrement chez les personnes atteintes d’une maladie cardiorespiratoire préexistante.
Oxydes d’azote (NOx) - Les oxydes d’azote réduisent la résistance des poumons aux infections. On compte parmi ses effets secondaires l’essoufflement, l’irritation des bronches particulièrement chez les personnes atteintes d’une maladie respiratoire telles que l’emphysème ou l’asthme.
Composés organiques volatils (COV) - Les COV causent l’irritation des voies respiratoires et certaines maladies. Certains COV, dégagés par une combustion du bois inefficace, tel que le benzène, sont cancérigènes.
Formaldéhyde - Le formaldéhyde cause la toux, les maux de tête, l’irritation des yeux et exacerbe
l’asthme chez les personnes qui en sont atteintes.
Hydrocarbure aromatique polycyclique (HAP) - Une exposition prolongée au HAP semble présenter des risques de cancer.
Dioxine et furanne - Certains dioxines et furannes sont cancérigènes.
Acrylaldéhyde - L’acrylaldéhyde cause l’irritation des yeux et des voies respiratoires.
Amitiés à Julien Serey et aux autres.
François HENRY
Je trouve complètement désolant de voir encore cette propagande anti - hvb!!!!
aujourd'hui on parle d'ethanol et de culture de maïs qui demande de grandes quantité d'eau , on parle d'ester methylique (diester) et on affirme que rouler au colza ça marche un peu mais pas trop !!!
c'est totalement faux ... en ce qui me concerne je roule à 100 % de colza avec mon diesel et seulement un misérable réchauffeur à carburant pour démarrer correctement ... il y'a des solutions si simples que ça fait peur !!!
Quand mossieur manicore dit qu'il faut plus de la surface de la france pour les carburants c'est peut etre vrai !!! mais a 'ton suffisament de petrole en france ?? on n'en a pas .... nous pourrions voir le probleme autrement et importer ce qui nous manque plutot que de faire croire a une incapacité ... si on veut on peut !!!
c'est une histoire de volonté !!! comme pour les transports en commun .... si on voulait les mettre en place, si on voulait reduire l'utilisation des vehicules ce serait possible .
je laisse ce petit commentaire datant de quelques années:
Prenez un homme sur un cheval (je parle en connaissance de cause: j'ai fait du cheval presque toute ma vie); eh bien c'est la plupart un homme affable, mais un changement radical se produit des qu'il enfourche sa monture. Tout homme à cheval devient arrogant, aussi aimable soit t'il lorsque qu'il est à pied. L'homme dans sa voiture est mille fois plus dangereux. Je vous le dis: Si jamais l'automobile venait à se généraliser, cela engendrait un égoïsme terrible chez l'être humain. Cela entraînerait une violence dans des proportions que nous n'avons encore jamais connues: Ce serait la fin de la famille telle que nous l'avons connue: trois ou quatre générations partageant avec bonheur le même foyer. Cela anéantirait nos relations avec notre voisinage et l'idée même de la communauté. Nous verrions de gigantesques villes se créer comme des cancers, des banlieue résidentielles à la fausse opulence, une campagne aux paysages ruinés, des agglomérations encerclées par des usines destructrices pour la santé, des fermes industrielles spécialisées. Cela ferait de chaque homme un tyran.
R.A Lafferty fin XIX em siècle
à l'époque, de tels propos étaient jugés bien alarmistes, et on ne croyait pas R.A Lafferty.
Re à tous
Sur l’analyse globale, je crois que nous sommes tous d’accord : fin de l’ère du pétrole bon marché, et pas de démagogie pour faire croire à des baisses possibles. Développement des énergies alternatives, dont les biocarburants. Je reviens simplement, parmi vos commentaires, sur 3 points :
1) Maîtrise de la filière par les pouvoirs publics (re. all)
En termes d’efficacité, je conviens qu’une société multinationale puisse être meilleure gestionnaire qu’une société nationale, surtout si le pays n’a pas accès à des ressources énergétiques propres. Mais si l’on se réfère aux seuls critères de la sécurité de l’approvisionnement (incluant tout de même le niveau de prix), force est de constater que les pouvoirs publics (après privatisation de Total et bradage de Elf) ne disposent d’aucun autre moyen qu’un chantage forcément limité : le droit de vendre des carburants en France (c’est un monopole d’Etat délégué) contre une obligation de stockage et le maintien d’un certain nombre d’investissements ! C’est tout. En cas de conflit majeur avec les actionnaires de Total, la France peut certes tenter de recourir aux services d’autres pétroliers. Mais dans quelles conditions ? Cette incertitude doit nous faire réfléchir à l’heure où les pouvoirs publics parlent de la privatisation du groupe nucléaire français Areva.
Pour moi, l’indépendance énergétique a un coût, mais c’est un prix, me semble-t-il à payer pour pouvoir peser sur l’avenir énergétique du pays.
2) Sur les marges et les prix dans la grande distribution (re. CONsommateur, re. bruno)
Qu’il soit clair, ici, que le prix des carburants hors taxes, est, en France, le moins élevé par rapport à toute la Communauté européenne. Quand je dis qu’il n’y a rien à gratter au niveau de la distribution, j’exagère à peine. Certes, dans les villes moins concurrencées (Paris), les stations des majors ou certaines stations indépendantes font quelques centimes de profit. Mais toutes les GMS sont pratiquement à prix coûtant toute l’année, en tout cas à cette période.
Les exemples de CONsommateur n’induisent absolument pas le contraire. Il faut comprendre qu’un hyper renouvelle son stock jusqu’à 3 fois par jour. Fin août, le carburant a augmenté de 8 cents en une semaine. Un hyper répercute immédiatement cette hausse (comme le fait remarquer bruno, il n’a pas le droit de vendre à perte).
Le paradoxe est donc le suivant : l’hyper qui est au taquet et qui vend moins cher, augmente forcément ses prix plus vite que celui qui peut gérer ses anciens stocks…quand on est dans un mouvement haussier. C’est l’inverse en période baissière.
CONsommateur fait le lien entre la variation du brut et le prix à la pompe. Mais ce lien n’est pas direct. Les hypers n’achètent pas de pétrole brut, mais du produit raffiné. Or, le prix du carburant sur le marché des produits raffinés dépend moins, à court terme, de l’accès au brut que des capacités de raffinage. Voilà pourquoi on peut avoir un prix de brut à la hausse et un prix de carburant stable pendant quelques jours. Et l’inverse, aussi.
3) Biocarburants (re. PAT, re. Jean Marie BALLAND, re. François HENRY)
Oui, PAT, j’ai lancé mon groupe dans les biocarburants. Nous sommes leader déjà sur ce marché et nous allons accélérer la cadence.
Mais, le débat, ici, montre bien la limite des biocarburants. D’une part, c’est une énergie vivante qu’il nous faut reconstituer. Par rapport aux énergies fossiles, le cycle de production a forcément un coût plus élevé, quand bien même il pourrait être écologiquement neutre. C’est pourquoi il est aujourd’hui largement subventionné.
Ca ne me choque pas que l’approche soit d’abord économique. Après tout, si ça peut aider la reconversion agricole au moment de la réforme de la PAC, pourquoi pas.
Mais ne nous leurrons pas. Ce type de carburant nécessiterait tellement de surfaces cultivables pour remplacer les énergies fossiles qu’on ne peut évidemment envisager leur développement que marginalement.
Re à l’Ecrivain-Musicien Guy Maës (17/09/05)
Pas de problème pour le lien.
Re à François HENRY, re Julien Serey (19/09/05)
Merci à tous les deux pour cette contribution. Notamment sur l’impact négatif des fumées de bois. C’est fou ce qu’avec du recul, on peut oublier les conditions dans lesquelles ont vécu nos grands-parents. Charbon et bois, deux ennemis des poumons.
Bonjour,
j'effectue un mémoire sur le développement des biocarburants en France. J'ai pu remarquer votre implication sur ce sujet, j'aimerai connaitre votre avis personnel quand à l'avenir de cette nouvelle énergie, pourquoi pas en profiter pour communiquer et vous démarquer une fois de plus par des prix différents entre carburants classiques et bio. Pensez vous que le consommateur risque vraiment de rejeter le produit si nous l'informons correctement. Merci pour votre réponse
bonjour, MEL,
je vous ai envoyé un mail le 17 avril mais je n'ai pas eu de réponse alors voici la copie de ma demande...
d'avance merci.
Cordialement
Face aux fluctuations incéssantes du brent, je souhaite vous demander s'il serait possible de mettre les tarifs des carburants sur les sites web de vos magasins.
En effet, aucun site n'indique les tarifs des carburants car c'est aux particuliers de renseigner les sites et de les mettre à jour...bref, personne ne le fait.
Par conséquent, cette action permettrait un véritable levier pour la fréquentation et le CA des magasins et par la même occasion d'être le précurseur de cette démarche et d'inciter les autres distributeurs à s'engager dans cette démarche...
En vous remerçiant par avance pour votre lecture, je vous prie de bien vouloir accepter mes meilleures salutations.
Cordialement
bonjour, MEL,
Je tenais à vous remercier pour le coup de pied dans la fourmillière effectuée dans votre comparatif d'articles, c'est un très indicateur pour les consommateurs.
J'ai une idée à vous soumettre concernant l'affichage des prix des carburants.
Merci de me contacter afin de vous exposer plus amplement cette idée.
Cordialement
James LABOT
bonjour mr ou madame
jai ue problem avec une de vote pompe voila
jai ma fille qui a ete cherchcer de essence mas ilya car elle cet trompe de pompe allor elle la pas mis de l'essence elle amis 20euro jai le tiket comment je doigt faire pour ravoir l'argent mis dans votre apareuil
bonjour mr ou madame
jai ue problem avec une de vote pompe voila
jai ma fille qui a ete cherchcer de essence mas ilya car elle cet trompe de pompe allor elle la pas mis de l'essence elle amis 20euro jai le tiket comment je doigt faire pour ravoir l'argent mis dans votre apareuil

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.