Robots et intelligence artificielle
SOCIÉTÉ Actus / Débats

Qui sera le robot de l'autre ?

L'excellente revue Philosophie Magazine pose la question : "Face à l'intelligence artificielle, comment sauver l'intelligence naturelle ?".

La formulation semble évacuer le scénario de la convergence ou de la complémentarité, mais le débat entre Laurence Devillers (Sorbonne - CNRS Paris) et Pascal Chabot (IHECS Bruxelles) est riche d'une problématique assez peu analysée, je trouve.

Pascal Chabot : "L'intelligence artificielle fonctionne à l'imitation. C'est une mimesis opératoire (méthode de la mémoire). Mais qui imite qui ? En théorie, les robots imitent les humains. Mais cela pourrait s'inverser. Pour interagir avec le robot, il est de plus en plus attendu de l'homme qu'il se comporte de manière prévisible et standardisée. Je le répète, il y a un "devenir robot" de l'humain".

Déjà, dans notre langage, c'est nous qui nous adaptons à la sémantique des objets connectés. Au fond, on pourrait même imaginer que dans la perspective d'avoir à vivre avec un robot doté d'une vraie IA, l'humanité en vienne à se "robotiser" par anticipation.

Couverture Philosophie Magazine

3 Commentaires

C'est une véritable question, vous avez raison, et un enjeu majeur du dossier. Bien vu Mel. Il n'y a pas de doutes que Laurent Alexandre va être questionné lui aussi sur le sujet. Quand à la question de la robotisation de l'humain, sur le mode ludique, c'est déjà le cas avec Google Home. Si l'on veut être compris de la petite boite cylindrique, autant choisir mots et ton de voix adaptés sous peine de se voir opposer qui un silence, qui un retour erroné! Un avenir "radieux" donc...mais une question clé!
Merci pour le coup de projecteur sur la question.
Bonjour Mel, la question du formatage de l'émetteur par rapport à son récepteur est tout de même à la base de toutes relations inter-humaines, qu'il s'agisse d'un catalogue sémantique adapté aux facilitateurs que sont la politesse, l'attitude, le ton général etc... En revanche, limiter son intelligence et le champ des possibles à la capacité qu'une IA aurait à l'intégrer, voilà un sujet bien inquiétant.
Bonne journée à tous.
PL
L'IA est-elle capable de penser ?
Mais avant tout qu'est-ce que penser ? Un réseau complexe de neurones qui analyse et stocke, peut-être. Ça ressemblerait alors beaucoup à un ordinateur. Qu'en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.