Xaier Beulin sur Europe 1
ÉCONOMIE Actus / Débats

Disparition de Xavier Beulin

L'homme m'a depuis longtemps impressionné. Pas facile de faire le tri quand on endosse volontairement plusieurs rôles à la fois, celui d'un formidable entrepreneur, puis d'ambassadeur d'une communauté de producteurs agricoles.

Sans parler de ses autres rôles : dans les chambres de commerce, les conseils d'administration, les lobbies de semenciers et jusqu'à des Think Tanks qui pour le coup essayaient de nourrir d'idées toutes les sensibilités politiques.

C'est lui qui m'avait invité à venir plancher devant "mon premier congrès CDJA" du Loiret. C'était déjà chaud pour le métier de distributeur. Mais sur la foi d'une promesse faite à Jean-Pierre Gontier – un ami commun, leader E.Leclerc du Loiret –, je m'y étais rendu et j'avais commencé à bâtir avec lui une série de discussions où il m'était apparu effectivement moderne, visionnaire et même sensible.

Pendant plus de quinze ans, nous avons échangé moult SMS, coups de téléphone et cafés.

Malheureusement, cette relation s'est détériorée quand, sous pression de minorités régionales agissantes,  il lui a fallu – pour s'assurer de rester chef – trouver ses boucs émissaires.

L'été 2015 restera pour notre relation (et j'imagine pour Le Foll, qui ne le méritait pas !), un moment pénible et violent.

Si la distribution est souvent qualifiée d'univers impitoyable, les lois du syndicalisme majoritaire conduisent trop facilement les hommes à se renier et à faire fi d'une possible amitié.

Dans une agriculture en crise, mal préparée à une concurrence internationale exacerbée, sans modèle alternatif de régulation, Xavier Beulin avait pensé avoir posé les bases d'une refondation reposant sur l'entreprenariat, la compétitivité et la modernisation des exploitations.

Mais probablement a-t-il aussi sous-estimé les demandes d'une agriculture plus diversifiée et plus écologique. Il n'aura pas eu le temps d'accompagner cette transition qu'il évoque finalement dans son dernier livre (Notre agriculture est en danger, écrit avec Yannick Le Bourdonnec - Éditions Tallandier).

Mon regret restera de ne pas avoir eu avec le responsable syndical national, les mêmes convergences qu'avec l'industriel visionnaire.

C'est l'homme que j'ai apprécié, l'homme sans les costumes de la représentation. L'homme qui s'est fait tout seul, et qui a su fédérer bien des énergies, combattre bien des inerties et des idées reçues, pour bâtir l'un des plus beaux fleurons de l'agro-industrie mondiale.

Mes pensées vont à ses proches confrontés à cette disparition prématurée.

7 Commentaires

Voilà un bel hommage, nuancé et fin cher Mel.
Exercice périlleux dont vous vous sortez avec le talent que l'on vous sait à propos d'un homme qui, avec quelques autres, incarne au premier chef l'impréparation absolue du monde agricole pour affronter la fin de la PAC!!!
Quelle fin de la PAC ???
(...) Il était contesté par sa base car il cumulait ses activités professionnelles et syndicales,ce qui amenait ses détracteurs à évoquer des conflits d'intérêts.Paix à son âme.
Lorsque je lis votre article et constate les récentes plaintes d'Avril envers la grande distribution qui continue de tirer les prix vers le bas (Cf message Jean Philippe Puig, fev. 2017), cercle vicieux faisait perdre de la valeur à tout un éco-système, que faites-vous MEL ?
Lorsque vous affirmez dans une interview qu'il faut des marques fortes pour que les filières agricoles se défendent et que d'un autre côté vous continuer à tirer vers le bas le prix des marques appartenants aux agriculteurs (Lesieur, Matines, Puget, ...) n'êtes vous pas en contradiction MEL ?
Vous parliez de déclin dans une interview récente sur BFMTV chez M. Bourdin en citant le livre Décadence de M. Onfray, n'êtes vous pas en partie responsable MEL ?
Message d'un jeune agriculteur démuni en observant la situation actuelle
Bel hommage, belle humilité
impréparation du monde agricole??? j'aimerais bien vous y voir avec le niveau de charges dont nous faisons faces!!! mais contrairement à vous distributeur nous avons des prix d'il y a 30ans avec des charges de maintenant alors comment peut on faire preuve d'autant de dédains de notre profession??? si nous avions vos puissant moyen de lobbye alors nous pourrions exister et enfin avoir des prix décent qui nous permette une juste rémunération!!! j'attend cher Michel édouard des réponses à mes questionnements de votre part...enfin pour terminer sur une note plus humaniste je vous remercie du bel hommage pour Xavier... bonne journée j'attend votre retour pour une "vrai" discussion entre gens adulte... Jean Philippe Carrère fier d'être éleveur dans le Béarn(64)
Eh non MEL il n'y a pas 2 Xavier Beulin mais 1 vrai défenseur des agriculteurs
il est un des rares à oser vous contredir
il refusait que les agriculteurs soient les esclaves des temps modernes
il proposait cette marche en avant du producteur aux GMS
il dénonçait cette guerre des prix qui dévalorise nos productions
qui tue notre Agriculture
respecter au moins le repos des morts
nous porterons sa vision

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.