SOCIÉTÉ Législation / Fiscalité

Prix des carburants : le débat interdit ?

Thinkstock©
Bang ! Me voilà coincé entre Hollande et Sarkozy. Et c’est moi qui prends les coups : « Summum de la démagogie et du populisme » a dit le Président ce matin sur Europe 1. Je ne m’en offusque pas. Ces deux-là ne sont pas en débat, à la recherche d’un consensus. Au contraire ! Sur le ring médiatico-politique, les boxeurs cherchent à se cogner, donc à se démarquer. Si Hollande dit blanc, Sarkozy dira noir et vice versa. Ne croyez pas que je me sois naïvement proposé pour jouer les punchingballs. C’est une idée de l’incorrigible Martial You d’Europe 1. Recevant Sarkozy ce matin, il a pris l’initiative de rediffuser un entretien réalisé il y a quinze jours. J’y préconisais effectivement que les candidats s’engagent à ce que l’Etat arrête de pomper comme un Shadock dans les cuves et réservoirs des Français une fois dépassé un prix trop prohibitif (2, 2,10, 2,20 € ?). Ma recommandation, servie au candidat Président entre prédiction du PDG de Total et déclaration d’Hollande, ne pouvait que me valoir une prune d’un Sarkozy focalisé sur la gestion des déficits ! Bon, j’ai compris, je n’ai rien à faire dans le show, mais sur le fond, je persiste et signe. Si le prix du carburant continue de monter (ainsi que celui du fuel et du gaz qui lui sont corrélés), ça va devenir complètement prohibitif pour les foyers les plus modestes qui n’ont pas de moyens de transport alternatifs et pour lesquels les dépenses de chauffage sont incompressibles. 1)  Politiquement, ça ne me paraît pas idiot d’annoncer dès maintenant que l’Etat s’engage à aider ces foyers. Le carburant, c’est 60 % de taxes (à la louche). Renvoyer les salariés vers les stations les moins chères (donc E. Leclerc, joke !), c’est une bonne idée, mais si le fisc continue de pomper comme un Shadock au-delà de 2 €, la concurrence entre distributeurs privés n’aura qu’un impact très limité. 2)  Pratiquement, tous les revenus des salariés les plus modestes sont dépensés. Ils sont consommés. Si le poste « énergie/transport » d’un smicard passe de 15 à 20 ou 25 % de ses revenus, les mesures prônées par les candidats pour soutenir l’activité économique ne serviront à rien. Il n’y aura pas assez d’argent pour équiper la maison, changer la voiture, etc. En conclusion, je veux bien admettre qu’on discute des moyens (blocage des prix, plafonnement du produit de la TVA ou de la TIPP, allocation transport, etc.), mais je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas y avoir de débat sur ce point. D’autant que l’histoire m’a appris une chose, c’est finalement aux pompistes et aux distributeurs que, faute d’engagement du politique, on viendra demander des comptes.

30 Commentaires

Salut Mel!

Finalement ne cherche-t-on pas à décourager la population à utiliser la voiture?
Cabines radar à gogo,
Gazole prédit à 2 euros,
Il circule même l'idée d'interdire les véhicules à gazole dans Paris et son agglo.

Tout cela pour payer quoi?
Merci de détailler la ventilation des recettes que l'on sache au moins à quoi sert le magot!

Je me rappelle d'un Michel Charras annonçant à la télévision il y a des années la montée inexorable du prix du coco.

Vive le gazole à 1 euro!
bonjour
Il me semble q'une des alternatives serai le biocarburant ,mais de ce cote là on traine des pieds
ex:NImes 0 pompes E85
la plus proche est à 50 kms
Bonjour gutierrez,
Avez-vous lu le rapport de la Cour des comptes sur "La politique d'aide aux biocarburants" ?
http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/Rapport_thematique_politique_publique_aide_aux_biocarburants.pdf
Bonne lecture et à bientôt.
Il faut insister, proposer des idées, des techniques c'est utile indispensable et démocratique, de plus avec un avis d'expert comme vous MEL, c'est concret ! mais pas de faut prétexte, vous avez aussi vos intérêts et autant légitime qu'ils soient doivent aussi évoluer avec les conjonctures et ses aléas, et il faut travailler pour une véritable envergure stable et opérationnelle aussi dans et contre les graves fléaux, et justement un indicateur clé c'est l'energie ! pour que cesse effectivement un système facile de captage de devises, il faut un état responsable capable de légiférer dans ce sens pour une régulation de tous les secteurs d'activités en assumant les charges controlées collectives d'états, et citoyennes ! cela évitera comme vous l'exprimez de faire cesser l'obstruction et les ponctions dans les résultats alors qu'ils faut qu'ils se fassent légitimement et solvablement sur des comptes de fonctionnement controlés avec une création de valeur, et ce par les institutions dont européennes ! prendre sur l'énergie c'est aussi l'energie citoyenne mis en oeuvre pour en avoir ! alors citoyens il faut persévérer en protègeant l'energie ... joke ?
Sarko se plante. Il aurait dû laisser plus de marge dans sa réponse, ou ouvrir le débat. Sa réaction était grossière. C'est dommage.
La justification était mauvaise (déficit/recette), l'envoi vers les stations les moins chères de mauvais goût.

L'Etat ne joue pas son rôle régulateur et ne propose pas de solution alternative -quid du contrôle des prix, des transports publics en zone rurale, des biocarburants ?

Comment prendre les consommateurs pour des idiots et se tirer une balle dans le pied droit...

Et dire que je vote UMP...
"Persite et signe" donc!
Bonjour MEL,
Il me semble qu'essayer de brader le prix des énergies fossiles accélérera leur raréfaction, ce qui ira dans le sens contraire de ce que vous souhaitez, en entrainant un accroissement encore plus rapide de leurs prix.
Il est temps de se pencher sérieusement sur le défi du XXIème siècle : la transition énergétique et non pas de faire l'autruche, en ignorant les problèmes auxquels nous serons confrontés très bientôt.
A bientôt.
pour bien comprendre le mecanisme du prix de l'essence voir cette petite video:

http://2ccr.unblog.fr/2012/03/17/video-l-arnaque-du-prix-de-l-essence/
Salut Bil!
J'ai trouvé cela intéressant. On en revient toujours à la même chose... la spéculation ronge le système.
Le chiffre d'affaires est tellement élevé et les intervenants finalement peu nombreux.
Il parait nécessaire de fixer des règles avec des pénalités pour les bateaux qui retardent les livraisons. Si le parcours est déclaré au momnent du départ avec l'accord de toutes les parties alors le retard devient inacceptable.

Une règle pourrait figer les transactions sur l'huile à partir du momment qu'elle est sur le bateau et que le trajet et le lieu de livraisn sont définis.

Mais qui va se risquer à changer le système?
Où passe votre argent ?
Pour 1 litre d'essence à 1.80 €, la Cie pétrolière gagne 0.54 cents l'Etat prend tva + TIPP environ 70/75pour cent : soit en chiffres à peu près 1.26 euros
vu les millions de litres d'essences vendus par jour, imaginez ce que l'Etat rentre comme argent ! La preuve pourquoi les Cie pétrolières sont riches à millions !
si vous y ajoutez la tva sur tout ce que vous achetez, l'Etat rentre des milliards par jour !!
Plus l'Etat rentre de l'argent, plus l'etat est en déficit ?
Où passe votre argent ???
Il faut absolument mieux réguler l'activité !
une structure doit absolument savoir commente et dans quelles conditions elle évolue ! évidement une partie de l'activité évolue correctement définitivement on ne peut généralisé et donc permettre au disfonctionement de se résorber ! la question du prix est aussi une question systèmique, elle provient de la capacité des différentes entités concernées dont celles des consommateurs de mettre en oeuvre une autre pratique de consommation de régulation d'économie soit favoriser une équation plus pracise experte de ce qui est possible capacité de se qui fonctionne donc sans exces, pas seulement dépenser plus pour qu'un fournisseur ne vienne faire la guerre tout simplement, vider le système etc et de mieux controler les temps impartis d'activité pas seulement "le printemps" mais ce que techniquement ne créé pas de dangers, de décadences donc de dérèglementations ! déjà ce serait une meilleure optique synoptique sans s'exposé au voyeurisme et à la spéculation en tout genre dont celles des fournisseurs et surement de distributeurs excuser du peu !
vous faites suffisament preuve d'activité qualifiée sans que cela ne vous préoccupe !
cycles de vie du produit, c'est aussi cycle de consommation,vous abordez la question des consommateurs éloignés de ceux qui avec un budget minimum ont l'obligation de faire les kilomètres pour faire les courses ! avec de telles structures et envergures des centres Leclerc et leurs réseaux, il est interessant que votre étude MEL, se fasse aussi non seulement dans les zones urbaines quelles taux de dépenses en energies carburants, avec l'évaluation des clients qui utilisent les transports en commun, tramways bus ... . C'est le mode d'activité qui détéremine sur des paramètres essentiels du comment les sociétés et les consommateurs évoluent par rapport au centre de distribution de carburant avec la notion concurrentielle de prix, et quels types de consommateurs, moyens mais aussi professions et centres d'activités qu'ils sont participants !
comment ensemble nous devons apporter des techniques et savoir faire pour mieux organiser ces déplacements qui se font en fonction de l'activité professionnelle, des aléas, des contraintes et en fin de compte devraient avec le concours de l'états des institutions trouver de meilleurs conditions pour évoluer, en sachant que rien que le fait de devoir faire le plein en energie pour une véhicule, nécessite une logistique et celle ci est calculée dans le temps, pour un nombre de clients, pour un montant de résultats financier, faire les course est aussi un engagement et acte citoyen et qu'il s'inscrit dans une perspective d'évolution et évidement le choix de telle ou telle marque est aussi en fonction d'une cohérence générale et spécialisée, personnalisée societale! c'est societal, et le choix de participer à l'essort général doit être largement favorisé et bénéficier de moyens conséquent pour tous distributeurs y compris avec des engagements précis ! favoriser les hyperstrucures comme les hypermarchés c'est favoriser la proximité stable et experte fiable les réseaux et l'organisation générale qui sont une force pas assez exploitée,valorisée, c'est aussi une solution d'avenir et il faut investir en r et d pour en tenir plus d'infos précise, avec les négociations des fournisseurs de pétrole et autres compris dans les paramètres ! à vous de jouer ! de travailler, bonne réussite et mercis !
B'jour, peut-être pas le bon espace de soulever cette question, dans ce cas, s'il vous plaît me dire comment entrer en contact avec Vous. C'est toujours mon désir que ma question et votre réponse à être visible dans un espace public de discussion sur le web. Je suis un écrivain et journaliste italien, mon éditeur est le groupe "Il Sole 24 Ore", qui - comme vous le savez - est le premier quotidien financier italien. Dans mon dernier livre (le livre le plus complet jamais publié en Italie sur la gestion des crises) je l'ai mentionné l'expérience qu'il vous a vu personnellement impliqué dans la résolution de la crise des hamburgers Soviba (2005) comme l'un des meilleurs exemples de gestion de crise autour de la monde. J'ai contacté votre bureau de press e de relation publique en Italie, pour demander sa volonté de vous accueillir (ou un votre propre gestionnaire, si elle n'était pas disponible pour d'autres engagements) à la présentation national du livre, pour illustrer a le public et a les médias l'excellent travail que vous avez faites dans cette 'occasion. A mon grand étonnement, on m'a dit par écrit que «Les entreprises n'aiment pas parler de leur crise de l'activité, et Edouard Leclerc ne fait pas exception." Faites-moi savoir si vous pensez que cette attitude est conforme à la transparence et l'ouverture au dialogue dont son groupe qui se targue sur une base presque quotidienne. Merci pour votre réponse. Luca Poma
Je profite de l'occasion qui m'est offerte pour vous dire : Comment faites-vous pour avoir au moins 6 ou 7 coups d'avance sur la concurrence ? Je sais que vous êtes tombé "dedans" depuis tout petit mais quand-m^eme! C'est bien que vous soyez toujours en train d'irriter ceux qui ne pensent et qui n'agissent pas comme vous. J'ai eu le plaisir d'échanger quelques mots avec vous dans les locaux de RFO TV-RADIO MARTINIQUE il y à près plusieurs mois et j'avoue que votre accessibilité est agréablement surprenante. Vous m'aviez même donné votre @ perso mel@leclerc.com mais je n'ai pas réussi à vous joindre ; c'était à propos d'images de votre intervention à l'antenne. Dommage. Mais j'aimerais bien pouvoir compenser cela en vous apportant quelques suggestions -même si on a pas grand chose (pour ne pas dire rien) à vous apporter en matière de concept et de communication. Mais quand-même !... Merci pour tout ce que vous faites pour les "petites gens" et les "modestes personnes" qu'on appelle "consommateurs" et qui sait, peut-être à bientôt par MEL! Sincères salutations, Denis
Bonjour à tous,

Je fais certainement parti des gens qui ont beaucoup de mal à se déplacer en voiture vu les prix d’essence depuis quelque temps. Je veux bien prendre les transports en commun mais ils ne sont pas assez développés dans ma région et très peu fiable. Bref, je suis condamné. J’ai déjà adapté mon style de conduite et je roule seulement en cas d’extrême nécessité mais c’est vrai qu’une bonne partie du salaire part carrément en fumée et c’est la faute de l’état. Il est vraiment temps que l’état baisse le taux d’impôt sur les carburants et qu’il trouve d’autres moyens pour s’enrichir !! La note pèse trop lourd sur les ménages et ça depuis longtemps et c’est tout simplement injuste enface d’un peuple qui a déjà payé si lourdement avec les nombreuses mesures d’austérité. Nous avons « eu » des milliards pour envoyer des avions en Libye et des troupes en Afghanistan et on ne s’occupe même pas de nos infrastructures (nous avons mis des autoroutes en concession et les routes départementales et trottoirs publics sont des véritables casses gueules). Pire, l’était ne s’occupe même pas de nos propres gens qui vivent de plus en plus dans l’indignité. Je suis assez dégouté !!
Salut Mel!

Finalement ne cherche-t-on pas à décourager la population à utiliser la voiture?
Cabines radar à gogo,
Gazole prédit à 2 euros,
Il circule même l'idée d'interdire les véhicules à gazole dans Paris et son agglo.

Tout cela pour payer quoi?
Merci de détailler la ventilation des recettes que l'on sache au moins à quoi sert le magot!

Je me rappelle d'un Michel Charras annonçant à la télévision il y a des années la montée inexorable du prix du coco.

Vive le gazole à 1 euro!
bonjour
Il me semble q'une des alternatives serai le biocarburant ,mais de ce cote là on traine des pieds
ex:NImes 0 pompes E85
la plus proche est à 50 kms
Bonjour gutierrez,
Avez-vous lu le rapport de la Cour des comptes sur "La politique d'aide aux biocarburants" ?
http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/Rapport_thematique_politique_publique_aide_aux_biocarburants.pdf
Bonne lecture et à bientôt.
Il faut insister, proposer des idées, des techniques c'est utile indispensable et démocratique, de plus avec un avis d'expert comme vous MEL, c'est concret ! mais pas de faut prétexte, vous avez aussi vos intérêts et autant légitime qu'ils soient doivent aussi évoluer avec les conjonctures et ses aléas, et il faut travailler pour une véritable envergure stable et opérationnelle aussi dans et contre les graves fléaux, et justement un indicateur clé c'est l'energie ! pour que cesse effectivement un système facile de captage de devises, il faut un état responsable capable de légiférer dans ce sens pour une régulation de tous les secteurs d'activités en assumant les charges controlées collectives d'états, et citoyennes ! cela évitera comme vous l'exprimez de faire cesser l'obstruction et les ponctions dans les résultats alors qu'ils faut qu'ils se fassent légitimement et solvablement sur des comptes de fonctionnement controlés avec une création de valeur, et ce par les institutions dont européennes ! prendre sur l'énergie c'est aussi l'energie citoyenne mis en oeuvre pour en avoir ! alors citoyens il faut persévérer en protègeant l'energie ... joke ?
Sarko se plante. Il aurait dû laisser plus de marge dans sa réponse, ou ouvrir le débat. Sa réaction était grossière. C'est dommage.
La justification était mauvaise (déficit/recette), l'envoi vers les stations les moins chères de mauvais goût.

L'Etat ne joue pas son rôle régulateur et ne propose pas de solution alternative -quid du contrôle des prix, des transports publics en zone rurale, des biocarburants ?

Comment prendre les consommateurs pour des idiots et se tirer une balle dans le pied droit...

Et dire que je vote UMP...
"Persite et signe" donc!
Bonjour MEL,
Il me semble qu'essayer de brader le prix des énergies fossiles accélérera leur raréfaction, ce qui ira dans le sens contraire de ce que vous souhaitez, en entrainant un accroissement encore plus rapide de leurs prix.
Il est temps de se pencher sérieusement sur le défi du XXIème siècle : la transition énergétique et non pas de faire l'autruche, en ignorant les problèmes auxquels nous serons confrontés très bientôt.
A bientôt.
pour bien comprendre le mecanisme du prix de l'essence voir cette petite video:

http://2ccr.unblog.fr/2012/03/17/video-l-arnaque-du-prix-de-l-essence/
Salut Bil!
J'ai trouvé cela intéressant. On en revient toujours à la même chose... la spéculation ronge le système.
Le chiffre d'affaires est tellement élevé et les intervenants finalement peu nombreux.
Il parait nécessaire de fixer des règles avec des pénalités pour les bateaux qui retardent les livraisons. Si le parcours est déclaré au momnent du départ avec l'accord de toutes les parties alors le retard devient inacceptable.

Une règle pourrait figer les transactions sur l'huile à partir du momment qu'elle est sur le bateau et que le trajet et le lieu de livraisn sont définis.

Mais qui va se risquer à changer le système?
Où passe votre argent ?
Pour 1 litre d'essence à 1.80 €, la Cie pétrolière gagne 0.54 cents l'Etat prend tva + TIPP environ 70/75pour cent : soit en chiffres à peu près 1.26 euros
vu les millions de litres d'essences vendus par jour, imaginez ce que l'Etat rentre comme argent ! La preuve pourquoi les Cie pétrolières sont riches à millions !
si vous y ajoutez la tva sur tout ce que vous achetez, l'Etat rentre des milliards par jour !!
Plus l'Etat rentre de l'argent, plus l'etat est en déficit ?
Où passe votre argent ???
Il faut absolument mieux réguler l'activité !
une structure doit absolument savoir commente et dans quelles conditions elle évolue ! évidement une partie de l'activité évolue correctement définitivement on ne peut généralisé et donc permettre au disfonctionement de se résorber ! la question du prix est aussi une question systèmique, elle provient de la capacité des différentes entités concernées dont celles des consommateurs de mettre en oeuvre une autre pratique de consommation de régulation d'économie soit favoriser une équation plus pracise experte de ce qui est possible capacité de se qui fonctionne donc sans exces, pas seulement dépenser plus pour qu'un fournisseur ne vienne faire la guerre tout simplement, vider le système etc et de mieux controler les temps impartis d'activité pas seulement "le printemps" mais ce que techniquement ne créé pas de dangers, de décadences donc de dérèglementations ! déjà ce serait une meilleure optique synoptique sans s'exposé au voyeurisme et à la spéculation en tout genre dont celles des fournisseurs et surement de distributeurs excuser du peu !
vous faites suffisament preuve d'activité qualifiée sans que cela ne vous préoccupe !
cycles de vie du produit, c'est aussi cycle de consommation,vous abordez la question des consommateurs éloignés de ceux qui avec un budget minimum ont l'obligation de faire les kilomètres pour faire les courses ! avec de telles structures et envergures des centres Leclerc et leurs réseaux, il est interessant que votre étude MEL, se fasse aussi non seulement dans les zones urbaines quelles taux de dépenses en energies carburants, avec l'évaluation des clients qui utilisent les transports en commun, tramways bus ... . C'est le mode d'activité qui détéremine sur des paramètres essentiels du comment les sociétés et les consommateurs évoluent par rapport au centre de distribution de carburant avec la notion concurrentielle de prix, et quels types de consommateurs, moyens mais aussi professions et centres d'activités qu'ils sont participants !
comment ensemble nous devons apporter des techniques et savoir faire pour mieux organiser ces déplacements qui se font en fonction de l'activité professionnelle, des aléas, des contraintes et en fin de compte devraient avec le concours de l'états des institutions trouver de meilleurs conditions pour évoluer, en sachant que rien que le fait de devoir faire le plein en energie pour une véhicule, nécessite une logistique et celle ci est calculée dans le temps, pour un nombre de clients, pour un montant de résultats financier, faire les course est aussi un engagement et acte citoyen et qu'il s'inscrit dans une perspective d'évolution et évidement le choix de telle ou telle marque est aussi en fonction d'une cohérence générale et spécialisée, personnalisée societale! c'est societal, et le choix de participer à l'essort général doit être largement favorisé et bénéficier de moyens conséquent pour tous distributeurs y compris avec des engagements précis ! favoriser les hyperstrucures comme les hypermarchés c'est favoriser la proximité stable et experte fiable les réseaux et l'organisation générale qui sont une force pas assez exploitée,valorisée, c'est aussi une solution d'avenir et il faut investir en r et d pour en tenir plus d'infos précise, avec les négociations des fournisseurs de pétrole et autres compris dans les paramètres ! à vous de jouer ! de travailler, bonne réussite et mercis !
B'jour, peut-être pas le bon espace de soulever cette question, dans ce cas, s'il vous plaît me dire comment entrer en contact avec Vous. C'est toujours mon désir que ma question et votre réponse à être visible dans un espace public de discussion sur le web. Je suis un écrivain et journaliste italien, mon éditeur est le groupe "Il Sole 24 Ore", qui - comme vous le savez - est le premier quotidien financier italien. Dans mon dernier livre (le livre le plus complet jamais publié en Italie sur la gestion des crises) je l'ai mentionné l'expérience qu'il vous a vu personnellement impliqué dans la résolution de la crise des hamburgers Soviba (2005) comme l'un des meilleurs exemples de gestion de crise autour de la monde. J'ai contacté votre bureau de press e de relation publique en Italie, pour demander sa volonté de vous accueillir (ou un votre propre gestionnaire, si elle n'était pas disponible pour d'autres engagements) à la présentation national du livre, pour illustrer a le public et a les médias l'excellent travail que vous avez faites dans cette 'occasion. A mon grand étonnement, on m'a dit par écrit que «Les entreprises n'aiment pas parler de leur crise de l'activité, et Edouard Leclerc ne fait pas exception." Faites-moi savoir si vous pensez que cette attitude est conforme à la transparence et l'ouverture au dialogue dont son groupe qui se targue sur une base presque quotidienne. Merci pour votre réponse. Luca Poma
Je profite de l'occasion qui m'est offerte pour vous dire : Comment faites-vous pour avoir au moins 6 ou 7 coups d'avance sur la concurrence ? Je sais que vous êtes tombé "dedans" depuis tout petit mais quand-m^eme! C'est bien que vous soyez toujours en train d'irriter ceux qui ne pensent et qui n'agissent pas comme vous. J'ai eu le plaisir d'échanger quelques mots avec vous dans les locaux de RFO TV-RADIO MARTINIQUE il y à près plusieurs mois et j'avoue que votre accessibilité est agréablement surprenante. Vous m'aviez même donné votre @ perso mel@leclerc.com mais je n'ai pas réussi à vous joindre ; c'était à propos d'images de votre intervention à l'antenne. Dommage. Mais j'aimerais bien pouvoir compenser cela en vous apportant quelques suggestions -même si on a pas grand chose (pour ne pas dire rien) à vous apporter en matière de concept et de communication. Mais quand-même !... Merci pour tout ce que vous faites pour les "petites gens" et les "modestes personnes" qu'on appelle "consommateurs" et qui sait, peut-être à bientôt par MEL! Sincères salutations, Denis
Bonjour à tous,

Je fais certainement parti des gens qui ont beaucoup de mal à se déplacer en voiture vu les prix d’essence depuis quelque temps. Je veux bien prendre les transports en commun mais ils ne sont pas assez développés dans ma région et très peu fiable. Bref, je suis condamné. J’ai déjà adapté mon style de conduite et je roule seulement en cas d’extrême nécessité mais c’est vrai qu’une bonne partie du salaire part carrément en fumée et c’est la faute de l’état. Il est vraiment temps que l’état baisse le taux d’impôt sur les carburants et qu’il trouve d’autres moyens pour s’enrichir !! La note pèse trop lourd sur les ménages et ça depuis longtemps et c’est tout simplement injuste enface d’un peuple qui a déjà payé si lourdement avec les nombreuses mesures d’austérité. Nous avons « eu » des milliards pour envoyer des avions en Libye et des troupes en Afghanistan et on ne s’occupe même pas de nos infrastructures (nous avons mis des autoroutes en concession et les routes départementales et trottoirs publics sont des véritables casses gueules). Pire, l’était ne s’occupe même pas de nos propres gens qui vivent de plus en plus dans l’indignité. Je suis assez dégouté !!

Laisser un commentaire

Cette adresse n'apparaîtra pas à la publication
Image CAPTCHA
Entrez les caractères figurant dans le code anti-spam ci-dessus.