Pouvoir d'achat français
ÉCONOMIE Pouvoir d'achat

Le pouvoir d’achat, une question qui reste centrale

Quel est ce député qui, dans l’expression de son adversité à l’égard de E.Leclerc, avait écrit sur twitter : "Le prix bas, pour moi, c’est fini !" ?

Alors que s’affichent les parts de marché de Lidl, E.Leclerc et Intermarché, il va lui falloir revoir son discours, ou, et je préférerais plutôt, trouver une parade humoristique... 😉

Jamais comme jamais les prix bas et les promos n’ont autant été plébiscités par les consommateurs (et donc les électeurs). "500.000 clients nouveaux pour E.Leclerc à la mi été", nous dit le panéliste Kantar. Du jamais vu ! Et la performance crédibilise d’autant plus mon propos sur les prix bas que le législateur avait contraint les distributeurs les moins chers d’augmenter des milliers d’articles de grandes marques en février dernier.

Décidément ces politiques qui proclament (pour s’en réjouir) la fin des prix bas et des promos ne doivent pas faire eux-mêmes leurs courses, et, s’ils les font, ne sont pas très observateurs des préoccupations de leurs concitoyens en matière de pouvoir d’achat.

En tout cas E.Leclerc, Intermarché et Lidl ont bien fait de rester sourds aux invectives de ceux qui par leur discours anti pouvoir d’achat avaient mis les gilets jaunes dans la rue.

3 Commentaires

Évidemment la question est en tête des préoccupations de la plupart des salariés-électeurs!!! Alors continuez à vendre le moins cher possible ce que vous vendez. "Le moins cher possible", en tenant compte de l'économie générale de la filière, c'est ça le "prix juste", car dans la filière, il ne faut pas oublier le consommateur final.
Puissent les politicards le comprendre!!!!
Bonne journée et bon we.
LV
Salut Mel,
"Dire ce que l'on fait et faire ce que l'on dit"... Cela fait quelques décennies déjà, votre père d'abord puis vous, et l'ensemble des chefs d'entreprise de votre enseigne, que vous ne déviez pas de votre mission de vendre moins cher. Et cela vous attire de nouveau clients : tant mieux.
Nos élus devraient s'inspirer du succès qu'apporte une ligne claire et de la suivre, contre vents et marées.
Bravo à vous.
Il faut demander à ce député où il fait ses courses et quelle part de son budget global il consacre à l’alimentaire. Il se rendrait peut être compte qu’il n’est pas dans la « norme » des consommateurs et des électeurs. 1 euros de plus pour des courses pour lui c’est un détail sûrement, un geste, un symbole, un engagement...pour beaucoup de consommateurs et de ses électeurs cette différence c’est le symbole de fin d emojis où il faut compter pour se nourrir et nourrir sa famille. Et s’il jouer ce Monsieur à vie ma vie&vécu ses électeurs en difficulté pour voir

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.