Baccalauréat 2019
SOCIÉTÉ Actus / Débats

Le bac est dans le sable !

J’ai longtemps défendu le principe d’un baccalauréat conçu comme un apprentissage de la compétition. Mais vu sa démonétisation, cet examen ne dit plus rien d’autre sur un CV que la spécialisation (littéraire, maths) dont on sait qu’elle n’a pas véritablement été choisie. Au risque de provoquer, j’oserais dire que pour rentrer dans l’école de la vie, la compétition sportive, l’engagement dans des projets associatifs ou même la technique des jeux vidéo produisent des candidats de meilleur niveau. 😀😀😀

La pitoyable séquence de grèves (surveillants puis correcteurs) et le recours éventuel à un système de notation moins aléatoire a probablement porté le dernier coup à cette épreuve déjà très décotée. Qui défend encore le bachot à l’ancienne ?

Le plus comique n’est pas qu’une corporation d’enseignants, à priori hostile à la sélection, s’ingénie à vouloir en maintenir le caractère darwinien. C’est plutôt de les voir s’offusquer d’un recours au contrôle continu (par eux-mêmes) à l’instar de ce qui se fait dans la plupart des autres pays.

Que les étudiants se rassurent : il y a peu de RH aujourd’hui qui s’attardent sur la note de cet examen et descendent si bas dans la page. Le vrai combat, ça va être - c'est déjà - de choisir la bonne filière plutôt que le bon examen. Pour un candidat, on regarde davantage le profil personnel et les stages !

4 Commentaires

Ah ah! J'adore le jeu de mot du titre... Mais c'est tout à fait cela : qu'est ce que vaut le bac aujourd'hui?
Réponse : ne pas l'avoir est plus pénalisant que l'avoir pour celui qui en a besoin pour accéder aux études supérieures (hors capacité en Droit). Donc le "truc" sent tout de même un peu le sapin...
Comme le montre la photo d'illutstration que vous avez choisie Mel : le bac c'est la prise de tête! (de "tetê" disent les djeun's)... ;-)
Mon fils a l'immense "privilège" de pouvoir intégrer Neoma.... La bonne filière n'est-ce pas ;).
Il va "enfin" bosser, avoir de bons stages...pour une bonne maturité et s'épanouir auprès des meilleurs.
Tonio
Cette analyse est un peu sommaire et oublie de dénoncer l'essentiel : la sélection se passe bien avant le Bac : dès l'école primaire, où les élèves sont déjà triés socialement et où la différence entre le niveau d'un élève de CM2 d'une école de banlieue ou de campagne reculée est à mille lieues de celui d'un élève de la même classe d'une école privée du 16è arrondissement de Paris !

Commençons par rétablir les inégalités à ce niveau-là, en commençant par re-responsabiliser les familles en leur rappelant que les élèves des enseignants sont avant tout leurs enfants donc qu'ils ont des droits pour les avoir mis au monde mais également des devoirs, ce que de plus en plus oublient ...

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.