CULTURE BD

La révolution gagne Angoulême…

Il y en a eu pour tous les goûts…et pour toutes les mémoires. L’exposition « 1975 - 1997 : La bande dessinée fait sa révolution… » organisée à Landerneau cet hiver avait promis de détonner dans le paysage culturel breton…et français en général. Et ça n’a pas manqué.

Plus de 20.000 visiteurs sont venus s’acoquiner dans l’ex-couvent des Capucins qui présentait quelque 350 planches originales ayant marqué la philosophie des mythiques parutions d’ « (A SUIVRE) » et de « Métal Hurlant ». Férus de politique comme fans de science-fiction ou amateurs d’érotisme (parfois un peu trash !), l’expo a fait discuter les visiteurs !

Etienne Robial, Jean-Pierre Dionnet, Philippe Druillet, Philippe Manœuvre…Généreux et indomptables, ils ont su nous enchanter par leur présence régulière au Fonds et leurs interventions...fleuries !

Pour la première fois de son histoire, l’aventure culturelle landernéenne va se poursuivre ailleurs, hors les murs...et même hors les frontières (et pas seulement bretonnes !).

La révolution gagne donc Angoulême demain, avant de s'étendre à  la Suisse puis la Belgique, puis...

Grâce à l’implication et au talent de Gilles Ciment, alors directeur général de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, nous avons pu lancer cette belle itinérance en commençant par la capitale mondiale de la BD.

On ne va pas se mentir, c’est une bien belle récompense pour l’amoureux de la BD que je suis ! C’est aussi une jolie marque de reconnaissance pour notre jeune fonds culturel.

L’expo landerneéenne (à peine remaniée par le talentueux commissaire d’exposition Jean-Christophe Barbier), fait donc son entrée au musée de la bande dessinée, du 28 juin au 26 octobre.

Les visiteurs sont ainsi invités à (re)découvrir l’aventure des fondateurs de Métal Hurlant, comme celle des auteurs publiés dans (A SUIVRE) qui ont profondément influencé la scène artistique des années soixante-dix à quatre-vingt-dix, et fait se nouer un fructueux dialogue avec le cinéma, la science-fiction, la littérature, le rock et même l’opéra contemporain !

Le vernissage a lieu demain et j’ai hâte d’y être. Je sais que la Cité de la bande dessinée saura apporter sa touche si particulière et son professionnalisme légendaire pour faire de la narration de cette formidable aventure éditoriale, le grand rendez-vous culturel de l’été pour la BD.

Ouverture au public, samedi à partir de 14h30. A demain ?

* * * * * * *

PS : Je laisse la parole à quelques auteurs de ces deux titres car leurs témoignages illustrent mieux que tout autre discours, l’esprit et la force créatrice de cette aventure éditoriale.

« (A SUIVRE), c’est un retour au récit, mais qui n’est pas un retour au récit comme on le pratiquait dans les années 60. Ce n’est pas un retour au récit classique, c’est l’idée qu’il peut y avoir des grands narrateurs en bande dessinée, qui vont apporter un imaginaire libre et neuf. Beaucoup de grands créateurs sont des auteurs complets, aussi doués pour écrire que pour dessiner. Ils sont pleinement scénaristes et pleinement dessinateurs ; ce ne sont pas juste des dessinateurs qui, en plus, racontent une histoire Benoît Peeters

« Métal Hurlant, c’était un journal protéiforme qui a changé plusieurs fois de visage, les fans suivaient, les gens, les petites filles savaient, les censeurs censuraient, les parents hurlaient, voilà. Et tous les dingues de France nous suivaient, des gens qui avaient vu des aliens, ils nous appelaient, on était en contact avec tout le monde. C’est bizarre, il n’y avait pas Internet, mais on avait créé une communauté, il y avait une communauté de mabouls qui étaient tous là, c’était très, très, très fou. » Philippe Manœuvre

« Un dessinateur de bande dessinée n’était plus uniquement un ouvrier qui travaillait derrière ses héros, c’était devenu un auteur de bande dessinée, avec des thématiques, avec un langage spécifique. » François Boucq

« On regarde – on est jeunes dessinateurs, toute l’équipe du Neuvième Rêve –, et c’est éblouissant. On a l’impression qu’il y a des portes qui s’ouvrent, avec évidemment Mœbius, qui nous fascine complètement, mais aussi Druillet… C’est un moment rare où on a le sentiment d’un train qui part et qui va ouvrir un voyage inimaginable. » François Schuiten

« Métal Hurlant reste le déclencheur de cette prise de conscience, de cet air de liberté, de ce parfum de liberté… On l’avait tous. Ceux de ma génération, on l’a tous ressenti à ce moment-là avec cette émancipation presque physique, politique, intellectuelle. » Enki Bilal

« Je crois qu’on a promu un mouvement artistique qui n’a pas de ligne, ni claire, ni crade, qui est de l’ordre du chaos. » Jean-Pierre Dionnet

Merci à Thomas LEBREUVAUD et Laura WELFRINGER pour les photos !

EXPO METAL HURLANT ET (A SUIVRE) CIBDI EXPO METAL HURLANT ET (A SUIVRE) CIBDI EXPO METAL HURLANT ET (A SUIVRE) CIBDI EXPO METAL HURLANT ET (A SUIVRE) CIBDI _MG_7293-1200 _MG_7246-1200 _MG_7240-1200 _MG_7236-1200 _MG_7233-1200 _MG_7219-1200 _MG_7197-1200    

5 Commentaires

Salut Mel!
C'est une belle reconnaissance du travail accompli. Voilà une idée intéressante! Faire tourner les expositions de qualité en France et ailleurs pour partager la culture et organiser des rencontres avec les créateurs. C'est un peu à contre courant d'internet mais cela ressemble tellement au besoin de la vrai vie!
Bonjour,
Je n'ai pas vu l'expo. Mais j'espère qu'elle tournera suffisamment pour que je puisse la voir.Mais l'idée de rendre hommage à la bande-dessinée des années 70-80, et à "A suivre" qui m'a fait découvrir une "autre bande dessinée" me plait tout particulièrement.
J'espère qu'Hugo Pratt y trouve toute sa place. Hugo prenait très au sérieux son travail d'auteur de bandes dessinées , et a beaucoup oeuvré pour la reconnaissance du genre comme des auteurs eux-mêmes.Je pense personnellement qu'il sera l'un des rares auteurs du XXeme siècle à rester en tant qu'artiste reconnu dans ce domaine (j'essaie d'en montrer un exemple : http://2dg.me/m69) . Aujourd'hui, la bande-dessinée n'est pas surement pas reconnue à son juste niveau du fait d'une production trop importante et souvent, à mon avis, pas assez exigeante.
Merci pour votre participation à la reconnaissance de la bande dessinée comme Art.

beboun7
François Boucq est très juste dans ses propos, comme souvent!
Bonjour,
Je profite de cet espace et de votre amour de la bd pour diffuser le projet d'un grand nom de la bd indépendante américaine, Frank SANTORO, dont l’œuvre la plus connue en France est "STOREYVILLE". Il souhaite mettre en place, dans sa ville natale de Pittsburgh un lieu de résidence pour la création de bandes dessinées, ouvert à tous.
Depuis quelques mois, il met une grande énergie à rendre son projet possible avec de nombreux soutiens (dont ceux de Charles Burns, Chris Ware, Dash Shaw, Gary Panter, Daniel Clowes, Simon Hanselmann, Connor Willumsen, ...).
Une campagne de financement participatif est toujours en cours. En voici le lien :
https://www.indiegogo.com/projects/the-comics-workbook-rowhouse-residency#/story
Merci de faire connaître ce projet à tous les fans de bd qui sauront y voir une grande idée !

Bertrand
Alors faisons connaître son projet :-) MEL

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.