ÉCONOMIE Energie

Voitures électriques : « Borne » to be alive…

Demain, vendredi 20 septembre, François Hollande, se rendra à Quimper chez un autre Breton : Vincent Bolloré. On va y parler du partenariat Renault/Bolloré sur la voiture électrique. Et le Président de la République devrait faire quelques annonces sur des mesures pour accompagner la mutation du secteur automobile dans le cadre du programme de la transition énergétique.

J’ai déjà écrit sur ce blog que je n’étais pas un expert en la matière, mais qu’en tant que deuxième distributeur de carburant français et désormais important loueur de véhicules, les Centres E. Leclerc s’étaient déjà engagés pour une politique de mobilité durable.

Il est donc important de savoir si, au gouvernement, on veut vraiment valoriser le développement de la voiture électrique ou si ce thème est juste un élément de marketing politique.

Regardons les chiffres : les ventes de voitures électriques restent très faibles. Et tous les diagnostiqueurs professionnels s’accordent à dire que les Français n’achèteront de voitures électriques que si on implante un peu partout des bornes de recharge.

Nos adhérents ont - soit dans le cadre d’un partenariat avec Renault, soit à titre individuel - investi à leurs frais dans des bornes. Il y a même maintenant des collectivités locales qui se proposent de nous les financer pour compléter le maillage de leur ville. Un comble, à l’heure où elles doivent faire des économies budgétaires et alors qu’il suffirait de suivre notre proposition de réforme des Certificats d'économie d'énergie pour doper le dispositif sans que cela ne coûte à la collectivité !

Nous verrons demain si le Président reprend cette idée à son compte. Il avait manifesté un réel intérêt pour cette initiative lors d’une rencontre en mai dernier. Tous les ministres, les directeurs de cabinet, les conseillers techniques et les parlementaires rencontrés m’ont indiqué être favorables à cette idée.

J’ai relancé, aujourd’hui dans quelques journaux, une interpellation des pouvoirs publics sur ce sujet.

vel1

La question du devenir de la voiture électrique individuelle est donc celle-ci : soit on se donne les moyens d’équiper très rapidement le pays en bornes de recharge (et si ce n’est pas en élisant les bornes au titre de Certificats d’économie d’énergie, que propose-t-on pour atteindre le même objectif ?), soit on ne fait rien pour booster ce déploiement de bornes, on le laisse à la charge supplémentaire des acquéreurs, et la voiture électrique (en tout cas la voiture électrique individuelle) restera, croyez-moi, un gadget de happy few.

Et dans ce dernier cas, ce n’est pas la peine que les distributeurs se précipitent !

P.S. : Pour en savoir plus, lisez notre contribution au débat national sur la transition énergétique

Télécharger la contribution d'E.Leclerc au débat national sur la transition énergétique

10 Commentaires

Possesseur de voiture électrique, je suis confronté au problème du manque d'infrastructures. N'habitant pas en ville, actuellement je n'ai pas d'autre choix que de recharger à domicile. Lorsque j'ai appris que les Centres Leclerc de France allait progressivement s'équiper (en bornes de charge rapide ça serait bien), je me suis dit :"chouette, je vais pouvoir recharger ma voiture pendant que je fais mes courses, et donc préférer Leclerc plutôt que la concurrence".
Mais plus le temps passe et plus je m’aperçoit que posséder un véhicule électrique, c'est comme rouler au GPL, on fait parti du club des bannis de la route. Les différents gouvernements n'ayant jamais encouragé une implantation massive du GPL, je ne vois pas pourquoi il le ferait pour l'électrique. Et donc bye bye les bornes en grandes surfaces
Il serait temps de regarder une fois de plus du côté de l'Allemagne ou des USA où on a pris le taureau par les cornes. Et conclusion en partenariat avec les pouvoirs publics et les différents industriels (constructeurs, opérateurs, grandes surfaces, etc...) des corridors énergétiques on vu le jour et de fait les ventes de véhicules électriques ont suivi.
Salut Mel!
Voilà une grande nouvelle. François Hollande se rend en bretagne pour voir la France qui gagne. J'ai suivi la naissance de batscap depuis ses débuts. Que c'est long de connaître le succès même lorsque le produit est génial! L'entreprise a été crée en 2001. Un modèle Bluecar dessiné par Philippe Guédon (un ancien de chez Matra) homologué en 2007, Autolib en service à Paris depuis fin 2011. 12 ans d'investissement dans l'entreprise qui pour le moment reste dans une phase de lancement... Il faut avoir les moyens ! Pendant ce temps Tesla a développé la production de 2 voitures aux Etats Unis et sa capitalisation en bourse est de 10 milliards de US dollars aujourd'hui.
Nous avons laissé partir la fabrication des produits basiques pouvons nous nous permettre de laisser filer aussi les produits technologiques? NON!!
Alors l'élan doit être enfin donné et je pense que si le président de la république se rend sur place c'est avec de bonnes intentions.
La batterie sèche batscap était annoncée pour 250km d'autonomie. Si ce chiffre est exact alors le rechargement pose moins de contraintes au quotidien.
Le maillage du pays en solutions de rechargement reste la clé de voûte du succès de la voiture 100% électrique.
Pierre Dac m'a envoyé un texto en me disant que pour rassurer les clients il fallait remettre les vitres à commandes manuelles. Ainsi on pourra faire croire au client qu'il suffit de tourner la manivelle pour recharger rapidement la voiture. S'il n'y arrive pas alors il faudra sans hésiter lui vendre de la confiture de nouilles pour lui donner les forces de pousser l'auto.
Publication très intéressante parlant notamment d'un point rarement abordé mais pourtant fondamentale dans la production industrielle d’électricité ; la capacité massive de stockage que les batteries des véhicules électriques permettraient et qui de part son absence actuelle freine certaines production écologique

HYDROGÈNE ; le carburant du 21eme siècle !

Meme si le véhicule electrique cumule bien des avantages , l'Hydrogene n'en est pas pour autant depourvu ; ne rejetant que de l'eau (selon la réaction H2+02= H20), consommant des réactifs bien plus facilement exploitable que le lithium des batteries ,
il permet d'avantage d'autonomie dans cette société ou l'idée de "prendre la route" reste l'ultime impression de liberté
Aussi dans cette mise en avant , il n'est pas inutile de considerer l'Hydrogene qui sera le vrai remplaçant des carburant actuels , l’Électricité restant une source complémentaire
Le gros probleme de l'Hydrogene vient du cout énergétique que sa production suppose (la création de dihydrogene étant energivore ) et reste le principal frein a son expansion . Or comme la production électrique , le vrai déterminant de ces 2 révolutions tient a leur production ; comment produire l’électricité de nos futurs véhicules (nucléaires , charbon , carburant eux mêmes ? en attente d'une production écologique qui tardera a venir )
Ainsi le vrai défi pour les années a venir reste de trouver de quoi produire massivemet de l'electricité , soit pour alimenter les batteries de nos véhicules eectriques , soit pour permettre la fusion de l'hydrogene ( j'évite l'emploi du terme fusion nucléaire qui contrairement a ce que l'adjectif nucléaire laisse supposer est sans aucun risque pour la santé publique contrairement à la fission bien moins maitrisé)

ELECTRIQUE :

- L'AIDE A L'INSTALLATION INDIVIDUELLE DE CHARGEUR DOMESTIQUE INEFFICIENTE A COURT TERME :

les véhicules electriques resteront plus cher a l'achat pendant au moins quelques decennies . Meme si c'est plus on en vendra plus leur cout seront faibles , ce genre de véhicule resteront l'apanage des catégories les plus aisés ; la contrainte économique ne venant pas a court terme des chargeurs individuels au domicile mais du prix du véhicule . En cette période d'austérité , cet investissement n'est pas la priorité , dans quelques années certainement mais comme vous le savez etre pourvu de centaines de milliers de bornes ou chargeurs domestiques n'entraInera pas pour autant une conversion massive immédiate ....Patience , donc !

- VERS UNE PRIORISATION DE LA CAPACITÉ A CHANGER DE BATTERIE:
Charger une batterie c'est bien , en changer c'est mieux tout en restant complémentaire . Ainsi , meme si la majorité des trajets quotidiens sont inférieurs a l'autonomie des véhicules électriques , le souhait de liberté (on doit tenir ca des cowboys ) et l'expectative des longs trajets routier des vacances doivent orienter vers un changement rapide de batteries en cours de trajet .
Vos stations services actuelles deviendront ainsi au fil du temps des fournisseurs de dihydrogenes et de batteries ..
Bien que difficle a ettre en place a l'heure actuelle , il faudrait normaliser la mise en place actuelle des batteries chez tous les constructeurs pour en facilité l'extraction lors d'un changement ...cette extraction devant etre possible en moins de 5 minutes (autant que le temps nécessaire pour remplir un reservoir )..l'automobiliste n'ayant ainsi que 3 fois 5 minutes d'attente lors de son trajet annuel vers la route des vacances contre 3 fois 30 minutes pour le rechargement ...bien évidemment cette pause de 30 minutes est intelligente dans le cadre du repos necessaire lors de 2 heures de trajets consécutifs mais la soif de liberté est tout autre et les 30 minutes de charge sont pour l'instant utopique ...
Ultime avantage du changement de batteries ; la vraie possibilité de charger massivement pendant les heures creuses d'EDF

- VERS UNE PRIORISATION DE LA TRANSITION DES PARCS AUTOMOBILES D'ENTREPRISE:
les véhicules dits de fonctions ont plusieurs avantages ; la flotte est souvent uniforme , le retour a l'entreprise et son parking de bornes étant quotidiens les entreprises sont certainement celle qui doivent en priorité orienté ce changement ...


- POUR UNE PROPULSION INTERNATIONALE DE LA RECHERCHE:
La FIA devrait contraindre le championnat international de Formule 1 afin de permettre rapidement une augmentaion de la recherche ..
Ainsi en empechant la course aux chevaux moteurs , les constructeurs ont du bataillé pour plus d'efficience (thermique ,aerodynamique, récupération énergétique ) ...
Aussi , en obligeant les prochains championnat a se dérouler avec des véhicules électriques , on gagnerait des décennies de recherche ; les plus rand constructeur automobiles d'attachant alors a optimiser ces véhicules ...optimisation que l'on retrouvera quelques années plus tard sur les véhicules de particulier

PS 1 ; bien que remplir vos parking de bornes ne soit pas un investissement rentable a court terme ...être le seul a en être pourvu rendra les possesseurs de véhicules électriques captives de vos enseignes ...sans compter l'image de marque véhiculée...
PS 2 ; super article de votre part mais cruel manque d'infographie ,dommage
C'est fait l....e championnat de Formule E : formule 1 electrique se déroulera l'année prochaine dans les villes candidates ... les chassis seront français et l'electronique de puissance anglaise ...
Bonjour Michel Edouard Leclerc,

Avez-vous des réponses ?
Salut Mel!

J’ai pensé qu’ aujourd’ hui on pouvait se croiser…. mais non, je ne vous ai pas vu.
C’était la 14° édition des Rencontres parlementaires sur l’énergie.
Ce fut pour moi un plein d’ enseignement. Par exemple je ne savais pas que l’on pouvait stocker l’électricité en la transformant en gaz et l’affecter ensuite dans le réseau gazier pour un rendement de 62%. J’ai appris qu’une éolienne offshore mesure 80 mètres et que son poids est de 1500 tonnes. Vraiment je n’ai pas perdu ma journée!
La voiture électrique n’est aujourd’hui’ remise en cause par personne. Le signal est au vert mais personne n’a abordé devant les parlementaires votre projet concernant les bornes de rechargement.
Étrangement le tir groupé sur le photovoltaïque à cause de la production des panneaux solaires en Asie. La France veut créer un filière énergétique complète exportable.
Je pense que vous méritiez votre place en tant que premier distributeur de carburant français au côté des patrons de TOTAL, ERDF,GRDF,GAZPROM, Ainsi vous auriez pu avancer et faire partager votre vision sur les énergies renouvelables à développer L’objectif est de diminuer de 30% la consommation nationale de l’énergie fossile pour 2030. Si toute fois vous n’étiez pas représenté voilà comment a été articulé la journée. Le prix du repas m’a fait reculé. C’est comme qui dirait un peu cher … 9 heures OUVERTURE DES RENCONTRES
Marc Goua, député de Maine-et-Loire, rapporteur spécial “Energie”
pour le projet de loi de Finances 2014
Hervé Mariton, ancien ministre, député de la Drôme, rapporteur spécial de la conduite
et du pilotage des politiques d’écologie
9h30 SESSION I : QUELLES RÉALITES POUR LE MIX À L’HORIZON 2025 ?
• Quel scénario énergétique à l’horizon 2025 ? Quel mix à quel coût ?
• Quelle contribution du mix à la compétitivité ?
• France : vitrine du nucléaire dans le monde ?
• La Technologie au service de la transition ?
Présidée par
Hervé Mariton, ancien ministre, député de la Drôme, rapporteur spécial de la conduite
et du pilotage des politiques d’écologie
Avec la participation de
Damien Abad, député de l’Ain
Denis Baupin, député de Paris, vice-président de l’Assemblée nationale,
vice-président du Conseil supérieur de l’énergie
Vincent Champain, co-président de l’Observatoire du long terme
Jacques Gérault, directeur des affaires publiques d’AREVA
10h30 Échanges avec la salle
11 heures SESSION II : FILIÈRES INDUSTRIELLES, EMPLOI
ET COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE
• Quels investissements pour préparer le paysage énergétique de demain
et créer de l’emploi local au service de l’économie des territoires ?
• L’injection du biométhane dans le réseau, de la prospective à la réalité :
une filière en construction ?
• Emploi et autonomie :le pari des EnR ?
• Comment stocker les surplus d’énergies ?
Présidée par
Marc Goua, député de Maine-et-Loire, rapporteur spécial “Energie”
pour le projet de loi de Finances 2014
Avec la participation de
Jean-Claude Andréini, vice-président du Comité stratégique des éco-industries,
chef du projet “Energies renouvelables” de la Nouvelle France Industrielle
Olivier Baud, président d’Energy Pool
Goulven Graillat, directeur du Pôle Prospective à la Direction Stratégie
et prospective d’EDF
Sandra Lagumina, directeur général de GrDF
Julien Moulin, président d’European Gas Limited
Philippe Stohr, directeur général de Fortum France
Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz
12 heures Échanges avec la salle
12h30 DEJEUNER DÉBAT
Cécile Maisonneuve, directrice du Centre “énergie” de l’IFRI

Débats animés par David Ascher, directeur des publications de Actu-environnement.com et d’Environnement & Technique14h15 INTRODUCTION
14h30 SESSION III : ÉNERGIE POSITIVE & TERRITOIRE : QUEL POTENTIEL
DE DÉVELOPPEMENT ?
• Smart grids, Smart cities et Super grids, innovations motrices pour la transition ?
• Boucles locales d’énergie, quelles solutions durables pour la maîtrise territoriale
de l’énergie ?
• Quels outils locaux pour lutter contre la précarité énergétique ?
• Bâtiment : quel performance énergétique pour nos territoires ?
• Quel financement de la transition énergétique ?
• Les transports au cœur de la transition énergétique ?
Avec la participation de
Pierre-Marie Abadie, directeur de l’Énergie – Ministère de l’Écologie,
du Développement durable et de l’Énergie
Jean-Marie Chevalier, professeur à l’Université Paris-Dauphine, membre du Cercle
des économistes, directeur adjoint au Cambridge Energy Research Associates
Ronan Dantec, sénateur de la Loire-Atlantique
Pierre Ducret, président-directeur général de CDC Climat
Pierre de Montlivault, directeur des nouvelles offres énergétiques de Dalkia France
Joël Pedessac, directeur général du Comité français du butane et du propane
Thierry Pflimlin, secrétaire général de la branche Marketing et Services de Total
Laurence Poirier-Dietz, directeur général de Climespace
Laurence Rossignol, sénatrice de l’Oise, rapporteure des crédits développement
durable-énergie-climat du projet de loi de finances 2014
15h30 Échanges avec la salle
16 heures SESSION IV : L’EUROPE DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE :
PROBLÈME OU SOLUTION ?
• Vers un modèle de marché intégré & interconnecté en Europe ?
• Faut-il un mix énergétique sur mesure pour chacun ?
• L’“Union énergétique” est-elle possible ?
Présidée par
Julien Aubert, député de Vaucluse, président du groupe d’études Energies
Avec la participation de
Pierre-Marie Abadie, directeur de l’Énergie – Ministère de l’Écologie,
du Développement durable et de l’Énergie
Fabien Choné, directeur général délégué Énergie et Stratégie de Direct Énergie
Eduardo Rihan Cypel, député de Seine-et-Marne, secrétaire national
du Parti socialiste à l’Energie
Andreas Rüdinger, chercheur à l’Institut du développement durable
et des relations internationales (Iddri)
Denis Simonneau, membre du comité exécutif, directeur des Relations européennes
et internationales de GDFSUEZ
Iouri Virobian, président de Gazprom Marketing & Trading France

Une interrogation me reste dans la tête après cette journée. En effet alors que le pic de consommation électrique intervient l'hivers à cause de la mise en marche des radiateurs, pourquoi nos ingénieurs ne planchent-ils pas sur une alimentation en basse tension des radiateurs? Voilà une idée à creuser!
Les bornes électriques, c'est comme le reste... ça ne viendra que quand-on aura le réseau... Pas de réseaux, pas de voitures... Il ne faut pas rêver.

Dans les jolies Pub on entend que consommer mieux ça se décide... Mais si on n’a pas le choix...

Le GPL ou GNV (moteur éco de l'année 2013 chez Fiat par exemple) existe depuis des années, cela semble une bonne solution à court termes, mais moi qui habite au Blanc Mesnil, recharger en GNV me donne le choix de faire 15km vers Gennevilliers...

Je veux bien mieux consommer, mais je n’en ai pas le choix... Quand je vais mettre du carburant chez Leclerc, il y a de l'essence 98; 95; 95E10 et Diesel.

Dans quand j'achète un véhicule, je m’arrête à ce choix. Dommage pour notre santé.
Monsieur LECLERC
Je travaille avec d'autres universitaires sur le sujet de l'électromobilité et je trouve intéressante votre proposition d'intégrer dans le système des certificats d'économie d'énergie, l'installation de bornes de recharge dans les entreprises et chez les particuliers. C'est en effet sur ces lieux que les bornes manquent et permettrait à tout à chacun de recharger pendant son temps de travail ou son sommeil..
Pouvez-vous m'indiquer où en est à ce jour votre proposition et si elle n'a pas été suivie (ce que je crois), quelles raisons ont été avancées.
Vous remerciant.
Valérie BAILLY-HASCOET
IDIT Rouen 76000
Merci à tous les centres Leclerc qui ont déjà installé des bornes pour les véhicules électriques. Ils ont choisi des bornes triphasés 22 kW, c'est un courant standard EDF donc le cout de ces bornes est faible. On les actives en général avec la carte de fidélité Leclerc. Malheureusement il faut activer la carte dans chaque magasin, il n'y a pas pour l'instant d'activation nationale alors que la carte est nationale. Encore un petit progrès à faire mais l'objectif ne doit pas être de palier à la déficience politique en matière d'implantation de borne.
Pour moi l'objectif du magasin Leclerc doit être que le client recharge sa voiture pendant qu'il va faire les courses c'est pourquoi j'estime que le choix de la borne triphasé standard est judicieux. D'autres enseignes ont fait d'autres choix comme la borne de recharge rapide, jusqu'à 50 kW en courant continu, dont le prix doit être très élevé. Cependant ils se sont alliés avec les constructeurs automobiles pour partager les couts de construction. Je trouve ce choix peu judicieux et le total des bornes installées par les autres enseignes est inférieur au total des bornes Leclerc. De plus je pense que les bornes Leclerc resteront non payantes et Leclerc pourra donc garder son fameux slogan.
Merci encore et j'encourage les centres Leclerc à persévérer dans cette direction.
Merci pour cette interpellation. J'essaie de revenir vers vous dans un délai raisonnable avec une réponse. MEL

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.