SOCIÉTÉ Politique

Le politique doit reconquérir sa légitimité

A l’heure des présidentielles, le philosophe Marcel Gauchet porte un regard très critique sur nos démocraties. 

Il évoque également la responsabilité politique et nos responsabilités individuelles de citoyens. Voici quelques extraits qui m'ont marqué dans cette très bonne interview

"Le processus démocratique ne permet pas de poser les vraies questions et ne débouche pas sur la définition d’un projet collectif efficace. Jamais le scepticisme à l’égard des hommes politiques n’a été aussi grand sur leur capacité à changer les choses ou tenir leurs promesses (...). La politique est devenue un théâtre d’ombres. (...) 

L’installation de la démocratie dans les mœurs s’est traduite par une dépolitisation de nos sociétés, qui conduit à une incapacité collective à se mettre en mouvement sur des sujets consensuels. Les citoyens n’ont pas eux-mêmes fait le travail pour identifier les problèmes. Ils expriment une colère, mais on ne voit pas de mobilisation sur des thèmes qui s’imposeraient. Les représentants ne font que nous représenter. Ils nous renvoient l’image de notre propre impuissance." 

Il explique la montée du Front National par "le piège français" "On laisse le monopole à ceux qui énoncent des problèmes que tout le monde constate. On croit qu’admettre l’existence des problèmes, c’est admettre les solutions du FN. (...) C’est une aberration." Et c'est là que serait le piège car, pour traiter les problèmes, "il faut commencer par les énoncer". Pour pouvoir, ensuite, mener "une vraie réflexion collective."

Au fond, "nous sommes dans une situation nouvelle créée par le fait que l'élection ne donne pas une légitimité. Elle permet de désigner les représentants, mais elle ne leur donne pas un blanc-seing"...

Je trouve que cette critique de Marcel Gauchet est très pertinente. Elle fonde la réforme de nos institutions - Etat et Europe.

2 Commentaires

A force de nier les problèmes pour nous faire croire que tout va pour le mieux dans la meilleure des France, il suffit à certains démagogues de les énoncer, en effet, pour que tous les citoyens qui y sont confrontés se sentent (enfin) reconnus, donc aient très envie de leur donner leur voix.

Ca me rappelle mon stage en ambassade, où la réalité était falsifiée dans les remontées d'infos à l'ambassadeur, pour qu'il soit content. A force, les vrais problèmes s'accumulent et, effet cocotte-minute, l'explosion devient chaque jour plus probable...
Dans la même veine -merci Mel d'avoir signaler et proposer le lien pour cette très bonne itw dans Ouest France- la chronique d'Eric Le Boucher dans Echos d'aujourd'hui et demain intitulé "Au pays de Descartes, on vote maintenant au pif"!
Je cite : "la lutte peuple contre élite explique tout et le "dégagisme" est la solution à tout (...) Nous avons l'exception du chômage à 10%, nous avons aussi l'exception d'une régression intellectuelle paléolithique." Fermez le ban.
A lire absolument.
Si nous avons les politiciens que nous méritons, alors c'est le désastre...

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.