SOCIÉTÉ Concurrence

Rentrée des classes : le prix de la fébrilité médiatique

J’étais, ce matin, en direct, interrogé par BFM. Question : « Pourquoi vous êtes-vous prêté à cette mascarade chez Darcos ? Pourquoi laisser le Ministre annoncer que vous allez vendre à prix coûtant alors que vous dites que c’est déjà le cas ? » (Je cite à peu près).

Bonne question, sauf que je peux aussi la retourner à l’envoyeur !

Dans la cour du Ministère de l’Education Nationale, avant la réunion, les journalistes dont celui de BFM, interpellaient chaque distributeur : « Qu’allez-vous faire face à la hausse des prix ? Qu’avez-vous à proposer au Ministre et aux associations de consommateurs ? ».

Donc, Mr BFM, si vous mettez la pression, on est bien obligé de trouver une réponse : OK ? Mais je conviens que toute cette opération mérite un petit décryptage.

  1. Xavier Darcos était-il dans son rôle pour interpeller ainsi les distributeurs ?

    Bon, on peut discuter. Le Ministre le plus directement concerné, c’est Luc Chatel puisqu’il est en charge des problèmes de consommation. Mais après tout, pour une fois qu’un Ministre de l’Education s’intéresse aux préoccupations des parents d’élèves et pas seulement des états d’âme de la corporation, je ne vois pas pourquoi on s’en plaindrait !

    Xavier Darcos dispose, via le réseau des profs dans les académies, d’un pouvoir de préconisation, ne serait-ce que pour orienter les recommandations d’achat vers les produits vraiment nécessaires (ce que les enseignants ne font pas toujours).

  2. quoi se sont engagés les distributeurs ?
    Le Ministre a pris conscience que les 5 enseignes invitées à le rencontrer étaient certainement les moins chères sur le marché français. Chacun a sorti son catalogue, ses promotions et a plaidé l’agressivité de son offre.

    Du coup, les collaborateurs de Xavier Darcos ont découvert que pratiquement tous les produits sur lesquels ils souhaitaient une action étaient déjà vendus à prix coûtant, et souvent même en baisse par rapport au prix de 2006.

    Dans l’impossibilité d’annoncer des réductions supplémentaires (qui auraient entraîné des ventes à perte), les enseignes ont proposé ceci : les distributeurs déjà à prix coûtant s’engagent à poursuivre leurs promotions au-delà des dates de péremption de leur catalogue (jusqu’au 15 septembre) ; les autres, ceux qui sont plus chers, s’engageront sur ce même caddie de rentrée à baisser leurs prix jusqu’à garantir d’être à prix coûtant ou au même prix qu’en 2006.

  3. Quand ces dispositions rentreront-elles en application ?
    Dès que nous en aurons circularisé l’engagement auprès de tous les magasins. Le temps d’imprimer les affiches et de reformater les rayons pour mettre en scène le « caddie Darcos »… Dès la fin de la semaine ou lundi au plus tard.

  4. Cette opération est-elle trop tardive ?
    Oui, évidemment, puisque pratiquement 60 % des ventes (en tout cas en province) ont déjà eu lieu. (Je rappelle que l’installation des rayons « rentrée des classes » démarre, dans certaines régions, dès juillet).

  5. Faut-il accuser le Ministre de s’être réveillé trop tard et les distributeurs de jouer les hypocrites dans cette opération ?
    Les distributeurs n’étaient pas demandeurs. Je m’en expliquerai plus bas. Mais le Ministre lui-même n’a fait que réagir à la polémique lancée par les publications de la Fédération des Familles de France. Publications qui ont donné lieu à des polémiques relatées dans la presse.

    Fallait-il ne pas réagir ? Moi, je pense que oui ! Mais puisqu’il l’a fait, reconnaissons qu’il a réagi plutôt rapidement.

    En revanche, pourquoi ne pose-t-on pas la même question aux organisations de consommateurs ? Fallait-il attendre la dernière quinzaine d’août pour interpeller Ministre et distributeurs ?

    C’est là toute la limite de la crédibilité de leur démarche.

    Nos catalogues sont imprimés et en circulation depuis très longtemps. Tous les prix sont transparents et largement comparables d’enseigne à enseigne depuis plus d’un mois. Pas besoin de confier à des statisticiens ou à des informaticiens un travail de comparaison qui est somme toute relativement facile.

    Seulement voilà, dans cette affaire, chacun veut entretenir sa posture médiatique au risque, probablement, d’en perdre l’efficacité. Une chose est certaine : ce battage médiatique aura empêché les distributeurs de valoriser une offre qui avait toutes les raisons d’être considérée comme performante.

  6. La distribution était-elle vraiment trop chère ?
    Tout est toujours trop cher. Et la rentrée des classes, c’est cher. Les Français éprouvent de vraies difficultés en termes de pouvoir d’achat. Normal qu’ils s’expriment sur ce type de dépenses.

    Mais j’affirme. Dans le contexte de hausses des matières premières qui poussent les industriels à augmenter considérablement leurs tarifs, la distribution a été extrêmement efficace dans ses négociations.

    Je rappelle : augmentation du coût du papier de 14 % ! Augmentation des matières plastiques : 30 %. Et malgré cela, l’augmentation des prix de vente mesurée par Familles de France n’est que de 2,1 % !!! Jamais, dans mon groupe, je n’ai vu les acheteurs, prendre autant de risques pour acheter le papier par anticipation, bloquer l’augmentation des tarifs malgré les pressions des fournisseurs, rechercher des produits de substitution…

    J’affirme encore : l’offre des centres E. Leclerc n’a pratiquement pas augmenté depuis 2006 (hormis les produits sous licence type cahiers Harry Potter, etc.). 60 % des articles sont même en baisse !

    L’offre s’est élargie, elle est peut-être trop confuse. Le marketing agressif des produits à marque ou sous licence (forcément plus chers, très chers quelquefois) occulte peut-être les efforts considérables sur nos marques génériques (30 à 80 % moins chères !). Mais la réalité est là, le caddie français de la rentrée scolaire est le moins cher d’Europe !

Conclusion Il faut raison garder. L’année prochaine, il faudra s’y prendre autrement. J’invite les associations de consommateurs et le ministère à nous faire parvenir, dès maintenant, leurs préconisations pour la rentrée 2008. Car les achats sur ces marchés internationaux, c’est maintenant que ça démarre.

Ainsi, plutôt que de chercher à se marquer pour exister médiatiquement, associations et ministère nous aideront à préparer très en amont, et selon leur demande, une offre qu’on n’attendra pas qu’elle soit écoulée pour la critiquer.

15 Commentaires

J'aime bien votre blog.
J'ai lu votre analyse de conjoncture que je trouve trop optimiste. Il me semble qu'il y a trois causes inflationistes: 1) c'est la crise de l'immobilier américain qui provoque une tendance a la hausse des taux d'interets 2) c'est l'euro qui est trop cher par rapport au dollars 3) c'est les biofuels qui ont fait monter les prix des farines. Je ne vois aucune politique d'achat ou de distribution qui agisse sur aucun de ces facteurs.
Tu déconnes MEL.
Tu dis : " Dans l’impossibilité d’annoncer des réductions supplémentaires (qui auraient entraîné des ventes à perte) ", sous-entendu que les distributeurs étaient déjà à prix coûtant.
Puis quand on te demande " Cette opération est-elle trop tardive ? ", tu réponds : " Oui, évidemment, puisque pratiquement 60 % des ventes (en tout cas en province) ont déjà eu lieu ".
Pourquoi si tu étais déjà à " prix coutant " comme tu le prétends ?
Bonjour,
C'est la première fois que j'interviens sur un blog, pour donner à mon tour mon opinion. Je vous réserve "l'honneur" de cette première fois, car j'apprécie l'homme et le patron. Bon,assez de flagornerie (bien que cela soit sincère)...
Sur le sujet, et sans en connaitre beaucoup, et qui plus est au risque de passer pour un jacobin attardé, centralisateur forcené, à l'heure de la décentralisation et de la déconcentratrion, mais enfin, il m'apparait qu'il est encore du rôle du ministre de l'Education Nationale d'établir les programmes scolaires...Dès lors, ce ministère ne pourrait il pas également établir ce que vous appelez le caddie "Darcos", une liste des fournitures unique, autour de laquelle les distributeurs pourraient plancher et s'entendre (oh le gros mot) pour proposer hors concurrence des prix uniques et planchers pour les aritcles concernés ? Certes tout cela est bien loin du marché, et sans doute la commission brusseloise y trouverait à redire, mais puisque M. Leclerc nous démontre que les grandes surfaces ne font pas leurs marges sur ces produits, où serait le problème ? Pour le coup, ces mêmes distributeurs rendraient un véritable service public...mais il m'a semblé que M E L est l'un des rares (enfin je crois) patrons à concevoir le rôle d'acteur (rôle citoyen?) des entreprises dans la société. Il me semble qu'il y aurait là un terrain d'expression de cette "citoyenneté de l'entreprise" (oui, le terme est un peu pompeux.
Pour en revenir, au caddie type, libre aux parents plus fortunés et socieux de se démarquer de l'ensemble, de consommer hors cette liste type...
Je rappelle : augmentation du coût du papier de 14 % ! Augmentation des matières plastiques : 30 %. Et malgré cela, l’augmentation des prix de vente mesurée par Familles de France n’est que de 2,1 % !!!
ya forcement un moment ou cela coincera, ne pas repercuter les hausses, cela releve du bénévolat.
l'ensemble des matieres premieres a augmenté et au final le produit n'augmente pas, je crois qu'on nous prend pour des demeurés, ce qui devient alarmant c'est cette pseudo fonction sociale que la distribe veut se donner, alors que par principe elle ne l'applique pas a ses employés, ce n'est pas le plus choquant mais quand un ministre en plus demande ou recommande un bareme c'est ça un systeme liberal on croit rever, le mail ci dessus est la derive ultime de la dérive kolkhozienne (rien qu'une attaque contre tes ecrits Briochin pas ad personam), encore quelques lignes et Mel nous proposera le ticket de rationement scolaire, la traduction de ce post initial est en réalité une incapacité de tirer le systeme vers le haut, pouvoir publique et GD illustrants la pauperisation constante de notre pays. Le Pandemonium qui s'en suit au sens propre comme au figuré, n'est que l'incapacité a redresser le pays, argumenté a coup de graphiques excel ne fait bander que les gratte papier et ne traduit qu'une réalité tronquée.
les achats se font sur l'international, la phrase traduit bien la réalité des choses, mettant obsolete les fournisseurs français, la balance commerciale deficitaire annoncée en entre filet comme dans une normalité, tout oscille entre foutage de gueule et petites phrases.
Quant au Ministre, si il veut faire du social ce qui est son role qu'il pense a ouvrir des économats centraux fournissant le materiel scolaire complet, cela t'evitera des frais puisque, tu vends a prix coutant, L'Etat pourra toujours traiter en vendant de la technologie a l'export contre des fouurnitures scolaires.....
en réponse à arz:
"des économats centraux"...bigre...ce coup ci on est carrément au kolkhoze.
Il appartient à chacun de faire son travail.
La négociation entre industriels et distributeurs doit être libre, même si son dérouelemnt conflictuel. Le résultat de la négociation doit profiter au consommateur.
Merci Monsieur Leclerc de rappeler cet objectif régulièrement.
Si ce gouvernement, après le déluge médiatique du moment lâche les chiens de la DGCCRF pour autre chose que vérifier la bonne mise en oeuvre d'une liberté des prix retrouvés au bénéfice des consommateurs ; il faudra le dénoncer encore Mr Leclerc. Quant à nous, si tel est le cas, il ne nous restera plus qu'à nous dire qu'après 12 années de cocufiage Chirac, la tartufferie Sarkozy a belle et bien démarré.
On compte sur vous Mr Leclerc pour surveiller, dénoncer et interperler si nécessaire.
Merci.
Bonjour, J'ai une question pour Michel Edouard Leclerc. Comment fait on pour devenir adhérent du groupement, est ce encore possible?
lol!derision! briochin, derision, je vais pleurer la vente sans profits, le bénévolat Leclerc autour de la pate a papier, il ne manque plus que le cahier équitable en papyrus du Nil fouler par les démunis du Caire ce sera complet, ceci dit les économats centraux eviterai de perdre de l'argent pour ces pauvres adherents, qui a force de vendre a prix coutant vont y laisser leurs entreprises, le prix coutant dégagés des frais d'exploitantion c'est deja au bas mot 10 a 15 % de marge l'etat perd la tva sur la marge, mais comme on raisonne hors taxe c'est l'autre qui paye....
Est-ce que Darcos a vu qu'Auchan remboursait même certains articles... là nous sommes dans la notion de don... il faut bien un produit d'appel pour faire revenir le consommateur dans son enseigne à la sortie des vacances...
la vente à prix coûtant à l'insu de son plein gré... non ?
La lutte contre la vie chère ? Que penser par exemple quand un lot de 2 bouteilles de cidre est vendu 4,18€ alors qu'à l'unité ces dernières coutent 1,91€ soit moins chères que par lot où un PRIX CHOC est annoncé. C'est très décevant ! Je tiens l'adresse du magasin à votre disposition... Une cliente de très longue date !
Je veux bien vous croire lorsque vous dites que les magasins revendent les fournitures à prix coutant. Cela dit nombreux sont les magasins qui pratiquent 20 % en bon d'achat sur la papeterie, et je ne pense pas qu'ils revendent à perte. Donc plutot que de dire les magasins revendent à prix coutant, ils seraient plus juste de dire que les articles sont revendus avec le maximum de ristourne autorisé par la réforme de la loi Galland non?
Voir la culbute que fait leclerc et ses "copains" de la grande distribution sur les chier /journal de A2 ce soir
Sorry c'était une faute de frappe
Voir la culbute que fait leclerc et ses "copains" de la grande distribution sur les cahiers : journal de A2 ce soir
La Loi de l'Emmerdement Maximum
ou Loi de Murphy
Rien n'est aussi simple qu'il y paraît.
Tout prend plus de temps que ce que vous croyez.
Tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera nécessairement mal.
S'il existe plusieurs façons pour les choses de mal se passer, c'est celle qui fera le plus de dégâts qui se produira.
Corollaire : C'est au pire moment que les choses tourneront mal.
Si quelque chose "ne peut tout simplement pas mal tourner", ca tournera mal quand même.
Si vous avez trouvez plusieurs façons pour les choses de mal se passer, mais que vous les avez circonvenues, une autre façon apparaîtra spontanément.
Laissées à elle-mêmes, les choses ont tendance à aller de mal en pis.
Si tout semble manifestement bien se passer, c'est que quelque chose vous a échappé.
La Nature frappe toujours au défaut de la cuirasse.
Mère Nature est une chienne. L'univers n'est pas indifférent à l'intelligence, il lui est activement hostile.
Il est impossible de faire quoi que ce soit à l'épreuve des imbéciles : les imbéciles se montrent toujours si ingénieux !
Si vous décidez de faire quelque chose, il y aura toujours autre chose à faire avant.
Chaque solution apporte de nouveaux problèmes.
Bonjour MEL,
www.agoracampus.com est un nouveau site internet, entièrement gratuit, qui permet aux étudiants de partager leur expérience en publiant des commentaires, photos et vidéos sur leur université ou leur école.
Pour la 1ère fois, un site donne la parole aux étudiants et leur donne l'opportunité de décrire la réalité de leurs études loin des médailles et des lois sur l'autonomie...
Nous cherchons un partenaire bons plans/conso et un partenaire Voyages.
Je suis convaincu que le principe d'Agoracampus, "poil à gratter" de l'enseignement supérieur s'associera très bien à votre image de "poil à gratter" de la consommation.
N’hésitez pas à me contacter afin de convenir ensemble d’un rendez-vous.
Christophe Jacob
contact@agoracampus.com

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.