ÉCONOMIE Communication

A propos de Depardieu, Afflelou, Arnault, Hallyday…politiques, médias et fiscalité, le débat interdit ?

Certains s’étonnaient de mon silence médiatique sur les affaires Arnault, Depardieu, Afflelou et les récentes décisions fiscales. Je n’ai pas arrêté de répondre à mes interlocuteurs que c’était – malgré mon expertise supposée en communication ! – un sujet qu’on ne pouvait pas aborder de manière rationnelle dans le pays en ce moment car les médias sont moins intéressés par le fond du sujet (certes complexe) que par ses effets politiques (qui virent parfois au populisme).

Preuve m’en a été donnée ce matin, suite à ma participation à la matinale d’Europe1. Interrogé sur la conjoncture et accessoirement sur « l’Affaire Depardieu », j’ai défendu le droit de l’acteur français à jeter un pavé dans la marre.

Je n’ai évidemment pas cautionné la moindre démarche d’exil fiscal. Moi-même, tout comme les adhérents d’E.Leclerc, nous revendiquons depuis longtemps notre attachement à la France et notre participation à son développement par les emplois que nous créons, les investissements que nous y réalisons…et les impôts que nous y payons ! J’ai même dit en riant, dans d’autres lieux et à plusieurs reprises, que si je devais m’exiler, ce serait en Bretagne, sans hésiter.

Malgré tout cela, bing ! me voilà à mon tour instrumentalisé, vilipendé par les moralistes (faut voir cette manière qu’a le journaliste de l’AFP de me reprocher le succès des centres E.Leclerc…) ou récupéré par les journaux proches de l’opposition. J’avais 2 chances sur 3 que cela se termine ainsi.

Mais puisque sur ce blog j’ai toute l’opportunité d’y développer ma pensée, je vais donc en profiter pour faire une mise au point.

1. Sur la fiscalité : comme beaucoup, je trouve notre système fiscal obsolète. A force d’empilements et de décisions conjoncturelles sur lesquelles on ne revient jamais, je suis convaincu que notre fiscalité est devenue contre-productive et de fait peu performante en terme de redistribution. Le brillant économiste Thomas Piketty ne dit pas autre chose quand il appelle à une remise à plat totale du système (Pour une révolution fiscale, Seuil).

2. Sur l’exil fiscal : ce que j’ai dit, en refusant de participer à l’hallali contre Gérard Depardieu, c’est qu’il avait raison de poser publiquement le problème. Pour un Depardieu super-médiatique, combien d’anonymes fortunés suivent le même chemin en toute discrétion ? Combien de footballeurs recrutés en revenus net d’impôt par les clubs sans que les supporters ne s’en offusquent ? Pour un Houellebecq de retour d’Irlande, combien de nos tennismen quittent Monaco ou Genève ? Que d’hypocrisie... Certains journaux ont traité ces derniers mois de ces grandes entreprises qui réfléchissent à des solutions de délocalisations artificielles de leurs cadres pour leur permettre d’échapper à l’impôt. Doit-on continuer à faire semblant de ne pas le voir, au risque de constater dans quelques mois que cette hémorragie va peser réellement sur nos recettes fiscales ?

3. Sur les mesures fiscales du gouvernement : j’ai ici à plusieurs reprises regretté deux décisions majeures prises par le gouvernement. La première, c’est la hausse du forfait social sur la participation et l’intéressement. Cette réforme, ainsi que la seconde qui met fin à l’exonération des heures supplémentaires, portera un coup au pouvoir d’achat, chacun le comprend, même si les médias n’en ont pas fait toute une affaire, alors que c’est bien plus important en termes d’impact sur le revenu des Français, que les mesures symboliques.

J’ai aussi trouvé illisibles les allers retours sur la TVA du livre et la TVA sur la restauration. Enfin, sur les 75%, j’ai regretté cette mesure parce qu’elle me semblait davantage relever de l’affichage revanchard (tenir une promesse électorale formulée dans les conditions que l’on sait…) que performante en termes de solidarité (on parle de quelques centaines de millions d’euros…une goutte d’eau !). Comme le disait Piketty : « Tout cela va donner du travail aux conseillers fiscaux, mais ne pas rapporter grand-chose à l’Etat ».

Bref, ce que j’expliquais à Olivier Samain et Alexandre Kara sur Europe 1, c’est qu’on nage dans les discours de préaux et les effets de tribune destinés à faire plaisir à quelques militants.

Je ne fais pas partie de ceux qui se réjouissent que David Cameron déroule le tapis rouge aux Français aisés. Je préfère qu’on réinvente un système fiscal cohérent qui permette de garder (ou d’attirer) les investisseurs et les riches, tout en leur demandant de participer à la solidarité nationale et au désendettement (quitte à conserver quelques niches).

Je reste très frappé par ce que j’ai observé en Grèce : les riches ont quitté le pays, laissant les classes moyennes et populaires éponger la dette nationale. Est-ce ce que nous voulons pour notre pays ? Moi pas.

Mais voilà. Débattre de ces sujets, prendre le temps d’y réfléchir sans idéologie ni parti pris (de part et d’autres de l’échiquier), ce n’est pas possible dans des médias qui s’inscrivent dans un temps court. C’est un débat impossible. Après l’émission, j’avais dit que mes propos me vaudraient d’être ciblé. Pari gagné, mes deux hôtes de ce matin en ont convenu à la lecture de l’AFP.

Puisque l’heure des vœux approche, je souhaite pour notre pays que l’on puisse en 2013 en revenir à des débats franchement plus constructifs.

Tant qu’on se focalisera sur l’accessoire et le symbolique, tant que le people fera le lit d’une presse paresseuse, on passera complètement à côté de l’essentiel, et ce pour le plus grand plaisir de nos voisins (et partenaires) européens qui continueront à nous faire le coup du dumping fiscal.

22 Commentaires

Vous soutenez Depardieu qui s'est engraissé en France et qui maintenant qu'il est nanti refuse d'apporter sa contribution à un moment ou notre société en a le plus besoin.
Lorsque l'on agit de la sorte, on ferme sa gueule.
Bravo M. leclerc, je boycotte vos magasins.
c est bien ce qui se passe avec depardieu et consorts
je propose le rupinthon pour garder en france toutes nos icones qui j en suis sur ne manqueront pas de garnir dans le futur le pantheon des c..S

C EST DUR D ETRE RICHE PEUT ETRE QUE VOUS AVEZ RAISONS MAIS EN CONTREPARTIE JE PEUT VOUS DIRE QUE C EST TRES DUR DE CREVER LA FAIM

CE N EST PAS DU TOUT MON CAS MAIS JE CONNAIS BEAUCOUP DE DE PERSONNES EN TRES GRANDE DIFFICULTE POUR QUI TOUT POSE PROBLEME

ALORS GENE ENRICO JOJO ET CONSORTS
CASSEZ VOUS SI VOUS VOULEZ
MAIS ............. UN ALLER SIMPLE
ET FINI LE SERVICE PUBLIC TELE RADION ETC GRATOS AUX FRAIS DU CONTRIBUABLE POUR VENDRE LEUR MERDE

ADOPI POUR TELECHARGER MON CUL C EST EUX QUI DEVRAIENT PAYER UN PRETIUM DOLORIS POUR LES CONNERIES QU ONT EST OBLIGE D AVALER DISQUES FILMS ETC

GRATOS POUR EUX ET 130 EUROS POUR LE CONTRIBUABLE

MOI JE PREFERE LE CHANT DES OISEAUX C EST TELLEMENT BEAU VOUS CROYEZ PAS MICHE EDOUARD
Salut Mel!

Je pense que le scénario est déjà écrit. Comment peut-on surtaxer alors qu'il n'y a même pas besoin de se déplacer pour s'expatrier fiscalement. L'exemple d'Air France me parait bien intéressant! Les avions français sont immatriculés en Irlande pour échapper aux surtaxes françaises...
Résultat au lieu de percevoir un petit peu et bien l’état ne perçoit rien du tout. J'imagine qu'aujourd'hui pour acheter une villa, des autos, un avion il est préférable de se désengager du droit français pour choisir le droit du Luxembourg, de l'Irlande, de Monaco, de la Suisse, de la Belgique, d'Andorre. Vous avez remarqué, ces pays sont accessibles en moins d'une heure de Paris!
Ce système est pernicieux car ensuite dès que vous gagnez de l’argent il sort de circuit français pour faire tourner l’économie du pays d’accueil !L’état perd ainsi définitivement énormément de recettes.
Combien de bateaux marchands ont un drapeau français? L'utilisation de pavillons de complaisance est une pratique admise. Résultat: des recettes nulles pour l'état français. Bernard Tapie avait reçu les foudres du fisc parce qu’il avait immatriculé le Phocéa en France... En clair préparez vous à recevoir des scuds si vous êtes patriotes!!
Il faudra se poser un jour les bonnes questions! Surtaxer un individu qui a réussi c'est l'encourager à se décourager, et favoriser l'entrée en rébellion avec en plus des moyens pour agir.
Instaurer la chasse aux entrepreneurs c'est fragiliser l'ensemble des salariés et retirer davantage de pains aux français en favorisant l'entreprise à l'étranger.
Je ne suis pas concerné par les supers impôts mais je sais que je ne souhaite pas monter de société actuellement car j'ai bien compris que je ne gagnerai que des ennuis!
Si l'Etat a besoin d'argent il doit rester juste avec tout le monde. Un entrepreneur n'est pas assuré de ses revenus comme un fonctionnaire. Il devrait faire l'objet d'une fiscalité de type accordéon sur plusieurs années. Allez, 5 ans me paraissent être un minimum. J'imagine celui qui réussit une superbe année 2012 et qui connait des difficultés en 2013, 2014, 2015 et 2016. Qui va l'aider? Il aura le sentiment de s'être fait voler et conduire à la ruine. Le super sportif qui se blesse et qui arrête définitivement sa carrière... n'aura-t-il pas le droit de se sentir super volé?
L'abus de taxe est dangereux pour la démocratie et la santé de l'économie. La réforme fiscale doit être engagé rapidement et le monde politique doit montrer l’exemple en fixant des indemnités en fonction de l’ensemble des revenus annuels avec plafond quelque soit le nombre de mandats des élus, la réforme des retraites parlementaires. Je n’ai rien contre ces acquis sociaux mais on ne peut demander aux autres ce que l’on ne veut pas appliquer à soi même.
Favoriser le plein emploi est la solution à bien des difficultés. Il y a des inspecteurs du travail sur le terrain chaque jour qui ont des idées sur le sujet. Il faudra bien que les plus hauts sommets de l’état songent un à les prendre au sérieux pour redresser la situation.
Quand j'ai vu sur Twitter les articles de presse relatant votre soutien, j'avoue que je n'ai pas compris pourquoi vous aviez fait une telle sortie. En lisant votre blog qu'un ami m'a recommandé, je comprends mieux votre position qui est plus complexe que ce que la presse a bien voulu en dire hier.
Depardieu a raison, le jour où les démagos qui gouvernent comprendront qu'il faut que l'état dépense moins et pas qu'il faut taxe plus ils auront fait un pas.

Mais dans un pays où les étudiants revent de devenir fonctionnaires, ce n'est pas gagné. Mais bon c'est bien connu faut flatter les électeurs dans le sens du poil.
Bonjour ,
petit problème avec la définition du mot "stipendié" , isn't it ?
You're right dear ! Merci pour cette remarque. N'étant "l'agent de personne", il m'aurait été difficile d'être stipendié, alors que vilipendé...
Un pays qui perd ses riches s'appauvrit. Quelle crève coeur que d'être obligé de rappeler et de justifier de telles évidences.Finalement, c'était pas si mal le bon temps de la la taille, la dime et la gabelle....
Bravo, avoir le courage des ses opinions est la marque de fabrique de Leclerc, je n'en attendais pas moins de votre part et cela reste parfaitement cohérent avec votre gestion des centre Leclerc !

Pour un Depardieu dont on parle combien de centaines de "riches" mettent également le cap en dehors de la France ? Plutôt que de vouloir parler des riches qui s'en vont, parlons plutôt des raisons de ces départs...
Bravo Michel-Edouard,
Ces propos me semblent teintés de sagesse et votre post est très clair.

Trop d'impôts tue l'impôt comme disait l'économiste Laffer. A contrario, la collecte fiscale s'est améliorée dans certain pays (Nouvelle Zélande, Canada) lorsque le taux d'imposition a été abaissé. La couche de confusion et de fébrilité qui règne actuellement en France ne fait qu'empirer la situation.

Bravo aussi de rester en France, même si ça doit vous coûter cher en ce moment ;-)
Cher Michel-Edouard,


Je respecte votre propos cependant je n'y adhère pas. Vous avez pêché sur le fond et la forme. Par ailleurs, deux éléments essentiels en sont absents : la conscience et la morale. Pour le fils d'un ex-séminariste...

Ne voyez pas en mon commentaire quelque outrance mais simplement l'expression d'une réelle exaspération.

En attendant, une période de purgatoire pour mon Centre Leclerc me semble salutaire pour nos âmes respectives.

Jean Marc


P.S. : une précision importante, jusqu'ici vous m'étiez fort sympa....
Mr Leclerc vous avez parfaitement le droit de critiquer la politique fiscal du gouvernement et d'approuver l'exil fiscal de Depardieu, il va de soi qu'en tant que client fidèle des magasins Leclerc, j'exerce aussi mon droit ; celui de ne plus jamais faire mes courses dans vos magasins.
Mmh. Disons d'emblée que je ne partage pas votre point de vue sur le poids de la fiscalité ou son organisation. Il est certes optimisable mais dans tous les pays au monde, quel que soit le type d'impôt prélevé, personne n'est jamais content de les payer. Et j'en sais quelque chose : je vis et travaille en Suisse après avoir grandi et travaillé des années en France ! (et pour ma part, j'ai toujours une certaine fierté à payer mes impôts, c'est la preuve que je ne suis ni dans l'indigence ni dans la tricherie)
Je pense que la priorité à laquelle le gouvernement doit s'attaquer n'est pas tant les quelques fumistes (ou "un peu lamentables") qui refuseront de rentrer dans le système fiscal français après, pour certains, en avoir largement bénéficié. Ceux là restent minoritaires (sans manquer de méditatiser leur départ pour des raisons souvent idéologiques) et le manque à gagner me semble bien peu élevé. Pour moi, la grande partie des pertes sèches liées à l'expatriation, et j'en fais partie, ce sont les débouchées qu'on ne trouve pas en France. Nos jeunes ou moins jeunes diplômés s'en vont. C'est une réalité. Ceux qui ne veulent pas habiter Paris, de toutes les façons, n'avaient déjà pas le choix s'ils voulaient gagner un peu mieux leur vie que la moyenne. Selon moi, la France ressemble en celà de plus en plus à l'Espagne où l'on dit que pour un étudiant, il existe 3 voies royales pour réussir : par terre, par mer ou par les airs ! Le sujet est bien plus grave qu'un pseudo acteur ou un pseudo chanteur sur le déclin qui ne veulent plus payer la douloureuse : que ferons nous sans une élite solide dans les générations futures ?
on remplacera notre elite solide par l'elite solide etrangere venue en France depuis 1 ou plusieurs generations...Hidalgo, sarkozy, delanoe, pellerin...je vous trouve trop gentil:c'est pas un seul acteur qui part c'est beaucoup d'investisseurs. C'est pourquoi il faut faire la revolution fiscale de MEL
"un pseudo acteur ou un pseudo chanteur sur le déclin"
Il faut en rire plutôt que d'en pleurer de votre pseudo jugement, non?
C'est sa trop grande "véracitude", jusqu'au délit de faciès qu'on lui a reproché au grand acteur Depardieu et ses 150 films au compteur!
Il faudrait mettre en ligne l'entretient de MEL à RMC. Un modèle d'analyse concrète et de pondération!
Réformer les multiples et réels ( pas pseudo pour un sou!) avantages fiscaux accordés à uine pléiade de minorités professionnelles, là réside le vrai courage politique!
Bonjour,

De Trevanian, dont j'ai adoré l'excellent "Incident at Twenty-Mile", souri ensuite en lisant "La sanction" puis le très bon "Shibumi", dont je referme les pages à l'instant (je suis plus indulgente dans mon jugement), je découvre votre blog et ce billet qui rejoint le point de vue que je porte sur l'actualité Depardieu.

Je n'imaginais bien sûr pas, que vous sachiez trouver le temps de vous M.E.L.er et nous M.E.L.er à un peut tout ce qui vous amuse ou intéresse et c'est toujours un peu étonnant de voir que si, de découvrir que des personnalités "abstraites" sont un peu différentes de l'image que renvoient les médias ou des stéréotypes que l'on véhicule dans son imaginaire.

Voilà, voilà...
je voudrais comparer les choses:
un smicard touche 1500 euros auquel on va dire grossomodo 200euros d'aides et pas d'impots : donc 1700 à 2000€ debrouille-toi pour te loger et faire manger une famille là dessus.
Ce smicard a en ces temps incertain la trouille de voir son usine fermer ou de se faire remplacer par une caisse automatique.
Donc ici c'est le flip total, limite travail au noir pour ameliorer la sauce.
De l'autre coté, une meme personne Deux pieds deux mains pareil, est folle de rage. Elle touche 1 000 002 euros et c'est unscandale on prend tout mon argent;macassette ma cassette aurait dit arpagon! d'apres le site des finances Cette personne paiera 45 % sur 1000000 euros et 75% sur 2euros soit 450 001 euros .il lui restera donc 549 998 € /12 = 45833,25 /mois. ce pour deux ans uniquement! entr enous cette deuxieme personne est a mon avis moins sujet au chomage que la premiere. je dis donc que ceux qui partent sont des flibustiers des egoistes et des mécréants!j'ai un copain qui part ;c'en est plus un. il a fait fortune en france n peu de temps en bossant ultra dur et bien il est vrai. mais il doit tout a la France. et certainement qu'il est a 50 ans plus pres des 20milions que du million.
déchéance grecque à venir : tous les armateurs y ont laissé la classe moyenne.Donc que les egoistes partent et que les riches patriotes soient encensés.
deuxieme chose : la reforme fiscale : OUUUUIIIIIIIIIIII! halte aux planqués de l'administration, halte a ctte administrattion qui s'administre d'abord et puis s'il en reste redistribue.il est temps de reformer de faire exploser cette fiscalit de la caler de maniere europeenne .point barre; hop ce papier m'a fait du bien!un acien fournisseur leclerc ( celui notamment de Boulogne92 je m'en rappelerai toute ma vie).Bonne année 2013 : il va en avoir besoin!
Cher phiver,

Le problème n'est pas la taxation des hauts revenus, mais leur génése.

Dis autrement, je me questionne et m'inquiète de la formation de gros patrimoines par des individus qui se concentrent à exploiter les failles et les faiblesses d'un système plutôt que contribuer positivement et sincèrement à la création de valeur.

Voilà le vrai sujet.. une fois réglé... la question des super taxation sera désuète.

Par exemple la finance ne pose pas problème par les 30 milliards qu'elle prélèverait en trop.. mais par les 300 milliards de richesse qu'elle détruit en formant de faux prix.

Voilà le vrai problème... mais personne n'en parle ainsi, personne.

Bonne année 2013
Bonjour,

Nous ne sommes vraiment pas au bout du mépris de la réussite avec des mesures populistes telle que la taxe à 75% (d'ailleurs même le gouvernement a commencé par préciser que ça ne rapporterait pas un rond à l'Etat).

J'ai l'impression que certains oublient que la liberté d'entreprendre est offerte à tous dans ce pays. Non le gars qui réussi n'est pas sorti de nul part, il a simplement exploité ce droit.
Un ministre ne doit pas traiter un citoyen de minable....par contre, un citoyen a le droit de traiter un ministre de minable. Ce dérapage de Ayrault m'inquiète, est-ce une dérive ?
Depardieu peut aimer son pays sans y résider, un pouvoir politique ne peut pas s'accaparer l'identité - nécessairement intemporelle, d'un pays ainsi. Après tout, qui sait si l'argent collecté sera bien utilisé ? dépenser est facile... créer de la valeur ne l'est pas. Depardieu rend peut-être service à son pays en coupant les vivres !!!
DEPARDIEU, 75%, AFFLELOU etc, c'est l'écume des vagues qui abreuve les médias pour leur diarrhée schizophrénique de news à sensations.

Le fond c'est que nous croyons que l'humanité, dans le sens du sentiment, a pris le pas sur la fureur de la concurrence.

Nous n'avons plus de fusils mais nous sommes en guerre, les morts sont les chômeurs.
Nous avons cru rentré dans un monde de confort pour l'éternité où l'acquis nous était dû ; sinistre erreur qui apparaît au grand jour.

Cet aveuglement qui pousse à penser que le riche doit payer pour tous les démunis de la société a sclérosé notre système français. Les politiques nous ont faire croire que les choses pouvaient durer en recourant massivement à l'emprunt, à la dette pour honorer les promesses intenables (35 heures, retraites à 60 ans,la santé gratuite etc...)


N'osant dire aux Français de se regarder dans une glace et de prendre leur courage (et leur portefeuille) à deux mains, on a fait marcher de plus en plus la répartition fiscale pour en arriver aux extrémités poujadistes du président en cours.

Idéalement c'est très bien mais en pratique ça ne marche pas pour deux raisons

Le riche l'est quelquefois par héritage, plus souvent par création de valeur au prix d'un engagement personnel hors norme qui en général lui a fait sacrifié sa vie privée

Et plus souvent le riche (en fait l'entrepreneur) ne l'est pas et sa richesse c'est qu'il pense un jour arrive à l'être, riche.
On ne va pas le plaindre mais si vous lui retirer l'envie, l'espoir du plaisir d'engranger, d'amasser, de créer, de briller plus que les autres ; vous lui enlevez alors le carburant de sa réussite et il rentrera dans l'immense armée des anonymes qui n'apporte pas grand chose à la société

Je préfère un riche en France et qui se gave de caviar sans se préoccuper du SDF du coin de la rue à 1000 politiques qui n'ont rien produit de leur vie hors des diatribes moralistes.

Voulons nous partager les fruits de la victoire (le profit) dans ce monde de combat? Alors laissons les soldats (les entrepreneurs) aller au front (réussir) sans arrière pensée, laissons les remporter des victoires au prix de leur santé, de leur vie personnelle mais qu'ils nous ramènent des trophées (de l'emploi)
Laissons les profiter de leur succès même si ce n'est pas socialement correct.

Ensuite seulement nous pourrons répartir les richesses

Que notre système fiscal soit décourageant pour tout entrepeneur , c'est évident mais il y a pire c'est le carcan européen.
Prenons l'affaire par le haut: si nous avions la chance d'avoir un moteur d'une réussite planétaire( un Bill Gates par exemple), l'europe l'aurait déjà brisé avec la loi anti trust et de toute façon la France l'aurait achevé avant avec son administration tueuse de succès.
Il faut bien être convaincu qu'un succès comme Airbus aujourd'hui ne pourrait pas passer à travers les fourches Caudines des règlementations européennes

En bref, comparons les entrepreneurs à une belle poule pondeuse et pensons plus aux oeufs qu'à la poule au pot!

cette crise est dure mais salutaire: cherchons les freins à la création de richesse et remettons les tranquillement en cause. Une première avancée vient d'être faite avec le dialogue social qui s'achève ; continuons sans nous préoccuper des fuyards.
Le seul Depardieu aura cristalliser la déliquescence de notre fiscalité

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.