Progression énergies renouvelables
ÉCONOMIE Energie

Forte progression des énergies renouvelables en Europe

Les bonnes nouvelles ne sont pas légion. Pourtant, il existe quelques motifs de satisfaction, s'agissant de l'écologie et de la défense de notre planète.

Je voudrais parler ici d'une statistique positive. Le saviez-vous : au premier semestre, le total des productions d'énergies par des sources renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, bio énergie) a dépassé celui des énergies fossiles en Europe.

Étonnant qu'on en parle pas plus ! C'est la baisse de la demande des entreprises qui a fait chuter la production de gaz et de charbon, et il y a fort à parier que la tendance va se poursuivre au moins jusqu'à l'hiver.

Les énergies nouvelles sont en tous cas devenues dominantes au Danemark (65%), en Irlande (50%) et frôlent les 42% en Allemagne.

On est encore très loin, dans toute l'Europe, d'atteindre les objectifs de réduction de 55% d'émissions de Co2 prévus pour 2030 ! Mais c'est quand même une sacrée bonne nouvelle et un facteur de confiance en l'avenir de constater que des choix collectifs sur la transition énergétique s'avèrent efficaces.

2 Commentaires

je suis très content, mais j'attends au niveau européen la vulgarisation entière des panneaux solaires. Hé !! les responsables politiques un peu d'initiatives. Vous allez être encore débordés par les ayatollahs écologistes
Cher Monsieur Leclerc, on peut se réjouir de la baisse des GES, se réjouir de la prise de conscience de la nécessité d'isoler l'habitat, de développer le solaire thermique, d'installer des pompes à chaleur, d'utliser la biomasse et la géothermie... mais allez expliquer aux adhérents des1500 associations qui se battent contre l'éolien (70% des projets sont attaqués) qu'ils doivent accepter que leur environnement soit massacré par des engins de 150m et 200m, que leurs maisons perdent 10%, 20% , 30% de leur valeur ou deviennent invendables, que leur santé soit menacée ou celle de leur cheptel (ref affaire Potiron en Loire Atlantique, mais ce n'est pas la seule...) . Allez justifier les sommes insensées prises dans la poche des consommateurs pour subventionner une énergie qui fournit à peine le quart de son potentiel avec des engins dont la durée de vie est entre 15/20 ans. Je vous invite à lire le rapport de la Cour des comptes de mars 2018, le rapport Aubert de juillet 2019, tous deux dénoncent les sommes faramineuses payées par les consommateurs sur leur facture d'électricité ou en faisant le plein de carburant (121 milliards engagés à fin 2017), sans que cette énergie intermittente ne remplisse ce que l'on attend d'elle: réduction des GES (il faut du thermique pour palier leur intermittence), création d'emplois (ces machines sont importées, pas de filière pérenne en France), des coûts induits non pris en compte (renforcement et création de lignes, systèmes sophistiqués pour gérer leur intermittence, centrales thermiques pour palier cette intermittence, perte de productivité des énergies pilotables telles que le nucléaire ou l'hydraulique obligés de baisser leur production quand il y a du vent en raison de la priorité d'achat accordée à l'éolien et au solaire..).
Et que dire de la consommation énorme de matières premières mise en regard de la faible production et de la faible durée de vie... Est-ce écologique?... Est-ce du développement durable qui prendrait soin de ne pas piller le sous-sol de notre planète, parfois dans des conditions épouvantables, en pensant aux générations à venir?... Dan le bouquet des énergies renouvelables l'éolien et les pompes à chaleur ont la même part: 8%. Ne doit-on pas privilégier ce qui respecte l'environnement, la santé des citoyens, leurs biens, les générations futures?. ce qui ne coûte pas cher au consommateur par rapport au service rendu ?... ce qui créé de l'emploi?... La situation économique de notre pays à la sortie de COVID appelle à la clairvoyance sur les charges imposées aux consommateurs. C'est un discours qui vous est familier je crois. Savez-vous qu'en Allemagne la population se révolte contre l'implantation d'éoliennes pour les mêmes raisons que les français. En 2019 les implantations ont baissé de 80% sur l'année 2018 qui elle-même représentait 50% de 2017. Les médias aux ordres ne sont pas très prolixe sur le sujet.
Vous êtes un très grand professionnel de la distribution qui bénéficiez d'une certaine audience, vous êtes trop pragmatique pour chanter les louanges d'une telle énergie dont les conséquences néfastes dépassent très largement l'intérêt douteux d'une production aléatoire et intermittente.
Si vous le souhaitez je peux vous fournir plus d'éléments.
Très cordialement
M Ernst

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.