Hausse des prix en 2024 : pourquoi je m'implique à fond !
ÉCONOMIE Pouvoir d'achat

Hausse des prix en 2024 : pourquoi je m'implique à fond !

La hausse des prix en 2024 : que prévoir... et pourquoi je m'implique !

Vous avez pu constater que mes collègues et néanmoins concurrents étaient, comme moi, beaucoup dans les médias en ce moment pour parler des négociations.

1) Il y a une première explication : comme vous, on en a ras-le-bol de l'inflation. On a l'impression de s'être fait avoir. Et comme on est dans une période de négociations, on met la pression sur nos fournisseurs... Et on se met la pression tout court ! ??

2) Ne vous méprenez pas : je ne suis pas un anti-industriels. Au contraire, l'industrie va jouer un rôle moteur dans la reconquête de notre souveraineté économique, et dans le processus de décarbonation nécessaire pour sauver la planète : 77% des émissions de carbone transmises par un supermarché proviennent des conditions de fabrication des produits !!!

3) Il faut aussi préserver nos PME et nos agriculteurs. E.Leclerc respectera les critères de négociations qui doivent protéger la valeur des produits agricoles. J'insiste là-dessus : pas de faux procès !

4) Mais le taux très élevé d'épargne des Français (18%) traduit actuellement une grande méfiance des clients qui ont retenu leurs achats d'impulsion et différé les grosses dépenses.

Si on additionne l'inquiétude issue du débat sur les retraites et l'impact de la hausse des prix sur les produits du quotidien (21% sur deux ans), c'est un comportement normal.

5) Il faut donc convaincre dans le mois qui vient tous ces grands fournisseurs qui ont fait l'erreur de trop augmenter leurs tarifs, de les baisser maintenant, ou de les modérer.

Il faut revenir à des répercussions de leurs coûts plus raisonnables, plus transparentes, et mieux étalées.

6) Dans le Figaro d'aujourd'hui (04/01/24), l'éditorialiste Anne de Guigné rappelle judicieusement que le montant annuel de la consommation représente la moitié de la production des richesses en France. ?​?​ Oui, la consommation tire la croissance...

7) ...Et donc, si les discounters sont si têtus pour obtenir des baisses de prix, ce n'est pas simplement parce que c'est un objectif de bon commerçant, c'est une nécessité économique !

Oui mes amis, la croissance française dépendra en 2024 de la confiance retrouvée des consommateurs envers les marques, les enseignes et les producteurs.

Lutter contre la hausse des prix est bien une affaire politique et pas simplement professionnelle. Ce n'est pas un hasard si, dans tous les sondages, cet objectif correspond à la première préoccupation des Français. Faut y aller carrément !

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication