Alain Bazot UFC Que Choisir
ÉCONOMIE Pouvoir d'achat

Pourquoi obliger les distributeurs à marger de 10% en pleine inflation ?

Alain Bazot, le président l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, a toujours manifesté son opposition à la disposition législative qui oblige les distributeurs à marger au moins à 10% sur les produits alimentaires.

Il y a 3 ans en effet, le gouvernement avait exigé des distributeurs les moins chers (c'est E.Leclerc qui était principalement visé) de remonter leurs prix. De fait, quand un Leclerc achète un produit 100 euros, il n'a pas le droit de le revendre en dessous de 110 euros.

C'était fait théoriquement pour arrêter la "guerre des prix" en hypers, et l'idée c'était qu'en protégeant les marges des distributeurs, ces derniers achèteraient plus cher les produits agricoles.

Comment ? Pourquoi ? Quel est le lien ? Personne n'a jamais su répondre. 🙊🙊

En fait, cette disposition servait les intérêts d'une coalition de quelques industriels et même de certains de mes camarades distributeurs qui souhaitaient limiter la concurrence. ⛔​⛔​⛔​​

Seule l'UFC-Que Choisir avait bataillé avec nous contre cette loi. Mais on était en déflation et nous n'avions pas été entendus.

Aujourd'hui, les choses ont changé. L'inflation alimentaire atteint 6 à 7%. La loi Egalim2 garantit aux producteurs agricoles que leurs coûts de production sont pris en compte dans les négociations. Alain Bazot a raison de dire de cette obligation de 10% minimum : "stop à cette coûteuse anomalie".

Apparemment, E.Leclerc et Que Choisir sont assez solitaires pour faire campagne. Ce n'est pas la première fois ! Mais la période n'est pas encore favorable à une politique pro-consommateurs : il ne vous aura pas échappé que toutes les corporations demandent à refiler, comme une patate chaude, leurs factures aux clients.

Et ce sont paradoxalement les mêmes qui poussent l'Etat, sur argent public, à financer un chèque alimentaire.

Laissez-moi vous dire que si on avait le droit de baisser nos prix, ça pourrait permettre aux distributeurs de faire tampon et d'avaler, au moins pour un temps, la partie conjoncturelle de l'inflation.

Voilà un joli combat ! 👍

____

Article à retrouver sur le site de Que Choisir

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication